Changer d'édition

Dans l’air du temps : Le loup et l’agneau pascal
Culture 3 min. 15.04.2017

Dans l’air du temps : Le loup et l’agneau pascal

Dans l’air du temps : Le loup et l’agneau pascal

Culture 3 min. 15.04.2017

Dans l’air du temps : Le loup et l’agneau pascal

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
C’est l’agneau de la discorde en pleine période pascale dans la botte italienne. L’homme d’affaires et ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi est au cœur d’un scandale politique qui oppose la Ligue du Nord au parti conservateur dont il est lui-même président, Forza Italia. La cause de ce remue-ménage ? Le sauvetage par le Cavaliere de cinq agneaux destinés à être mangés pendant ces fêtes de Pâques.

Par Stéphane Bern

C’est l’agneau de la discorde en pleine période pascale dans la botte italienne. L’homme d’affaires et ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi est au cœur d’un scandale politique qui oppose la Ligue du Nord, parti de droite populiste, au parti conservateur dont il est lui-même président, Forza Italia. La cause de ce remue-ménage ? Le sauvetage par le Cavaliere de cinq agneaux destinés à être mangés pendant ces fêtes de Pâques.

Pour prouver sa bonne foi, Berlusconi s’est prêté à un exercice un peu ridicule dans une vidéo réalisée par la ligue italienne de défense des animaux et de l’environnement contre la tradition de l’agneau de Pâques : on y voit l’ancien chef du gouvernement, plus maquillé orange que jamais, le visage parfaitement lifté et des implants capillaires couleur jais, en train de câliner et nourrir des petits agneaux, tel Marie-Antoinette dans sa bergerie du Hameau de la reine à Versailles.

Sur ces images bucoliques, le contraste est saisissant entre les doux et innocents agneaux blancs et le loup romain connu pour ses multiples démêlés judiciaires ! D’autant que la mini-crise politique qui a suivi n’est pas moins spectaculaire ! Le soutien du président de Forza Italia à la communauté végétarienne et végétalienne a singulièrement déplu aux professionnels de la viande mais également aux représentants de la Ligue du Nord, parti qui affiche pour sa part son soutien à cette branche de l’industrie agroalimentaire.

« C’est désolant de voir Berlusconi en soutien à des campagnes pseudo-vegan qui risquent seulement d’endommager un secteur de qualité et fondamental du point de vue économique tel que celui de la viande » a déclaré Gian Marco Centinaio, sénateur de la Ligue du Nord. Le responsable économique du parti, Claudio Borghi Aquilini, déplore pour sa part la prise de position de Berlusconi et rappelle que la viande « a toujours fait partie de la culture culinaire italienne ».

Au-delà des accusations qui pointent la menace représentée par les campagnes de Berlusconi pour le secteur de la viande, d’autres dénoncent un savant calcul politique. Alors que le nombre de ventes d’agneaux de Pâques a baissé considérablement ces dernières années, le marché étant impacté par la crise économique et l’élan végétarien de la société italienne, le soudain militantisme de l’ancien président ne peut signifier qu’une chose aux yeux de l’association des bouchers Assocarni qui s’est prononcée dans un communiqué : le cavaliere a choisi de compter sur les électeurs « amis des bêtes » pour le porter jusqu’aux prochaines élections parlementaires en juin 2018…

Le fait que la Ligue de défense des animaux et de l’environnement, qui a produit la vidéo, soit présidée par la jolie députée de Forza Italia et ancienne ministre du tourisme dans le gouvernement de Silvio Berlusconi, Michela Vittoria Brambilla, justifie sans doute l’enthousiasme de Berlusconi à jouer les gentils bergers. Avis aux électeurs, le nouveau Berlusconi est arrivé, doux comme un agneau, innocent comme un enfant de chœur et plus rajeuni que jamais… Et généreux ! Après avoir tourné la vidéo, il a aussitôt acheté les cinq agneaux qu’il avait câlinés. Une métaphore de sa politique ? 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Billet: Le retour du bunga-bunga
Silvio Berlusconi ressemble à une figure de cire, Arlequin figé sous son masque. Et pourtant «Sua Emmitenza» reste en scène, inéligible mais en campagne pour les élections législatives du 4 mars prochain. Comment expliquer la pérennité du vieux flamboyant, que l'on croyait calciné par les affaires scabreuses et les fêtes sulfureuses?
Berlusconi a été condamné à quatre ans de prison pour fraude fiscale, peine commuée en travail social, et ne peut prétendre à un nouveau mandat.