Change Edition

J’accuse ! : plaider pour la vérité

Les classes dde 2CC03 et 2D04, dont 32 élèves, du Lycée de Garçons de Luxembourg ont traité l’affaire Dreyfus en cours de français et sont allées à la recherche de la justice avec le colonel Picquart et Émile Zola pour libérer Alfred Dreyfus un lundi soir, hivernal et pluvieux.

« Il s’est battu pour la justice !» Aha ! Tout d’un coup l’enseignante a réveillé toute notre attention ! C’est lors d’un cours des plus intéressants que notre professeure de français, Madame Duchaine, nous a présenté l’acte héroïque d’Émile Zola au cours de l’affaire Dreyfus.

Cette histoire nous a tellement surpris que nous désirions absolument voir le nouveau film « J’accuse » de Roman Polanski, à peine sorti sur grand écran. Nous avons alors fini de discuter en classe cette affaire historique pour la France, et après avoir compris les bouts et aboutissants de cette affaire nous avons réservé des places en tant qu’élèves motivés et désireux d’en savoir plus. Nos émotions furent bouleversées et étions dévastés lors des multiples rejets par les tribunaux des preuves de l’innocence du capitaine Dreyfus. Mais la fin du film nous a tout de même laissé dans un état de délivrance au moment où Alfred Dreyfus a été gracié. Cette affaire est en réalité une affaire d’espionnage sur fond de tensions dramatiques et devrait nous faire songer sur les accusations qui ont toujours encore lieu. Ce n’est peut-être plus contre les juifs, mais ces accusations à l'encontre de minorités que ce soit ethniques, religieuses, ou encore sexuelles, ces personnes innocentes sont toujours encore accusées.

Nous appelons donc tout lecteur à défendre la liberté d’autrui. Nous appelons également à défendre les causes qui sont justes, même si on doit se mettre l’armée à dos et que les puissances en place nous empêchent de prendre la défense de ce qui est juste. Cette histoire devrait nous inspirer à nous impliquer dans la défense de notre prochain, que ce soit par le biais d’actions courageuses, d’articles de presse engagée ou d’un engagement actif dans une association caritative.

« Pour que le mal l’emporte, il faut juste que les bons ne fassent rien. » (Edmund Burke)

Écrit par Reinert Véronique et Pierre van Moorsel (2CC03)