Changer d'édition

Dans l’air du temps: Requiem pour des artistes disparus
Culture 2 min. 09.12.2016

Dans l’air du temps: Requiem pour des artistes disparus

Stéphane Bern, chroniqueur pour le Luxemburger Wort.

Dans l’air du temps: Requiem pour des artistes disparus

Stéphane Bern, chroniqueur pour le Luxemburger Wort.
Photo: archive LW
Culture 2 min. 09.12.2016

Dans l’air du temps: Requiem pour des artistes disparus

Cette semaine, dans sa chronique hebdomadaire "Dans l'air du temps", Stéphane Bern nous parle de ces stars qui rencontrent encore le succès après leur mort.

La fin d’année est toujours le prétexte aux bilans et aux comptes, et l’industrie du disque est la première à lister le palmarès des meilleures ventes. 

Certes, les chanteurs Adèle, Justin Bieber, Michaël Bublé, Ed Sheeran ou le groupe Coldplay se hissent parmi les premières places du classement, mais il est une évidence qui frappe d’emblée les esprits. Les carrières des artistes populaires s’achèvent d’autant plus en apothéose qu’à leur mort leur cote ne cesse de grimper et les ventes de leurs albums explosent. «Mourrez nous ferons le reste !» semblent dire les maisons de disques qui, à l’approche des fêtes de Noël, remplissent les rayons d’albums hommage et de «tributes». 

On assiste ainsi chez les disquaires à la renaissance d’Elvis Presley dont le succès semble éternel, tandis que les chanteurs défunts de 2016 s’arrogent les premières marches du palmarès. 

Allez comprendre pourquoi l’album « The very best of Prince », publié en 2001 et qui plafonna alors à la 66ème position du Bilboard américain,  rencontrait au lendemain de la mort de l’artiste un succès fulgurant qu’il n’a pu lui-même savourer. 

La concordance des temps a aussi installé en 2016 dans la position de leadership le chanteur David Bowie qui avait sorti son ultime album « Blackstar » deux jours avant de mourir, crevant des plafonds de ventes et entraînant dans son sillage un best-of sorti en 2002… Cruelle destinée que celle des artistes dont le succès posthume est plus éclatant que de leur vivant. 

Et, de ce point de vue, la sortie prochaine du film biopic sur Dalida devrait encore davantage stimuler les ventes de ses albums, éternellement remixés et remasterisés par son frère Orlando qui peut attester qu’elle aura vendu plus de disques depuis sa mort en 1987 ! 

Pourtant, l’artiste qui a vendu le plus d’albums en 2016, n’est autre que… Mozart. Avec le coffret géant vendu pour commémorer sa mort, Wolfgang Amadeus semble disposer d’une flûte enchantée. Aucune émission de promotion dans les médias, pas de concerts, même pas de chaîne YouTube pour relayer ses grands arias ou ses concertos et pourtant le résultat s’impose : plus d’un million d’albums vendus en cinq semaines. 

C’est le retour gagnant du compositeur autrichien Wolfgang Amadeus Mozart à l’occasion des 225 ans de sa mort grâce à l’association Decca et Deutsche Grammophon, avec la Salzburg Mozarteum Foundation, qui ont sorti ce coffret de 200 CD, pour plus de 240 heures de musique issu du cerveau fertile du génie de la musique. 

Selon Universal, qui le distribue, il s’agit du « plus fidèle, plus savant et plus complet coffret jamais dévolu au travail d’un seul compositeur ». Certes, mais ce succès public s’explique aussi par notre attirance inconsciente vers ce qui est intemporel, sacralisé par le temps et élevé au rang d’immortel. 

Il n’est pas donné à tous les génies de la musique d’accéder à cet Olympe des demi-dieux. Le seul passage obligé est celui du Requiem !  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Brit Awards: Carton plein pour Adele
La chanteuse Adele s'est vu remettre un prix d'honneur depuis la Station spatiale internationale (ISS) mercredi lors de la 36e cérémonie des Brit Awards marquée par un hommage à David Bowie.
Adele performs at the BRIT Awards at the O2 arena in London, February 24, 2016. REUTERS/Stefan Wermuth  EDITORIAL USE ONLY      TPX IMAGES OF THE DAY