Changer d'édition

«Etre actrice ne me serait jamais venu à l'esprit»
Culture 4 4 min. 20.07.2021
Cinéma

«Etre actrice ne me serait jamais venu à l'esprit»

A Cannes, l'actrice présentait également «Hold me tight» («Serre-moi fort»), du réalisateur français Mathieu Amalric, projeté dans la section «Cannes Première».
Cinéma

«Etre actrice ne me serait jamais venu à l'esprit»

A Cannes, l'actrice présentait également «Hold me tight» («Serre-moi fort»), du réalisateur français Mathieu Amalric, projeté dans la section «Cannes Première».
Photo: AFP
Culture 4 4 min. 20.07.2021
Cinéma

«Etre actrice ne me serait jamais venu à l'esprit»

De «Phantom Thread» à «Old» en passant par «Bergman Island», la comédienne luxembourgeoise Vicky Krieps revient sur les défis d'une carrière à Hollywood et son goût pour l'écriture.

(m.d. avec Patrick Heidmann et Pamela Jahn) Si elle n'a pas remporté de prix au 74e festival de Cannes, Vicky Krieps n'en demeure pas moins la «chouchoute d'Hollywood». En témoigne la standing ovation que lui a réservée le public de la Croisette après la projection de «Bergman Island». Luxembourgeoise d'origine, l'actrice enchaîne les projets à l'international depuis son premier rôle dans un film américain, «Phantom Thread» en 2018.


(FromL) British actor Tim Roth, French director Mia Hansen-Love, Luxembourg actress Vicky Krieps, Norwegian actor Anders Danielsen Lie and Swedish actor Hampus Nordenson pose as they arrive for the screening of the film "Bergman Island" at the 74th edition of the Cannes Film Festival in Cannes, southern France, on July 11, 2021. (Photo by Christophe SIMON / AFP)
Standing ovation pour Vicky Krieps sur la Croisette
L'actrice luxembourgeoise a foulé pour la première fois le tapis rouge du Festival de Cannes dimanche, avec l'équipe du film "Bergman Island". Réalisé par Mia Hansen-Løve, celui-ci est en compétition officielle.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans votre rôle dans «Bergman Island»? 

Vicky Krieps: «D'abord ce n'était pas tant le rôle en lui-même ou l'histoire du film, mais la réalisatrice Mia Hansen-Løve. J'étais encore à l'école de théâtre quand j'ai vu son premier film et j'ai été incroyablement impressionnée. Je ne connaissais pas grand-chose au cinéma à l'époque, mais j'ai immédiatement senti son style de mise en scène, que j'ai trouvé vraiment remarquable. Un sentiment qui s'est renforcé quand j'ai découvert qu'elle n'avait qu'un an et demi de plus que moi.

Alors, lorsque j'ai reçu le scénario de «Bergman Island», j'ai immédiatement perçu une connexion, c'était très intuitif. Et le personnage et son histoire m'ont également séduite. Peut-être parce qu'il y a au moins quelques parallèles: je suis moi-même une mère et je ne vis plus avec le père de mes enfants.


French director Julia Ducournau (C) poses on stage with guests and laureates after she won the Palme d'Or for her film "Titane" during the closing ceremony of the 74th edition of the Cannes Film Festival in Cannes, southern France, on July 17, 2021. (Photo by CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Le Luxembourg rentre bredouille de Cannes
Le jury de la 74e édition a récompensé samedi soir Julia Ducournau pour «Titane». La coproduction luxembourgeoise «Les Intranquilles» et l'actrice Vicky Krieps n'ont reçu aucun prix.

Qu'est-ce qui distingue Mia Hansen-Løve d'autres réalisateurs?

«La différence avec Paul Thomas Anderson, par exemple, avec qui j'ai réalisé mon premier grand film international «Phantom Thread», est étonnante. Paul n'est pas un directeur strict: il vous laisse une liberté presque totale. Il demande même à ses acteurs ce que leurs personnages vont faire ensuite. On ne se sent pas aussi libre avec Mia, même si ses films dégagent une incroyable liberté.

Dans son travail, elle ressemble beaucoup plus à une architecte: tout est planifié et construit de manière très précise, comme si elle savait déjà, lorsqu'elle tourne, comment tout sera coupé au final. Pour moi, c'était inhabituel et parfois contraignant, mais en tant qu'actrice vous grandissez aussi grâce à ce type de restrictions.

Comment avez-vous perçu Fårö, l'île qui donne son titre au film, qui a été la résidence du légendaire réalisateur Ingmar Bergman à partir de 1965?

«Mia a tourné le film en plusieurs étapes, ce qui m'a laissé une bonne année pour apprendre à connaître l'île avant le tournage. Je voulais aborder l'histoire d'Ingmar Bergman de manière impartiale, donc je n'ai pas spécialement regardé ses films au préalable. Néanmoins, j'ai senti l'énergie et l'atmosphère de ses films partout. 

Tourner dans sa maison était quelque chose de très spécial. Il y avait encore sa machine à café, son frigo, son fauteuil. Mes enfants ont regardé «Pippi Longstocking» en suédois dans sa salle de télévision. Et je nageais dans la mer tous les matins avant le travail.

Dans le film, vous jouez le rôle d'une cinéaste en pleine rédaction d'un scénario. Avez-vous également un lien avec l'écriture dans votre vie privée ? 

«Oui, j'ai toujours beaucoup écrit. Comme la plupart des gens, j'ai profité du premier confinement pour faire du rangement et du nettoyage et je suis tombé sur une armoire entière remplie de carnets de notes. J'écris de manière très intuitive, des idées, des phrases individuelles et des pensées, peut-être même un poème de temps en temps. 

Et pendant que je tourne un film, j'écris aussi sur mon personnage ou sur l'histoire. Tout simplement parce que chaque scénario a ses limites et ne peut jamais capturer toutes les facettes, les expériences et les sentiments d'un personnage. Je ne sais jamais non plus où quelque chose va me mener. Quand je commence à écrire, je ne sais pas où je vais me retrouver.

Vous êtes également à l'affiche de «Old» le nouveau film de M. Night Shyamalan. Enfant, rêviez-vous de devenir une star internationale? 

«Non, pas du tout. Mais à l'époque je ne rêvais pas non plus de devenir actrice. Et encore moins de faire des films. J'aimais aller au cinéma, mais le Luxembourg, où j'ai grandi, est si petit et si loin de tout que de tels rêves ne me seraient jamais venus à l'esprit. Ou alors je ne les aurais même pas exprimés.

À part ça, jusqu'à aujourd'hui, Hollywood n'est pas une priorité pour moi: j'aime tellement le cinéma européen. Mais c'était probablement une bonne chose de commencer par là: il m'a été plus facile de garder les pieds sur terre avec «Phantom Thread» de Paul Thomas Anderson à l'époque et de me concentrer davantage sur le travail, que sur le fait de savoir avec qui je faisais un film.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le jury de la 74e édition a récompensé samedi soir Julia Ducournau pour «Titane». La coproduction luxembourgeoise «Les Intranquilles» et l'actrice Vicky Krieps n'ont reçu aucun prix.
French director Julia Ducournau (C) poses on stage with guests and laureates after she won the Palme d'Or for her film "Titane" during the closing ceremony of the 74th edition of the Cannes Film Festival in Cannes, southern France, on July 17, 2021. (Photo by CHRISTOPHE SIMON / AFP)
L'actrice luxembourgeoise a foulé pour la première fois le tapis rouge du Festival de Cannes dimanche, avec l'équipe du film "Bergman Island". Réalisé par Mia Hansen-Løve, celui-ci est en compétition officielle.
(FromL) British actor Tim Roth, French director Mia Hansen-Love, Luxembourg actress Vicky Krieps, Norwegian actor Anders Danielsen Lie and Swedish actor Hampus Nordenson pose as they arrive for the screening of the film "Bergman Island" at the 74th edition of the Cannes Film Festival in Cannes, southern France, on July 11, 2021. (Photo by Christophe SIMON / AFP)