Changer d'édition

Ce qui rend le Luxembourg si intéressant pour Bettina Steinbrügge
Culture 8 min. 03.04.2022
Nouvelle directrice du Mudam

Ce qui rend le Luxembourg si intéressant pour Bettina Steinbrügge

Pour Bettina Steinbrügge, les questions de société doivent être entendues dans un musée.
Nouvelle directrice du Mudam

Ce qui rend le Luxembourg si intéressant pour Bettina Steinbrügge

Pour Bettina Steinbrügge, les questions de société doivent être entendues dans un musée.
Photo: Gerry Huberty
Culture 8 min. 03.04.2022
Nouvelle directrice du Mudam

Ce qui rend le Luxembourg si intéressant pour Bettina Steinbrügge

Elle aime travailler de manière multidisciplinaire et aime le multiculturel. Entretien avec la nouvelle directrice du Musée d'Art Moderne.

(MKa avec Thierry HICK) - Après avoir travaillé au Belvédère 21 à Vienne et au Kunstverein de Hambourg, l'Allemande Bettina Steinbrügge, née en 1970, succède depuis le 1er avril à Suzanne Cotter au Musée d'Art Moderne. Pour la nouvelle directrice, le travail au Luxembourg n'est cependant pas un départ complètement à froid.


Suzanne Cotter, Mudam, Foto Lex Kleren
Suzanne Cotter quitte la direction du Mudam
Quatre ans après sa nomination, la directrice du musée d'art moderne a annoncé ce jeudi qu'elle renoncerait à son poste à la fin de l'année, pour prendre la tête d'un nouveau site culturel en Australie, son pays d'origine.

Bettina Steinbrügge, vous avez pris vos fonctions ce vendredi au Mudam. Comment vous sentez-vous lors de votre premier jour de travail?

Bettina Steinbrügge: «Oui, j'ai commencé ce matin à 9 heures. Je me sens très bien et j'ai été très bien accueillie. C'est la troisième fois que je viens au Luxembourg et ce n'est donc pas un départ complètement à froid.

En soi, le Luxembourg ne vous est pas inconnu. Vous avez déjà travaillé avec le Casino Luxembourg. Quels souvenirs avez-vous du Luxembourg?

«À l'époque, j'étais une très jeune curatrice qui travaillait dans un tout petit espace de projet à Lunebourg. Je suis ensuite entrée dans ce cercle de ‘Relocation’ par l'intermédiaire d'Enrico Lunghi. Et j'en garde un très bon souvenir, car nous travaillions surtout à l'époque beaucoup en Europe de l'Est, ce dont je peux encore profiter aujourd'hui.

Bettina Steinbrügge lors du vernissage, jeudi au Mudam, de l'exposition «Fly In League With The Night» de Lynette Yiadom-Boakye.
Bettina Steinbrügge lors du vernissage, jeudi au Mudam, de l'exposition «Fly In League With The Night» de Lynette Yiadom-Boakye.
Photo: Gerry Huberty

Connaissiez-vous déjà le Mudam par le passé?

«Oui, j'ai visité la maison pour la première fois lorsqu'elle était en cours de construction. Depuis, je n'ai cessé de suivre ce qui s'y passait.

Pourquoi vous êtes-vous engagée pour ce poste?

«Après le Belvédère à Vienne et après huit ans de Kunstverein à Hambourg, le moment était venu de changer de musée. Le Mudam est follement intéressant, c'est un musée encore jeune qui offre un nombre incroyable de possibilités de réflexion sur l'art contemporain. Je me réjouis aussi de découvrir le pays, la ville. Mais aussi de rencontrer mes nouveaux collègues de travail ici, pour mieux comprendre comment on fait des programmes dans ce pays. Car les programmes naissent toujours de la discussion. C'est aussi comprendre quels discours et quelles discussions sont menés dans un lieu donné. Au Luxembourg, j'ai été enthousiasmé par l'ensemble: le musée, le lieu, les gens.

J'aime travailler au-delà des disciplines. Je n'ai pas non plus peur de collaborer avec le théâtre, de faire quelque chose avec la musique, d'être plus performant et d'essayer de réunir les différents médias.

Bettina Steinbrügge, directrice du Mudam

Pourquoi le lieu est-il si important?

«Plus de 150 nationalités différentes vivent ici. Luxembourg est donc une ville européenne. Les questions autour de l'Europe et l'idée européenne sont importantes. Ici et là, quelque chose d'européen culmine, mais nous l'avions un peu perdu ces dernières années. Tout d'un coup, le nationalisme est passé au premier plan et, notamment avec la guerre en Ukraine, l'Europe est revenue sur le devant de la scène. Le Luxembourg, avec ses nombreuses langues, est un lieu très intéressant pour réfléchir à ces questions européennes.

Avez-vous déjà des visions d'avenir pour le musée?

«Mon travail de programmation pure ne commencera que lorsque j'aurai tout mieux compris. Cela durera jusqu'à la fin 2023. J'ai bien sûr certaines priorités. À Vienne, j'ai fait un autre programme qu'à Hambourg. Cela dépend toujours un peu du lieu, des discours que l'on vit, mais aussi de l'équipe. Où se situe l'équipe? Quels sont ses intérêts, quel est le rôle de la collection et de ses artistes? Je suis en train d'étudier tout cela et un programme va se développer à partir de là. J'aime travailler au-delà des disciplines. Je n'ai pas non plus peur de collaborer avec le théâtre, de faire quelque chose avec la musique, d'être plus performant et d'essayer de réunir les différents médias.

Et le public?

«C'était déjà ma question à Hambourg: comment réussir à faire venir différents groupes de population au musée? Le dialogue avec le public doit être établi, il ne suffit plus d'inviter les visiteurs. Le public et ses exigences ont beaucoup changé.

Vos prédécesseurs ont souvent positionné le musée à l'international. Voulez-vous poursuivre cette orientation?

«Le Mudam doit faire les deux. Le Luxembourg a une scène artistique forte. Un établissement n'est intéressant pour la communauté artistique nationale que s'il est positionné à l'international, car tout le monde souhaite avoir une certaine visibilité accrue. Alors, c'est vraiment un musée national pour le Luxembourg. Le lien entre une scène locale et une scène internationale est bénéfique pour tout le monde.

Pour se parler vraiment, il n'est pas nécessaire que ce soit une discussion. Nous avons une société incroyablement polarisée en ce moment. Il y a de nombreuses raisons à cela, et je pense que la culture a peut-être aussi la possibilité de créer un lieu où l'on peut peut-être à nouveau se parler.

Bettina Steinbrügge, directrice du Mudam

La position géographique centrale est donc importante?

«Il y a un grand environnement ici. La Belgique avec Bruxelles, Paris, l'Allemagne, mais aussi la Suisse ne sont pas si loin, le Benelux de toute façon. Les questions sont les suivantes: quelles sont les possibilités d'échange? Quelles sont les influences mutuelles qui s'y exercent? Toute cette région dans l'environnement direct du Luxembourg est énormément intéressante sur le plan culturel.

De manière générale, comment voyez-vous le rôle d'un musée?

«Le musée doit être un forum ouvert sur la société. Toutes les parties d'une société posent toujours des questions sur la société. C'est un lieu où l'on peut discuter des questions d'avenir. Et l'art peut très bien le faire. L'art est en mesure de le faire de manière très provocante, mais aussi de mettre en lumière des questions de société et de les poser dans l'espace sans œillères. Et c'est d'abord un outil intéressant. Et si nous parvenons à enlever un peu de l'élitisme et à dire au public que vous êtes invités à discuter de certaines choses qui vous concernent aussi, et peut-être que nous pouvons faire cela aussi dans le prolongement de l'art. Ce serait pour moi un moment vraiment agréable.

Pour provoquer, lancer des discussions?

«Pour se parler vraiment, il n'est pas nécessaire que ce soit une discussion. Nous avons une société incroyablement polarisée en ce moment. Il y a de nombreuses raisons à cela, et je pense que la culture a peut-être aussi la possibilité de créer un lieu où l'on peut peut-être à nouveau se parler. Et je pense qu'il faut créer des formats pour favoriser cette discussion. Actuellement, tout est pensé en termes d'économie et d'efficacité.

Nous remarquons que la société rencontre de très, très gros problèmes. Qu'il s'agisse d'une guerre, d'une pandémie ou d'un changement climatique, nous avons besoin d'autres lieux qui ne pensent pas en termes économiques, mais qui portent un regard très différent sur notre société. Et cela, l'art peut le faire. L'art peut trouver d'autres réponses à la société qu'un modèle de société axé sur l'efficacité.

Nous remarquons que la société rencontre de très, très gros problèmes. Qu'il s'agisse d'une guerre, d'une pandémie ou d'un changement climatique, nous avons besoin d'autres lieux qui ne pensent pas en termes économiques, mais qui portent un regard très différent sur notre société.

Bettina Steinbrügge, directrice du Mudam

Vous déterminez, observez et accompagnez la scène artistique depuis de nombreuses années maintenant. Quel regard portez-vous aujourd'hui sur l'art et les artistes?

«Nous sommes actuellement en train de vivre un énorme changement qui concerne les musées, les galeries, l'art, les artistes. Jusqu'à il y a dix ou quinze ans, il s'agissait toujours du modernisme et des retombées du modernisme. Avec la mondialisation, quelque chose d'autre est apparu. Nous sommes soudain remis en question. La modernité occidentale est remise en question. Est-elle vraiment aussi universelle qu'on l'a toujours dit ?

Les voix sont plus variées, les différentes voix veulent être entendues. Les hégémonies et les certitudes sont remises en question. Dans les années 90, on savait à peu près ce qui était juste et ce qui ne l'était pas lors des achats et des expositions. Aujourd'hui, on ne le sait plus depuis longtemps. C'est aussi une question d'attitude ou de contextualisation. Nous venons en effet d'un monde de l'art qui était construit sur l'autonomie de l'œuvre d'art libre. Cette autonomie est en train de se perdre et d'être remplacée par quelque chose de nouveau. Comment se positionner en tant que musée dans cette nouvelle situation?

Ce n'est pas facile, parce que les certitudes sont vraiment jetées aux orties. Mais je pense que si l'on est ouvert et que l'on offre un espace à ces nouvelles questions, cela peut être extrêmement enrichissant. J'ai longtemps formé des artistes dans des écoles d'art et j'ai constaté qu'ils avaient aujourd'hui d'autres idées.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

D'accord la piste du Findel n'est pas accessible actuellement entre 23h et 6h, mais de là à ce qu'un Mig soviétique en vienne à se poser au Musée d'art contemporain...
Après trois heures d'installation l'ancien avion militaire soviétique trône le temps d'une prochaine exposition  au centre du grand hall du musée.
Sept musées ont ouvert leurs portes pour cette 18e édition jusqu'à tard dans la nuit au Luxembourg. La manifestation a attiré de nombreux visiteurs.
MUDAM exposition Peintures des annees 1980 et 1990, Mudam Collection, La nuit des musees 2018, Luxembourg City, Ville de Luxembourg, Kirchberg, 13.10.2018, Foto: Laurent Ludwig
Ce week-end, c'est la 20e édition de L'Invitation aux Musées: tous les musées du Luxembourg ouvrent leurs portes gratuitement. Des sorties à faire en famille, entre amis ou en solitaire.
Au musée de la Ville de Luxembourg, les visiteurs ont pu découvrir, entre autres, l'exposition La ville industrielle