Changer d'édition

Facebook se lance dans les sites de rencontres
Culture 3 min. 02.05.2018 Cet article est archivé

Facebook se lance dans les sites de rencontres

Facebook se lance dans les sites de rencontres

AFP
Culture 3 min. 02.05.2018 Cet article est archivé

Facebook se lance dans les sites de rencontres

Facebook a annoncé mardi son intention de se lancer sur le marché des sites de rencontres tout en insistant sur les efforts entrepris pour protéger les données de ses utilisateurs après l'affaire Cambridge Analytica.

AFP - Mark Zuckerberg, le PDG du premier réseau social mondial, a fait cette annonce lors de la journée des développeurs du site à San Jose (Californie). Il a précisé que cette nouvelle fonction ne viserait pas à faciliter les rencontres ponctuelles, mais à aider les gens à bâtir des relations durables par l'intermédiaire du réseau.

«Cela sera destiné à construire des relations authentiques et durables, pas seulement des plans d'un soir», a-t-il affirmé, soulignant que sur les quelque 2 milliards d'utilisateurs du réseau social environ 200 millions se présentaient comme célibataires et qu'un mariage sur trois aux Etats-Unis résultait d'une rencontre faite en ligne.

Le service sera gratuit comme les autres fonctionnalités de Facebook qui dégage des revenus grâce à la publicité.

Les utilisateurs pourront créer un «profil de rencontre» distinct de leur profil sur leur page Facebook et des partenaires potentiels leur seront recommandés sur la base des données de ce profil.

L'action d'un des principaux sites de rencontres payants aux Etats-Unis, Match, s'est effondrée à Wall Street de plus de 22% après cette annonce.

Parmi les autres innovations annoncées mardi figure la possibilité pour les utilisateurs de Facebook d'effacer leurs données de navigation.

«Cette fonctionnalité vous permettra de voir les sites web et les applications qui nous envoient des informations lorsque vous les utilisez, de supprimer ces informations de votre compte et de désactiver notre capacité à les stocker à l'avenir», a indiqué Facebook dans un blog publié parallèlement à la conférence.

Sécurité des utilisateurs

«Si vous effacez votre historique ou utilisez le nouveau paramètre, nous supprimerons les informations d'identification de sorte que l'historique des sites web et des applications que vous avez utilisés ne sera pas associé à votre compte», a-t-on précisé de même source.

«Nous continuerons à fournir des applications et des sites web avec des analyses agrégées - par exemple, nous pouvons créer des rapports lorsque nous recevons ces informations afin de pouvoir dire aux développeurs si leurs applications sont plus populaires auprès des hommes ou des femmes d'un certain groupe d'âge», a-t-on toutefois précisé de même source.

Cette nouvelle fonctionnalité veut répondre aux préoccupations apparues après l'affaire Cambridge Analytica, qui a vu cette firme d'analyse de données détourner celles de quelque 87 millions des utilisateurs de Facebook à des fins politiques.

La conférence des développeurs, appelée «F8», réunit quelque 5.000 d'entre eux alors que Facebook a réduit le volume de données qu'ils peuvent glaner sur le site à la suite de l'affaire Cambridge Analytica, réduisant d'autant leur capacité à profiter économiquement de leur présence sur le site.

Mark Zuckerberg a insisté lors de sa présentation que l'objectif de Facebook était «de s'assurer de la sécurité des utilisateurs».

«Ce qui est arrivé avec Cambridge Analytica est une grave violation de notre confiance. Ce développeur s'est approprié des données et les a vendues et nous devons nous assurer que cela ne se reproduira plus», a-t-il souligné.

«Comme vous le savez tous, nous avons réduit le volume de données que les développeurs peuvent demander aux gens», a-t-il rappelé, tout en concédant qu'«il y avait encore des mesures à prendre».

Des développeurs présents à la conférence se sont félicités des mesures annoncées par Facebook après l'affaire Cambridge Analytica. «Je respecte le fait qu'ils ont réagi et qu'ils n'ont pas essayé de couvrir l'affaire», a affirmé Malik Gillins de Movez, une start-up qui développe une application visant à simplifier l'organisation d'évènements sociaux.

Traduction sur Messenger

Mark Zuckerberg a aussi indiqué mardi que Facebook consacrait d'importantes ressources pour identifier et neutraliser les «mauvaises applications» et que les utilisateurs du réseau avaient désormais davantage de latitude pour ajuster leurs paramètres de confidentialité.

Parmi les nombreuses applications dévoilées mardi, Facebook Messenger va désormais offrir une fonction de traduction, utilisant les ressources de l'intelligence artificielle pour permettre à des utilisateurs s'exprimant dans des langues différentes de communiquer. Dans un premier temps, les langues qui pourront être traduites sont l'anglais et l'espagnol et d'autres seront ajoutées par la suite.

Microsoft, Google et Amazon offrent déjà des fonctions de traduction pour leurs produits, Google offrant notamment depuis un an des oreillettes, qui associées à ses smartphones, sont capables de traduire une douzaine de langues.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des numéros de téléphone liés à plus de 400 millions de comptes se sont retrouvés stockés en ligne, à la merci d'une utilisation malveillante, dernière violation en date du groupe américain en matière de protection des données personnelles, a rapporté mercredi le site TechCrunch.
(FILES) In this file photo taken on November 4, 2016, the Facebook sign and logo is seen in Menlo Park, California. - Facebook said technology firms and US officials met at its Silicon Valley headquarters on September 4, 2019, to collaborate on protecting next year's presidential election from cyber threats. Google, Microsoft and Twitter were listed among the companies that met with representatives from the Federal Bureau of Investigation, Department of Homeland Security, and the office of the Director of National Intelligence at the social network's campus in the city of Menlo Park. (Photo by JOSH EDELSON / AFP)
Le réseau social le plus utilisé au monde était aux prises dans la nuit de mercredi à jeudi avec une panne de grande ampleur, privant d'accès totalement ou partiellement de nombreux utilisateurs pendant une dizaine d'heures.
Mark Zuckerberg va de nouveau mercredi affronter les questions de parlementaires américains sur les divers scandales qui empoisonnent Facebook, après avoir déjà passé cinq heures devant les sénateurs mardi, ne cédant rien sur le fond mais laissant certaines interrogations sans réponses.
WASHINGTON, DC - APRIL 10: Facebook co-founder, Chairman and CEO Mark Zuckerberg departs after testifying before a combined Senate Judiciary and Commerce committee hearing in the Hart Senate Office Building on Capitol Hill April 10, 2018 in Washington, DC. Zuckerberg, 33, was called to testify after it was reported that 87 million Facebook users had their personal information harvested by Cambridge Analytica, a British political consulting firm linked to the Trump campaign.   Win McNamee/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Des Luxembourgeois sont-ils concernés par la transmission de données par Facebook à Cambridge Analytica? Si c'était le cas, les plaintes à la Commission nationale de protection des données iraient... en Irlande, explique le Premier ministre et ministre des Communications, Xavier Bettel.
ILLUSTRATION - 25.03.2018, Großbritannien, London: Das Logo von Facebook ist auf dem Display eines Smartphones zu sehen. (zu dpa "Facebook entschuldigt sich in Zeitungsanzeige für Vertrauensbruch" vom 27.03.2018) Foto: Dominic Lipinski/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++