Change Edition

Jean-Frank Wagner au LGL: «De l’argile minérale au nano-composite»

Le 1er mars 2018, dans le cadre du cycle de conférences «Les Glorieux Lycéens», le Lycée de Garçons de Luxembourg a accueilli le Professeur Jean-Frank Wagner, titulaire de la chaire de géologie à l’Université de Trèves depuis 1993. Dans sa conférence, intitulée «Wat huet Bulli mat Nanotech ze dinn? – Vom Tonmineral zum Nanokomposit», l’ancien élève du LGL a fait l’historique de l’utilisation des argiles naturelles, puis a expliqué les transformations chimiques qui les ont fait passer à l’état de nano-argiles. Finalement, il a présenté les applications actuelles et futures de ces nouveaux composites. Les spectateurs ont eu la chance d’assister à un exposé parfaitement structuré, agrémenté d’une présentation powerpoint très instructive, alternant schémas explicatifs d’une clarté saisissante et photos spectaculaires prises au microscope électronique. Le Professeur Wagner, excellent pédagoque, a su adapter la complexité de la matière au public en multipliant les exemples pratiques.

Ainsi trouve-t-on depuis des décennies des minéraux argileux dans notre quotidien, que ce soit dans le dentifrice, les produits alimentaires, les produits de beauté ou les produits pharmaceutiques !

La recherche a permis de faire des nano-argiles une technologie du présent et du futur. Saviez-vous par exemple pourquoi il n’est plus nécessaire de remplacer les courroies de ventilateur dans les moteurs des automobiles? Le mérite en revient aux nano-composites! Qu‘est-ce qui allonge la durée de vie des pneus de voitures? Les nano-argiles! Qu’est-ce qui protège les verres de lunettes des rayures? Les nano-argiles, encore et toujours. On peut citer ainsi des dizaines d‘exemples qui montrent que ces derniers ont envahi notre quotidien et nous facilitent largement la vie.

L’orateur a terminé sa conférence en évoquant les perspectives d’avenir de cette technologie, en particulier dans le domaine du développement durable. Ainsi les argiles magnétiques joueront-elles bientôt un rôle prépondérant dans le traitement et le recyclage des boues, les nanocomposites argileux permettront-ils de construire des accumulateurs plus légers et d’augmenter leur durée de vie, et, finalement, l’éco-ciment à base de nano-argiles sera-t-il capable de réduire sensiblement les émissions de dioxyde de carbone dans l’industrie du ciment, qui produit actuellement 8% du CO2 mondial.

Pascal Daman