Change Edition

Le LSAP section Luxembourg-ville prépare sa campagne


Un jour après le CSJ section ville de Luxembourg, c'était hier aux Stater Sozialisten de présenter leurs idées en vue des élections communales. Avec notamment un projet phare: la revalorisation du site industriel de Dommeldange.

«Ce n'est pas quelqu'un d'entre nous qui a été mettre le feu aux entrepôts sur le site de Dommeldange pour que nous puissions organiser aujourd'hui notre conférence de presse», a tenu à préciser d'entrée Christophe Schiltz, président des Stater Sozialisten . Toutefois, l'incendie survenu le week-end dernier et qui a ravagé de nombreux dépôts doit être considéré comme «une occasion de récupérer ces terrains et de les revitaliser».

Pour le LSAP , ce site constituerait l'endroit idéal pour un grand projet immobilier (environ 15 hectares) avec commerces de proximité. L'idée est de renaturaliser le cours de l'Alzette, qui avait été dévié pour faire place au site industriel. Celle-ci pourrait ainsi donner son cachet à ce nouveau quartier en le traversant. Un site qui se trouve aussi à proximité de la future gare périphérique de Dommeldange. Toutefois, il faudra d'abord clarifier la situation avec le propriétaire des lieux, ArcelorMittal, qui loue une partie du terrain à d'autres sociétés et exerce encore certaines activités sur le site. Le logement occupera visiblement une place importante dans le programme des socialistes, puisque Marc Angel, candidat tête de liste, a plaidé pour la création d'un groupe de travail intégrant tous les acteurs concernés par le développement du Kirchberg, car aujourd'hui, le conseil communal n'a pas de vision sur l'évolution prévue par le fonds du Kirchberg. Et Marc Angel de critiquer aussi le ratio visé de 35.000 emplois pour 14.000 logements qui est trop déséquilibré.

Enfin, Armand Drews a, lui, évoqué la situation du quartier de Bonnevoie. Il plaide pour que des streetworkers supplémentaires soient engagés, non plus pour aider les gens vivant dans la rue, mais pour servir de médiateurs entre ces personnes et la population locale. «Je connais une femme qui n'ose pas sortir de chez elle parce qu'en face, il y a toujours des gens près d'une haie. Alors elle appelle la police qui ne peut rien faire», explique-t-il. C'est pour faire face à ce type de situation qu'il plaide pour un nouveau service de médiation, financé par la commune.

Des idées que l'on retrouvera bientôt dans le programme électoral du LSAP . Marc Angel se veut confiant: «Nous sommes prêts pour la phase chaude de la campagne.»