Changer d'édition

Dans l’air du temps: Fils de personne
Culture 3 min. 09.09.2017

Dans l’air du temps: Fils de personne

Stéphane Bern

Dans l’air du temps: Fils de personne

Stéphane Bern
Photo: Archives LW
Culture 3 min. 09.09.2017

Dans l’air du temps: Fils de personne

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Un tantinet agacé par les récentes revendications d'anonymes affirmant être "fils de", Stéphane Bern ironise sur ces démarches fallacieuses dans sa chronique. Rappelons que l'une de ces revendications a abouti à l'exhumation de Salvador Dali.

Faut-il se résoudre à n’être le fils de personne de connu, d’aucune célébrité en vue dont on pourrait réclamer l’héritage et profiter, ne serait-ce qu’un instant, de sa lumière et de sa gloire? 

Après l’épisode tragi-comique d’une cartomancienne catalane, Pilar Abel, qui prétendait à tort être la fille cachée de Salvador Dali et dont elle avait obtenu en juillet dernier l’exhumation pour prélever son ADN sans aucun rapport avec le sien, voici qu’un quadragénaire espagnol assure posséder les preuves scientifiques attestant de sa filiation avec le chanteur Julio Iglesias. 

Javier Sanchez Santos, 41 ans, a déposé cette semaine une demande de reconnaissance en paternité devant le tribunal de Valence, assurant détenir un test ADN prouvant qu’il est le fils du plus célèbre latin lover de la planète. Pour l’heure, le chanteur, qui a déjà huit enfants reconnus, n'a pas réagi à ces allégations. Peut-être avait-il raison de chanter «Vous les femmes, vous mon drame...». 

Se pourrait-il que la danseuse portugaise Maria Edite – parfois présentée elle aussi comme une cartomancienne! - lui ait fait un neuvième enfant dans le dos? Javier Sanchez Santos, 41 ans, l'espère fortement. Ce n'est pas la première fois que le nom de Javier Sanchez Santos résonne aux oreilles de l'artiste âgé aujourd'hui de 73 ans.

La mère du quadragénaire, Maria Edite, avait déjà présenté une demande en 1992 qui avait été rejetée pour des raisons de procédure. Face au silence du chanteur, Javier Sanchez Santos engage alors un détective basé à Miami où vit Julio Iglesias depuis son exil en 1982 à la suite du kidnapping de son père par des membres de l'E.T.A. Selon ses dires, le test ADN confirmerait à 99 % que Javier Sanchez Santos est bien le fils du crooner latino aux 300 millions d’albums vendus. Cela suffira-t-il à ce qu'on lui reconnaisse cette filiation? 

Ces nouvelles preuves pourraient permettre la réouverture de ce vieux dossier. Fernando Osuna, son avocat qui s’est fait une spécialité de la recherche de filiation des enfants cachés des stars, est plutôt confiant: « Ce serait absurde que la justice dise non à une vérité scientifique ». Si toutefois le tribunal devait rejeter la demande, le plaignant s'est dit prêt à déposer d'éventuels recours devant les instances supérieures espagnoles, voire d'aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'Homme de Strasbourg, dont on mesure bien que c’est là l’une de ses priorités. 

Pour prouver la filiation de son client, le détective privé de Miami n’a reculé devant aucune méthode d’investigation, et, selon l’avocat Me Osuna, « il a récupéré des restes abandonnés, des Kleenex et des mégots de cigarettes qui auraient été en contact avec le chanteur ou ses proches ». Pour grands que sont les chanteurs-stars, on a tôt fait de les ramener à leur condition de simples mortels. De fait, la réputation du serial-lover ne plaide par pour celui qui chantait « non, je n’ai pas changé ». 

Véritable bourreau des cœurs qui a fait de la séduction sa marque de fabrique, Julio Iglesias est connu autant pour sa musique que pour ses nombreuses conquêtes amoureuses. Père de huit enfants, trois issus de son premier mariage avec Isabel Preysler et cinq avec son épouse actuelle, Miranda Rijnsburger, il se pourrait bien que ses 50 ans de carrière soient couronnés par l’attribution d’un neuvième enfant qui se bat depuis vingt-cinq ans pour l’appeler papa.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.