Changer d'édition

Du trait au dessin de Ad Reinhardt
Culture 10 2 min. 08.07.2017 Cet article est archivé
L'été au Mudam

Du trait au dessin de Ad Reinhardt

Le visiteur est accueilli par des tirages grands formats de quelques dessins d'Ad Reinhardt.
L'été au Mudam

Du trait au dessin de Ad Reinhardt

Le visiteur est accueilli par des tirages grands formats de quelques dessins d'Ad Reinhardt.
Photo: Lex Kleren
Culture 10 2 min. 08.07.2017 Cet article est archivé
L'été au Mudam

Du trait au dessin de Ad Reinhardt

Daniel CONRAD
Daniel CONRAD
Pour l'été, le Mudam a bel et bien décidé de voir les choses en grand. Parmi les quatre nouvelles expositions, celle consacrée à Ad Reinhardt mérite un détour.

Par Thierry Hick

Pour l'été, le Mudam a bel et bien décidé de voir les choses en grand. Parmi les quatre nouvelles expositions, celle consacrée à Ad Reinhardt mérite un détour.

Ad Reinhardt (1913-1967) est sans doute plus connu comme peintre abstrait. Le Mudam propose de découvrir un autre volet de l'artiste américain: son travail de dessinateur et de caricaturiste.

Pas moins de 250 œuvres, toutes catégories confondues, ont été retenues et mises en parallèle avec des créations d'artistes contemporains: Luis Camnitzer, Sara Cwynar, Judith Hopf, Kerry James Marshall, Álvaro Oyarzún, Lily Reynaud-Dewar et Olav Westphalen. Ainsi naît un dialogue intergénérationnel et interculturel. Il s'agit par ailleurs de la plus importante rétrospective jamais consacrée à cet artiste.

En descendant au sous-sol du Mudam, le visiteur est accueilli par des tirages grands formats de dessins d'Ad Reinhardt. Une première occasion de découvrir la richesse et la complexité du trait de l'artiste.

Un artiste observateur...

«Abtsract Painting», un monochrome de 1956, est là pour rappeler qu'Ad Reinhardt était aussi peintre. Commençant à dessiner dès le plus jeune âge – histoire aussi de se faire un peu d'argent de poche, il vivra de ce travail plus tard – l'artiste suivra tout au long de sa carrière deux orientations différentes.

Observateur de la scène artistique de son pays, le dessinateur voulait aussi être pédagogue critique. La série «How to look at...», déclinée en plusieurs volets, propose des clefs de lecture multiples pour comprendre les courants et pensées artistiques de l'époque.

Publiant régulièrement dans différents journaux et revues américaines – «PM», «New Masses», «Glamour» – Ad Reinhardt utilise tant ses propres dessins ou caricatures, mais aussi des collages d'éléments récupérés et découpés d'origines les plus diverses.

... et militant

Une grande partie de l'exposition du Mudam est consacrée à l'engagement politique et militant de l'artiste américain. Le fascisme en Europe, le droit de vote des femmes, le droit des syndicats sont autant de fronts sur lesquels Ad Reinhardt a combattu. Un militantisme qui avait aussi pour but d'évoquer le rôle et la place de l'artiste-citoyen dans la société.

Quelque soit le thème choisi, le trait d'Ad Reinhardt se distingue par une précision décapante et une sûreté du geste assumée. Une fois terminé, le dessin laisse apparaître un humour tranchant souvent libéré de toutes contraintes.

_____

Mudam: quatre nouvelles expositions

  • «Hard to Picture: A Tribute to Ad Reinhardt», jusqu'au 21 janvier 2018
  •   Mary Reid Kelly, jusqu'au 10 septembre
  • «Doubling Coding»: œuvres de la collection du Mudam, jusqu'au 10 septembre;
  • «Psychic», Martin Eder, 
jusqu'au 3 septembre.

www.mudam.lu


Sur le même sujet

Faire (re-)découvrir sa collection, (re-)conquérir le public, devenir un centre d'art de référence au niveau national et international: le Mudam ne manque pas d'ambitions pour les mois à venir. La nouvelle directrice, Suzanne Cotter, annonce la couleur.
David Wojnarowicz:  «Untitled» (Genet after Brassail) 1979
La programmation 2017 au Mudam
Le directeur démissionnaire du Mudam Enrico Lunghi a présenté le programme de la saison prochaine lors d'une conférence de presse.
Mudam: prés. programme artistique 2017 / Foto: Steve EASTWOOD