Changer d'édition

Berthe Lutgen, toujours engagée contre les injustices
Culture 5 min. 09.03.2022 Cet article est archivé
Droits des femmes

Berthe Lutgen, toujours engagée contre les injustices

Berthe Lutgen travaille  au moins deux heures le matin et l'après-midi. Elle se dit très préoccupée par les violences faites aux femmes.
Droits des femmes

Berthe Lutgen, toujours engagée contre les injustices

Berthe Lutgen travaille au moins deux heures le matin et l'après-midi. Elle se dit très préoccupée par les violences faites aux femmes.
Photo: Guy Jallay
Culture 5 min. 09.03.2022 Cet article est archivé
Droits des femmes

Berthe Lutgen, toujours engagée contre les injustices

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Pionnière dans la lutte pour le droit des femmes au Luxembourg, Berthe Lutgen continue de s'exprimer à travers ses tableaux. Elle reste vigilante sur les injustices et violences que subissent encore aujourd'hui les femmes.

Une figure de l'histoire du féminisme luxembourgeois. Si elle fait partie des pionnières de la lutte pour le droit des femmes en lançant le Mouvement de libération des femmes (MLF) en 1971 au Grand-Duché, Berthe Lutgen ne se dit pour autant pas nostalgique de cette période, préférant regarder le présent.


«Depuis #MeToo, on est en train de crever un abcès géant»
Avec 206.000 abonnés sur Instagram, le compte «Préparez-vous pour la bagarre» de Rose Lamy est l’un des plus connus de la sphère francophone. Rencontre avec celle qui a fait de la lutte contre le sexisme son combat.

A 86 ans, l'artiste continue de monter tous les jours dans son atelier au deuxième étage de sa maison familiale à Bettembourg pour exprimer dans ses tableaux les injustices et inégalités sociales que subissent encore aujourd'hui les femmes. 

Dans son atelier se trouvent ses tableaux, ses œuvres en cours, ses tubes de couleurs et ses pinceaux qu'elle doit régulièrement changer: «Je travaille au moins deux heures le matin et l'après-midi, ça a toujours été ma passion. En 1959 j'étais aux Beaux-Arts à Paris. C'est dans ma nature», sourit Berthe Lutgen.

Parmi ses projets, des tableaux en cours sur le travail des femmes qu'elle exposera cet été à l'abbaye Neumünster. Continuer à peindre à son âge n'a rien d'étonnant pour cette octogénaire qui se dit encore en pleine forme: «Je ne suis pas malade, pourquoi est-ce que je ne continuerais pas de travailler! Si on est encore en forme, il faut continuer à vivre comme avant.» Et ça se voit, rien qu'à l'entendre parler des injustices et des violences faites aux femmes, un sujet qui lui tient à cœur. Il est temps d'éduquer les garçons et de leur faire comprendre qu'ils ne sont pas «les maîtres de la création», selon la peintre. Pour elle, les relations entre les femmes et hommes doivent être enseignées dès l'école, ainsi que des cours de défense pour les filles.

La photo a été prise en 1959 quand Berthe Lutgen habitait à Paris et fréquentait «l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts».
La photo a été prise en 1959 quand Berthe Lutgen habitait à Paris et fréquentait «l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts».
Photo d'archives de Berthe Lutgen

Son époux Jos Weydert, avec qui elle est mariée depuis 60 ans, salue son talent artistique, mais aussi «sa détermination, ses fortes convictions et son engagement dans les luttes féministes». Un homme qui a rendu possible son parcours de femme engagée, souligne leur fille Murielle Weydert. Cette dernière se dit «fière» de ce que sa mère a fait pour la nouvelle génération des femmes: «Ce que j'admire le plus, c'est qu'elle a eu un parcours qui a débuté il y a cinquante ans et qui se poursuit encore aujourd'hui.» Murielle Weyert salue la «persévérance» de sa mère de n'avoir jamais cessé de se battre pour le droit des femmes.

La fille de Berthe Lutgen a été marquée par cette histoire familiale. Il y a quelques années, elle est devenue la première déléguée à l'égalité des chances au ministère de la Famille. Murielle Weydert se rappelle notamment avoir eu une discussion avec sa mère quand elle a acheté un classeur bleu sur lequel était affichée une femme en rose dont l'image n'était pas favorable au sexe féminin: «J'aimais bien les couleurs, je ne me suis pas rendu compte du message que cela pouvait envoyer.»

Berthe Lutgen garde elle aussi un souvenir d'enfance de la publicité qui l'a alertée sur la représentation des femmes: «Après la guerre, la publicité a pris une telle envergure et ce n'était jamais pour mettre les femmes en valeur. Leur corps était devenu un objet. Toute réclame était sexualisée, ''Sex sells'' comme disent les Anglais». Des affiches dégradant les femmes qu'elle avait vues également dans le magazine allemand Der Spiegel: «J'étais vraiment choquée ! Pourquoi une entreprise qui vend des actions montre le derrière d'une femme? J'ai donc montré un autre exemple avec une femme dont on voit le derrière, mais qui travaille par terre.»

Berthe Lutgen dénonce la publicité qui sexualise le corps de la femme.
Berthe Lutgen dénonce la publicité qui sexualise le corps de la femme.
Photo: Villa Vauban

Berthe Lutgen dit avoir décidé toute seule de s'engager et remercie ses parents, lui fonctionnaire et elle couturière, pour leur «gentillesse» et leur «tolérance», mais aussi son mari. 

Etre une femme indépendante et ne pas dépendre financièrement de son conjoint, tel a toujours été le leitmotiv de l'artiste. Pour le mettre en application, elle décide de suivre des cours à la «Kunstakademie» en 1972 à Düsseldorf pour devenir professeure. Elle enseignera par la suite de 1979 à 1996 l'éducation artistique au Luxembourg, notamment au lycée Athénée. Berthe Lutgen ne se dit pas en rupture avec les mouvements féministes actuels, comme Cid-Femmes qui a repris la relève du MLF ou de #MeToo, mais elle y voit plutôt une forme de continuité.

Le tableau The Deciders illustre le manque de femmes dans les sphères de pouvoir. Le Premier ministre Xavier Bettel était présent lors d'une réception organisée en 2017 avec des personnalités engagées pour davantage d’égalité entre hommes et femmes.
Le tableau The Deciders illustre le manque de femmes dans les sphères de pouvoir. Le Premier ministre Xavier Bettel était présent lors d'une réception organisée en 2017 avec des personnalités engagées pour davantage d’égalité entre hommes et femmes.
Photo: sip

La fondatrice du MLF estime que les victimes d'agressions rencontrent encore de trop nombreuses difficultés avec la justice. Si les femmes ne sont aujourd'hui plus considérées comme des personnes mineures devant demander l'autorisation de leur mari pour toutes sortes de démarches, de nombreux combats restent encore à mener selon elle: «La lutte continue!» 

Elle raconte que lors d'une réception consacrée à l'égalité entre les femmes et les hommes, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) lui a dit que ses tableaux permettaient de dire plus de choses qu'un discours. Une chose est sûre dans cette lutte contre les injustices de la société: Berthe Lutgen compte encore bien être présente avec ses pinceaux pour les dénoncer!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avec l'attribution du Lëtzebuerger Konschtpräis à Berthe Lutgen, c'est la première fois qu'un hommage est rendu à une féministe convaincue et à une pionnière de l'art féministe au Luxembourg.
Starke Frau und starke Bilder: Berthe Lutgen in ihrem Atelier.
Selon une enquête de l'ONU Femmes publié en novembre 2021, quelque 45% de ces femmes dans 13 pays étudiés disent avoir été victimes, ou connaître une femme, qui a été victime de violences depuis le début de la pandémie.
ACHTUNG: SPERRFRIST 7. MÄRZ 11:00 UHR. ACHTUNG: BITTE BEACHTEN SIE DIE SPERRFRIST: 07.03.2022 UM 11:00 UHR !! - ARCHIV - 13.07.2021, Berlin: ILLUSTRATION - Eine Frau steht in ihrer Wohnung an einem Fenster. (gestellte Szene - zu dpa: «Die Corona-Pandemie macht Frauen unglücklicher als Männer») Foto: Fabian Sommer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Violence domestique
Linda a été victime de violence domestique lorsqu'elle était jeune fille. Aujourd'hui, elle rompt pour la première fois le silence et raconte sa vie sous le joug d'un père violent - un policier.