Changer d'édition

Des remous et des bribes d'interview
Culture 2 min. 07.10.2016 Cet article est archivé
Affaire Lunghi

Des remous et des bribes d'interview

Enrico Lunghi
Affaire Lunghi

Des remous et des bribes d'interview

Enrico Lunghi
Romain Schanck
Culture 2 min. 07.10.2016 Cet article est archivé
Affaire Lunghi

Des remous et des bribes d'interview

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Après avoir déposé plainte pour "coups et blessures volontaires" contre le directeur du Mudam, la journaliste de RTL a finalement retiré sa plainte. Mais des questions restent en suspens.

(wort.lu) - Le journal satirique Den neie Feierkrop parle d'une volte-face de la part de RTL dans l'affaire Lunghi.

Jeudi, le conseil d'administration du Mudam, réuni en séance extraordinaire, a confirmé sa confiance en son directeur. Enrico Lunghi reste donc à son poste.

L'affaire est partie d'une interview au cours de laquelle le directeur du Mudam a été agacé par une question de la journaliste Sophie Schram au sujet d'une artiste luxembourgeoise (Doris Drescher) qui s'estime injustement traitée par les institutions culturelles de son pays.

Le directeur du Mudam a tourné les talons en disant que la question n'avait aucun intérêt, puis il est revenu près de la journaliste, a pris son micro en lui disant "Si tu diffuses cela, je ne te parle plus". Seuls des extraits de l'interview ont été diffusés par RTL, ce qui ne permet pas une connaissance absolue du contexte dans lequel le directeur du Mudam a perdu son sang-froid.

Dix jours plus tard, Sophie Schram s'est rendue chez un médecin qui a constaté des contusions sur son poignet et lui a prescrit une interruption temporaire de travail de deux jours.

La chaîne n'a évoqué l'incident que deux semaines après les faits. Après que la journaliste eut déposé plainte par le truchement de l'avocat de RTL maître Pol Urbany, pour "coups et blessures volontaires". "Il est important que nous entamions une action. Nous ne sommes pas ici en Turquie. Nous sommes dans un pays civilisé", avait-il déclaré au micro de la chaîne.

Le directeur des programmes de la chaîne, Alain Berwick, a eu connaissance des faits tardivement. D'après le Feierkrop, il aurait lui-même insisté pour diffuser la partie où Enrico Lunghi s'en prend verbalement et physiquement à la journaliste de la rubrique Culture Sophie Schram.

Tout est pardonné… ou presque

Pour Alain Berwick, le comportement d'Enrico Lunghi au cours de cette interview est inacceptable, indépendamment de ce que l'on peut penser des méthodes des journalistes ou de leurs choix de diffusion, peut-on lire dans Feierkrop.

Enrico Lunghi a présenté ses excuses, la journaliste a retiré sa plainte. Reste que les sanctions disciplinaires requises par Xavier Bettel en tant que ministre de la Culture sont en cours.

Enrico Lunghi s'expose à des sanctions disciplinaires, comme l'a requis le Premier ministre et ministre de la Culture Xavier Bettel. La procédure suit son cours. Le directeur du Mudam n'est actuellement pas fonctionnaire, car il est en "congé sans traitement".

Dans le cas de sanctions disciplinaires, un fonctionnaire conserve son statut, explique un représentant syndical du CGFP au Luxemburger Wort.

L'article 28 du Commissariat à la discipline explique ceci: "Le fonctionnaire conserve pendant la durée du congé sa qualité de fonctionnaire. Sauf disposition contraire, il continue de jouir des droits conférés par le présent statut et reste soumis aux devoirs y prévus."

Aucun délai n'est cependant précisé pour qu'une décision de sanctions soit prise et appliquée.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'affaire continue
Enrico Lunghi n'en a pas fini dans cette affaire avec RTL. L'ancien directeur du Mudam a décidé de poursuivre le groupe pour diffamation et demande des dommages et intérêts.
En ce qui concerne la procédure disciplinaire, un rapport complet du commissaire de gouvernement de plus de 77 pages est en cours de traitement.
Si c'était à refaire, Xavier Bettel "réagirait de la même manière". C'est ce que le Premier ministre a déclaré aux députés membres de la commission de la culture qui l'interrogeaient à propos de l'affaire Lunghi.
Trägt an diesem Montag gleich drei Hüte: Premierminister Xavier Bettel.
L'affaire Lunghi n'en finit pas. Nouveau rebondissement lundi après-midi: RTL réagit aux innombrables questions et critiques suite à la diffusion de l'interview du directeur du Mudam. RTL a donc diffusé l'intégralité des rushes de l'interview d'Enrico Lunghi par Sophie Schram.
Sophie Schram et Enrico Lunghi lors de cette interview qui a mal tourné.
Le conseil d'administration du Mudam s'est réuni jeudi en séance extraordinaire pour statuer sur l'incident qui a opposé son directeur Enrico Lunghi à une journaliste de RTL.
Enrico Lunghi s'est entretenu avec le conseil d'administration du musée, jeudi.
Enrico Lunghi devra s'expliquer ce jeudi devant le conseil d'administration du Mudam sur l'incident survenu avec une journaliste de RTL. Sa lettre d'excuse ne change pas les faits pour le ministre de la Culture, qui avait requis des sanctions à son encontre.
Enrico Lunghi.
Les questions qui fâchent
Une enquête disciplinaire a été ordonnée par Xavier Bettel à l'encontre du directeur du Mudam, Enrico Lunghi. Un coup de massue dû à une plainte déposée par une journaliste de RTL, qui accuse le directeur de "coups et blessures volontaires" lors d'une interview. Ses jours à la direction du Mudam sont-ils comptés?
Itv Enrico Lunghi (10e anniv Mudam), Foto Lex Kleren