Changer d'édition

Assises du film luxembourgeois : L'heure du recadrage
Culture 3 min. 12.11.2015 Cet article est archivé

Assises du film luxembourgeois : L'heure du recadrage

Tournage Film "Mammejong" de Jacques Molitor.

Assises du film luxembourgeois : L'heure du recadrage

Tournage Film "Mammejong" de Jacques Molitor.
Photo: Guy Jallay
Culture 3 min. 12.11.2015 Cet article est archivé

Assises du film luxembourgeois : L'heure du recadrage

Les professionnels du cinéma luxembourgeois vont devoir se serrer la ceinture. C'est ce qui ressort de la deuxième édition des Assises qu'ils ont organisée. Voici pourquoi.

Par Marie-Laure Rolland

Le secteur du film luxembourgeois serait-il victime de son succès? La situation est suffisamment sérieuse pour qu'une centaine de professionnels (producteurs, réalisateurs, scénaristes, acteurs, techniciens) mais aussi des représentants du Centre national de l'audiovisuel, du ministère de la Culture, de RTL, des exploitants de cinéma, passent une journée et demi à débattre au Tramschapp de Limpertsberg. C'est le Premier ministre et ministre des Communications, Xavier Bettel, qui a lui-même lancé les débats mardi 10 novembre 2015. A l'issue des Assises, la tonalité générale était positive. «Cela fait du bien de se retrouver régulièrement pour faire le point», observait ainsi Laurent Witz, le producteur et co-réalisateur de l'oscarisé «Monsieur Hublot».

"Monsieur Hublot", Oscar 2014 dans la catégorie Court-métrage d'animation. (Photo: Zeilt Productions)
"Monsieur Hublot", Oscar 2014 dans la catégorie Court-métrage d'animation. (Photo: Zeilt Productions)

La famille s'agrandit

Le fait est que la famille du cinéma a connu ces dernières années un développement sans précédent. A tel point que d'après Guy Daleiden, le directeur général du «Lëtzebuerger Film Fong», le nombre de personnes travaillant pour ce secteur serait de l'ordre de 1.000 (alors que l'on avançait généralement ces dernières années le chiffre de 700). Un chiffre que le président de la Filmakademie, Claude Waringo, préfère pour sa part nuancer, observant que entre 400 et 500 personnes sont membres de l'académie luxembourgeoise du film, ce qui reflète davantage à ses yeux le nombre de personnes qui vivent principalement de ce travail. D'après les derniers chiffres du «Film Fong», on compte désormais 40 sociétés de production dans le pays – dont une vingtaine actives à l'international – et quatre studios d'animation.

Avec Filmland, le Luxembourg dispose désormais de studios de cinéma à Kehlen.  (Photo: Pierre Matge)
Avec Filmland, le Luxembourg dispose désormais de studios de cinéma à Kehlen. (Photo: Pierre Matge)
Pierre Matge

Ce chiffre est en augmentation par rapport aux années précédentes. Nombreux sont les jeunes producteurs, réalisateurs, scénaristes, acteurs ou techniciens qui autrefois faisaient carrière à l'étranger et qui désormais tentent leur chance au pays. Il faut dire que trouver des financements publics en Europe pour produire des films relève de la gageure. Or les critères d'attribution des aides luxembourgeoises donnent une prime aux projets nationaux. A cela s'ajoute le fait que des producteurs étrangers s'installent dans le pays pour pouvoir prétendre aux aides nationales.

Le problème, c'est que le montant alloué chaque année par le budget de l'Etat au secteur est plafonné à 33 millions d'euros (ce qui permet d'arriver quand même à 409 millions d'euros investis et 600 oeuvres produites, tous genres confondus, au cours des 25 dernières années).

Moins pour plus

Le principal message lancé par Guy Daleiden est que le «Film Fong» veut miser en priorité «sur nos propres talents luxembourgeois», donc soutenir les projets initiés au Luxembourg plutôt que les coproductions internationales – où les professionnels luxembourgeois ne servent en quelque sorte que de «prestataires de services». Pour autant, aucun quota n'est instauré et il est également indiqué dans le communiqué final que «les coproductions minoritaires ne devront pas être négligées».

L'une des mesures les plus importantes retenues hier est de réduire les montants maxima des aides par projet. Celles-ci pourraient diminuer de 10 à 20 % afin qu'il y ait davantage de bénéficiaires. Les jeunes seront priés de faire leurs premières armes avec des budgets resserrés par rapport à ce qui se pratique actuellement (ils peuvent obtenir entre 120.000 et 150.000 euros pour un court-métrage). A eux d'être créatifs et de patienter un peu avant de passer dans la cour des grands (et gros budgets).

"The Extraordinary Tales", un long métrage d'animation coproduit au Luxembourg. (Photo: Melusine Productions)
"The Extraordinary Tales", un long métrage d'animation coproduit au Luxembourg. (Photo: Melusine Productions)

Les critères d'attribution (retombées économiques, sociales et culturelles pour le Luxembourg, qualité du projet, perspectives de diffusion, etc.) pourront être assouplis dans certains cas (le document final parle de coproductions internationales «low budget»).

Le projet de Fonds structurel qui permettrait d'attirer des capitaux privés pour financer le cinéma luxembourgeois est toujours sur la table. «Les discussions se situent désormais au niveau politique», a précisé Guy Daleiden.

Les séries télévisées comme "Weemseesdet!" ont le vent en poupe. (Photo: Anouk Antony)
Les séries télévisées comme "Weemseesdet!" ont le vent en poupe. (Photo: Anouk Antony)

On notera par ailleurs que les producteurs luxembourgeois sont encouragés à développer des projets de séries télévisées, non seulement au Luxembourg mais aussi avec des chaînes de télévision à l'étranger.


Sur le même sujet

Le Grand-Duché à l'affiche à Angoulême
Le festival du cinéma francophone rend hommage aux productions luxembourgeoises cette année. La présidence du jury est confiée à Jacqueline Bisset mais c'est la grande-duchesse Maria Teresa qui remettra le «Valois de diamant» au meilleur film.
Refractaire - Regisseur:Nicolas Steil -  Drehbuchautoren:Jean-Louis Schlesser et Nicolas Steil - Grégoire Leprince-Ringuet
Arthur Dupont
Marianne Basler
Thierry van Werveke
Judith Davis
Carlo Brandt
Swann Arlaud
Luc Feit
Kim Hermans
Michel Voïta
Pierre Niney
Pierre Derenne
Guillaume Gouix
André Jung
Frédéric Frenay
Patrick Hastert
Yoann Denaive
Hervé Sogne
Daniel Plier
Marc Olinger
Véronique Fauconnet
Raphaël Tilliette
Charles Muller - CAB Productions
Le cinéaste Pol Cruchten est décédé
Auteur de huit longs métrages, le réalisateur a consacré toute sa vie au cinéma. Alors qu'il s'apprêtait à tourner un nouveau film en septembre, ce dernier a trouvé la mort à La Rochelle à l'âge de 56 ans.
Pol Cruchten
Un secteur sous surveillance
L'exercice se répète en cette période de l'année: le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle (Film Fund) présente son bilan annuel. Comme chaque année, le constat est le même: le secteur se porte bien. Malgré les questions et les critiques.
Dreh Sawah Adolf El Assal
Le Luxembourg sur le tapis rouge de Cannes
Le Festival de Cannes lance ce soir sa 71ème édition. Pour l'occasion, le Luxembourg s'affiche en festivalier professionnel, témoignage de l'intérêt du pays pour le milieu cinématographique.
Au milieu des professionnels du métier, le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle (Fonspa), créé par le gouvernement luxembourgeois  en 1990, a pour objectif de soutenir financièrement la coproduction et la distribution des œuvres luxembourgeoises.