Change Edition

Les élèves du LGL et le théâtre de l'absurde

Le 6 février 2019, les classes de 2D05, 2A01, 2B02 et 3A01, accompagnées par leurs professeurs de français, ont eu le plaisir de se rendre au Kinnéksbond à Mamer pour assister à la représentation de la pièce « En attendant Godot » de Samuel Beckett.


Cette œuvre, rédigée brièvement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, fait partie du théâtre de l’absurde, et c’est la raison pour laquelle une petite introduction préalable à la pièce était nécessaire.


Il faut savoir que la pièce est constituée de deux actes presque symétriques. Les personnages principaux sont deux vagabonds, Vladimir et Estragon, qui se retrouvent sur une route avec un arbre dénudé pour rencontrer Godot, un homme qu’ils ne connaissent pas, et dont ils ne savent rien. Les deux vagabonds passent leur temps à parler de choses et d’autres tout en espérant que ce fameux Godot vienne, mais il ne viendra pas. C’est ainsi que se termine cette pièce étant une illustration de l’absurdité de la condition humaine.


Ainsi une question reste encore ouverte : Qui pourrait être ce fameux Godot ? Beckett lui-même répond par : « Je ne sais pas qui est Godot, je ne sais même pas s’il existe. » Une théorie largement répandue présume qu’il pourrait s’y agir de Dieu, d’où le mot anglais « God », suivi par le suffixe français « ot », que l’on retrouve par exemple dans le nom de Pierrot. Cette présomption pourrait bien s’appliquer à la citation de l’auteur lui-même, car on dit souvent ne pas savoir si Dieu existe.


Dans ce sens, on pourrait interpréter l’entière pièce comme une recherche ou attente de Dieu. Et qui sait, peut-être que Vladimir et Estragon ont, à la fin, rencontré Dieu sans même s’en rendre compte ?


Finalement, c’est une pièce que l’on doit absolument aller voir soi-même et dont la grande majorité des élèves en gardera un très bon souvenir.


Win Schuman et Philippe Dengler (2D05)