Changer d'édition

Ecran noir pour les cinémas luxembourgeois
Culture 4 min. 24.11.2020

Ecran noir pour les cinémas luxembourgeois

Ce n'est pas cette année que les cinémas luxembourgeois battront leur record de fréquentation : 1,14 million de spectateurs en 2019.

Ecran noir pour les cinémas luxembourgeois

Ce n'est pas cette année que les cinémas luxembourgeois battront leur record de fréquentation : 1,14 million de spectateurs en 2019.
Photo : AFP
Culture 4 min. 24.11.2020

Ecran noir pour les cinémas luxembourgeois

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Comme bars et restaurants, les salles obscures vont également devoir fermer pour trois semaines. Un rebondissement attendu mais qui pourrait accoucher d'une happy end, espèrent les exploitants.

Voilà une année 2020 qui se sera déroulée comme un scénario catastrophe pour les cinémas du pays. A l'arrêt de mi-mars à mi-juin, les salles peinaient depuis à retrouver la foule. S’astreignant à rassurer les amateurs de 7e art, respectant les consignes sanitaires à la lettre, éloignant les programmations pour que le public se croise le moins possible ou surveillant que les spectateurs portent bien leur masque durant la projection et soient à bonne distance les uns des autres. Mais le gouvernement a peu ménagé le suspense  : à partir du 26 novembre fini les séances, jusqu'au 15 décembre.


Kultur,Expo Casino. L'Homme Gris.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La culture touchée, mais pas coulée, par le covid
Les aides accordées aux artistes professionnels indépendants et intermittents du spectacle luxembourgeois sont prolongées jusqu'à la fin d'année. En attendant des jours meilleurs, le ministère de la Culture a déjà déboursé 930.000 euros de soutiens exceptionnels.

«Presque un soulagement», souffle pour sa part Raymond Massard qui gère le Waasserhaus à Mondorf-les-Bains et le Kursaal de Rumelange. A la tête de l'Asbl Images inanimées, la fréquentation de ces dernières semaines le désolait. «Une bonne journée, avec quatre séances, on pouvait croiser 20 personnes au mieux». A la tête des Kinepolis luxembourgeois, Christophe Eyssartier constate lui aussi que «c'était devenu compliqué côté fréquentation».

Bettel a donc tranché mais le public avait montré la voie. «La confiance n'y était plus, reconnait Raymond Massard. Les gens étaient devenus réticents à se retrouver cloîtrés dans une salle.» Et puis, les cinéphiles comme les amateurs en plus d'avoir à vaincre leur appréhension du covid ont aussi eu du mal à s'adapter aux changements de modalités des séances. Sans masque au printemps, avec ensuite, privé de pop-corn après.

Aucun cluster n'a été signalé  

Des rebondissements qui ont fini par donner une image floue de ce qui était permis ou non dans les 37 salles obscures en activité. «Je vois au Kirchberg ou à Belval, vous pouviez dîner sans masque à quatre à une table mais, pour voir tranquillement un blockbuster une minute après, il fallait être séparés les uns des autres, avec une protection buccale pendant la séance», sourit un brin amer le responsable des deux complexes. 

Reste que si l'annonce des trois semaines de confinement (comme pour cafés et restaurants) reste dure à avaler, les deux gestionnaires acceptent la mesure. Optimistes, ils voient même déjà la lumière au bout du tunnel. «Nous sommes un environnement sain, contrôlé, où aucun cluster n'a été signalé. Donc quand l'infection sera réduite, les spectateurs reviendront à nous», espère Christophe Eyssartier. Et de croiser les doigts pour qu'avec les fêtes, le «public familial» retrouve le chemin des salles. Après tout, la programmation de fin décembre est faite pour lui : Wonder Woman 2, Croods 2, Freaky, The Witches ou Come Away seront à l'affiche.

Raymond Massard, lui, voit dans cet épisode «une nouvelle de repenser» l'offre. Comme il l'avait fait en été avec l'organisation de nombreuses soirées de projection en mode drive-in, il cherche une autre idée pour cet hiver. Et le «truc» pourrait bien être ces séances en streaming proposées depuis le site internet de l'Asbl. «On paie son billet et l'on a droit non seulement à la diffusion d'un film chez soi, sur mobile ou tablette, mais aussi à un entretien avec le réalisateur, une table-ronde débat, etc. Bien dans l'esprit du cinéma associatif.» Une formule avec laquelle Caramba.lu compte bien séduire les particuliers, mais aussi les collectivités ou les entreprises. A charge pour ces dernières d'acheter des places et les offrir à la population à leurs salariés. «L'essentiel, c'est que le charme du cinéma agisse toujours!»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plus de 2.000 amendes pour non-port du masque
Depuis mars, police et douanes multiplient les patrouilles pour veiller au respect des règles sanitaires liées au covid. Entre prévention et sévérité, plus de 3.500 avertissements taxés ont déjà été dressés pour des infractions.
Wirtschaft, Lokales, Illustrationen, Masken, Covid 19, verschiedene Masken, Mode der Masken, Muster, Farbe,  Corona-Zeiten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Fortnite en embuscade sur iPhone
L'américain Nvidia, qui a adapté son service de jeux en streaming au navigateur web des smartphones d'Apple, prépare le retour du jeu phénomène pourtant banni pour avoir contesté les commissions imposées par la marque à la pomme.
La forêt, un garde-manger pour le chef René Mathieu
Récemment récompensé pour sa démarche 100% végétale, le chef de La Distillerie à Bourglinster revient sur la spécificité de sa cuisine, dont la démarche se nourrit d'une réflexion sur le réchauffement climatique et la préservation des ressources.
René Mathieu
«Une ambiance festive et hivernale» dans la capitale
Si la pandémie a contraint la Ville de Luxembourg à annuler son traditionnel marché de Noël, les élus locaux n'entendent pas pour autant renoncer à l'atmosphère des fêtes de fin d'année. Au programme: illuminations, animations et activités en famille.
 Bertrange. Belle Etoile. Reportage Cactus marché de noël. Photo: Steve Eastwood
La Rockhal cherche désormais à «se réinventer»
Alors que son activité est à l'arrêt depuis huit mois, la salle de concert fait part d'un bien sombre bilan. Mais la crise sanitaire ne saurait arrêter ses équipes qui développent de nouveaux projets visant à «soutenir la création et maintenir le lien entre le public et les musiciens».
La Rockhal veut par tous les moyens conserver le contact avec son public et les musiciens.
J moins 2 avant la première séance
Mercredi 17 juin, clap, les salles obscures du Luxembourg retrouveront spectateurs et programmation. Mais rien ne sera plus jamais comme avant. Les exploitants ont dû revoir leur scénario tant l'accueil du public que la programmation des films.
online.fr, Kinepolis, Covid 19, Corona, Sicherheitsbestimmungen im Kino, Eröffnung ab dem 17. Juni Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort