Changer d'édition

Dans l’air du temps : Le diplôme du coeur
Culture 2 min. 07.03.2017

Dans l’air du temps : Le diplôme du coeur

Stéphane Bern au palais grand-ducal lors du tournage de son émission sur la grande-duchesse Charlotte.

Dans l’air du temps : Le diplôme du coeur

Stéphane Bern au palais grand-ducal lors du tournage de son émission sur la grande-duchesse Charlotte.
Gerry Huberty
Culture 2 min. 07.03.2017

Dans l’air du temps : Le diplôme du coeur

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Cette semaine, dans sa chronique pour le Luxemburger Wort, Stéphane Bern nous parle de Rihanna et de son engagement humanitaire.

Par Stéphane Bern

Aucune artiste vivante n’a autant été récompensée avec pas moins de 350 prix, distinctions, disques d’or ou de diamants, sans parler de ses entrées multiples dans le livre Guinness des records pour ses ventes d’albums et sa présence en haut des tops 10, auxquels il convient d’ajouter, pour faire bonne mesure, ses titres de 13e artiste la plus aimée de tous les temps ou d’artiste ayant gagné le plus d’argent en 2016, cumulant une fortune de 100 millions de dollars.

La chanteuse Rihanna vient d’ajouter à ce palmarès prestigieux un autre titre de gloire. La prestigieuse université américaine d’Harvard vient de la récompenser en lui remettant le prix de «l’humanitaire de l’année 2017».

La pop star s’est réjouie avec humour et émotion: «Je suis enfin entrée à Harvard. Je n’aurais jamais cru que je pourrais dire cela un jour dans ma vie!». 

A la tribune, dans le Théâtre Sanders de la prestigieuse université, la pop star internationale a accepté le prix sous les acclamations, les cris et une standing ovation des étudiants. Certains ont attendu plus de 4 heures pour apercevoir la célèbre chanteuse aux millions d’albums vendus. 

Mais après avoir plaisanté sur sa présence à Harvard, Rihanna s’est lancé dans un discours plus profond. «Dans cette salle, je vois l’optimisme, je vois l’espoir, je vois l’avenir», a-t-elle dit. «Tout ce que vous devez faire est d’aider une personne et ne rien attendre en retour. Pour moi, c’est cela l’action humanitaire.»

Et de poursuivre: «la vérité, c’est que l’on n’a pas besoin d’être riche pour faire de l’humanitaire. On n’a pas besoin d’être riche pour aider quelqu’un. On n’a pas besoin d’être célèbre… On n’a même pas besoin d’être diplômé du supérieur... Enfin, j’aimerais l’être... Surtout aujourd’hui... Je reviendrai peut-être» a finalement lancé la jeune femme sous les hourras de son auditoire. 

Originaire de la Barbade dans les Caraïbes, Rihanna a commencé très tôt à s’engager dans le domaine associatif et humanitaire notamment en créant la fondation Clara & Lionel, nommée d’après ses grands-parents, qui s’engage pour développer la santé, l’éducation, les arts et la culture dans les communautés défavorisées.

La pop star s’est également beaucoup investie pour l’île de la Barbade. «Grâce à son travail caritatif, Rihanna a construit un centre d’oncologie et de médecine nucléaire de tout premier ordre pour diagnostiquer et traiter le cancer du sein à l’hôpital Queen Elizabeth de Bridgetown», a souligné le directeur de la fondation Harvard, S. Allen Counter.

La chanteuse a également mis en place un programme de bourses d’études destiné à payer les frais universitaires pour les étudiants défavorisés des Caraïbes qui partent étudier aux Etats-Unis.

Ayant elle-même grandi dans la pauvreté à Bridgetown, Rihanna veut offrir aux autres la chance de réussir par leur travail sans être freinés par des contingences matérielles. «Work work work work…» chante-t-elle à l’infini dans son dernier tube. 

Tout un programme pour celle qui a gagné ses lettres de noblesse du cœur. La générosité ne s’apprend pas à l’Université, fût-elle Harvard!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.