Changer d'édition

Dans l’air du temps: Les choses de la vie
Culture 3 min. 30.07.2017

Dans l’air du temps: Les choses de la vie

Dans l’air du temps: Les choses de la vie

Photo: archives LW
Culture 3 min. 30.07.2017

Dans l’air du temps: Les choses de la vie

Stéphane Bern revient cette semaine dans sa chronique sur le divorce de Brad Pitt et d'Angelina Jolie.

C’est le feuilleton de l’été, la saga familiale dont se repaissent les Américains et qui alimente la chronique à grands scoops de presse.

Après Brad Pitt qui, pour les besoins de la promotion d’un film, s’était confié dans les colonnes du magazine masculin GQ, c’est au tour de son ex-épouse Angelina Jolie de donner sa version de leur retentissant divorce à la Une du magazine Vanity Fair.

Dans le numéro de septembre du magazine américain, l'actrice de 42 ans donne sa plus longue interview, depuis qu'elle a, du jour au lendemain, demandé le divorce de l'acteur, en septembre 2016.

Un entretien contrôlé, où chaque mot compte, et dans lequel Angelina Jolie évoque la fin de son histoire d'amour. «Les choses ont mal tourné» dit-elle, avant de se reprendre, et de préciser sa pensée. «Je ne veux pas utiliser ce mot... les choses sont devenues "difficiles».

Est-ce à cause de leur quotidien mouvementé comme le disait la rumeur publique ? Brad Pitt souhaitait-il une vie plus stable avec les enfants et non des voyages aux quatre coins du monde ?

«Notre mode de vie n’était à aucun moment négatif», dément-elle. «Ce n’était pas le problème. C’est et cela restera des merveilleuses opportunités que l’on peut donner à nos enfants... Ils sont six individus forts, réfléchis, qui connaissent le monde. Je suis très fière d’eux».

Angelina Jolie assure que Shiloh, Pax, Zahara, Vivienne, Knox et Maddox ont été "très courageux" lors de sa demande de divorce. L'actrice sous-entend, avec difficulté, que l'absence de leur père n'attriste pas particulièrement sa petite tribu.

«Nous guérissons de choses qui nous ont conduits au divorce. Ils ne se remettent pas du divorce en lui-même. Ils surmontent... les choses de la vie, explique-t-elle. Cela a été un moment très douloureux, et nous nous en remettons tout juste. On commence à sortir la tête de l’eau», avoue la réalisatrice qui a obtenu la garde de leurs six enfants, acheté une maison à Los Angeles et vient de s’y installer pour un nouveau départ.

«Cette maison est un grand pas en avant pour nous, et on essaye de faire de notre mieux pour guérir notre famille». Angelina Jolie précise qu'elle n’a pas encore fini d’ouvrir les cartons et que la décoration est au point mort. «C’était le truc de Brad», glisse-t-elle.

Les fins observateurs d’Hollywood ont passé chaque mot de l’interview au peigne fin et ont décrypté qu’elle n’avait pas de mot spécialement tendre à l’égard de Brad Pitt. «Nous nous soucions tous les deux de notre famille, et nous avançons chacun vers le même but», indique seulement Angelina Jolie.

Voulant montrer d’elle une image positive, elle tente de rassurer ses enfants en ces temps troublés. «Je pense qu'il est important de pleurer sous la douche et pas devant eux», dit-elle... tout en le déclarant à la presse mondiale !

Autre confidence, l'actrice annonce, au cours de l'interview, souffrir de la paralysie de Bell, une paralysie faciale partielle, touchant souvent un seul côté du visage. «Parfois les femmes s'occupent d'elles en dernier. Jusqu'à ce que cela se manifeste de façon physique», estime celle dont la peau serait devenue rugueuse et dont les cheveux seraient désormais grisonnants. Je ne sais pas si c'est la ménopause ou simplement l'année que je viens de passer», avoue-t-elle, suscitant immédiatement émoi et compassion sur les réseaux sociaux...

De même, la star hollywoodienne s’y connait pour émouvoir la ménagère américaine. Elle qui au quotidien emploie des dizaine de nounous et personnel de maison, affirme sans détour : «Depuis neuf mois, j'essaye d'être bonne dans le rôle de femme au foyer, à ramasser les crottes de chien, faire la vaisselle et lire des histoires le soir», déclare-t-elle, «et je progresse dans les trois domaines».

Angelina Jolie, fière de son parcours et de cette vie qu'elle qualifie "d'anormale", affirme «je fais des choix intelligents, je fais passer ma famille en premier, je prends en charge ma vie et ma santé».

Nul doute que le public, ému, se précipitera pour voir son cinquième film de réalisatrice, «First they killed my father».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Chronique de Stéphane Bern: Quand les stars se confessent
Dans sa chronique hebdomadaire, Stéphane Bern revient sur l'hystérie qui a accompagné l'annonce du divorce d'Angelina Jolie et Brad Pitt. Si tout le monde s’en mêle aujourd’hui, c’est qu’ils sont des figures familières tombées dans le domaine public ! Mais toute médaille a son revers.
Stéphane Bern est chroniqueur pour le Luxemburger Wort