Changer d'édition

En pleine découverte de la «vie sur Mars»
Culture 5 1 3 min. 13.10.2021
Espace

En pleine découverte de la «vie sur Mars»

Là, ce n'est pas du cinéma. La mission AMADEE-20 est on ne peut plus scientifique à l'approche de la conquête martienne.
Espace

En pleine découverte de la «vie sur Mars»

Là, ce n'est pas du cinéma. La mission AMADEE-20 est on ne peut plus scientifique à l'approche de la conquête martienne.
Photo : AFP
Culture 5 1 3 min. 13.10.2021
Espace

En pleine découverte de la «vie sur Mars»

Dans un cratère de 500 mètres de profondeur perdu dans le désert du Néguev, en Israël, des astronautes tentent d'appréhender un possible séjour sur la planète rouge.

(AFP) - Six astronautes (venus du Portugal, d'Espagne, d'Allemagne, des Pays-Bas, d'Autriche et d'Israël) vivent depuis le 4 octobre coupés du monde en plein désert, au sud d'Israël. Et il en sera ainsi jusqu'au 31 octobre. Mais pour l'heure, ils ne peuvent quitter leur habitat qu'en combinaison spatiale comme s'ils étaient sur Mars. Leur mission, la simulation martienne AMADEE-20, vise à mener diverses expériences en vue de futures missions d'exploration humaine et robotique de Mars. Et ce n'est pas là un scénario de film...

Au milieu d'une étendue ocre, voilà donc ces astronautes (une femme, cinq hommes) placés sous les ordres et la surveillance du Forum spatial autrichien (OeWF) qui a planté une «base martienne» en plein désert. Le cratère choisi, le désert caillouteux autour et les teintes orangées de l'horizon se rapprochent du paysage martien, l'apesanteur et le froid en moins. «Ici nous avons des températures qui sont de 25-30 degrés, sur Mars il fait moins 60 degrés Celsius et l'atmosphère est irrespirable», explique l'Autrichien Gernot Grömer qui supervise la mission.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

«C'est un rêve qui se réalise», s'extasie Alon Tenzer, astronaute israélien de 36 ans. «C'est quelque chose sur lequel on travaille depuis plusieurs années, je suis très heureux d'être ici», avoue-t-il alors que la mission prévue initialement en 2020 a dû être reportée de plusieurs mois en raison de la crise covid et des difficultés qu'elle imposait à ce projet inédit. 

L'ensemble des membres de «l'équipage» se sont portés volontaires. Mais ils ont dû passer de nombreux tests physiques et psychologiques pour participer à cette mission et mener à bien toute une série d'expériences. C'est qu'il faut force et patience rien que pour revêtir sa combinaison de sortie : 50 kilos de vêtements qui mettent deux à trois heures pour être enfilés.

Le Forum spatial autrichien, organisation privée regroupant des spécialistes de l'aérospatiale, avait déjà organisé douze missions similaires dans le monde dont la dernière, Amadee-18, dans le sultanat d'Oman voilà trois ans. Cette fois, il s'est allié avec le centre de recherche israélien D-MARS, pour construire une base en forme de polygone et alimentée en énergie solaire. A l'intérieur, le confort est spartiate. Une petite cuisine et des lits superposés car l'essentiel de l'espace est réservé aux expérimentations scientifiques. Leurs résultats pourraient s'avérer un jour essentiels, l'agence spatiale américaine, la Nasa, envisageant une première mission habitée sur Mars dans les années 2030.

Le premier homme qui marchera sur Mars est déjà né

Gernot Grömer, superviseur de la mission AMADEE-20

Microbiologiste de formation, Anika Mehlis évaluera, elle, la possibilité de contamination microbienne, c'est-à-dire d'introduire sur Mars des bactéries terrestres avec le risque d'éliminer toute vie qui pourrait s'y trouver. «Ce sera un gros problème», affirme-t-elle, effleurant un des défis majeurs de la conquête spatiale.

«La cohérence du groupe et la capacité à travailler ensemble est cruciale pour survivre sur Mars», estime le superviseur Gernot Grömer. «C'est comme dans un mariage à part que dans un mariage, vous pouvez partir, sur Mars vous ne pouvez pas», ironise-t-il.

«Ce que nous faisons ici, c'est préparer le plus grand voyage que notre société ait jamais fait, Mars et la Terre étant situées à 380 millions de kilomètres en leurs points les plus extrêmes, poursuit Gernot Grömer. Le premier homme qui marchera sur Mars est déjà né».


Sur le même sujet

Le satellite d'observation luxembourgeois n'a pas encore décollé qu'il fait déjà (beaucoup) parler de lui. Après les interrogations sur son coût, voilà que sa gestion vient de changer de mains.
Telekommunikation
Non, il n'est pas prévu que le Grand-Duché envoie un spationaute à bord de la station spatiale internationale. Par contre, des étudiants luxembourgeois auront la chance de voir leur expérience être menée 400 km au-dessus de leur tête. Il faut juste qu'elle tienne dans une boite...
Backdropped by Earth's horizon and the blackness of space, a portion of the International Space Station is featured in this image provided by NASA and photographed by a crew member on the International Space Station while space shuttle Endeavour remains docked with the station Monday Feb. 15, 2010. (AP Photo/NASA)
Le milliardaire a réussi son pari: après avoir passé sa vie entière à en rêver, le Britannique a atteint l'espace dimanche à bord d'un vaisseau de l'entreprise Virgin Galactic, qu'il a fondée il y a 17 ans. Et de promettre le début d'une «nouvelle ère spatiale».
Sir Richard Branson holds up a photo of comedian Stephen Colbert that he brought with him into space, as he speaks after flying into space aboard a Virgin Galactic vessel, a voyage he described as the "experience of a lifetime" -- and one he hopes will usher in an era of lucrative space tourism at Spaceport America, near Truth and Consequences, New Mexico on July 11, 2021. - "Congratulations to all our wonderful team at Virgin Galactic for 17 years of hard, hard work to get us this far," he said during a live feed as the VSS Unity spaceship glided back to Spaceport America in New Mexico.It reached a peak altitude of around 53 miles (85 kilometers) -- beyond the boundary of space, according to the United States -- allowing the passengers to experience weightlessness and admire the Earth's curvature.The trip proceeded without drama, and touchdown occurred at around 9:40 am Mountain Time (1540 GMT), about an hour after take-off. (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)
Six volontaires vont s'isoler complètement durant un an, la plus longue expérience de mise à l'écart jamais menée par les Etats-Unis, pour récolter de précieuses informations qui seront utiles à l'heure d'envoyer des astronautes sur Mars.
L'équipe comprend un astro-biologiste français, un physicien allemand et quatre Américains: un pilote, un architecte, un médecin/journaliste et un scientifique spécialisé dans les sols.