Change Edition

Assistants parentaux contre structures -> Quelle est la valeur, pour les parents, d'une garde adéquate de leurs enfants?

Ce dimanche, le 22 mai 2016, se déroulai la troisème réunion de présentation et d'information de l'association DAGESELTEREN NETWORK ASBL (numéro de registre: F10700) à Dudelange au Café Hôtel de Ville.

L'association, fondé seulement en février de cette année, compte déjà 120 membres actifs, à l'heure actuelle exclusivement des assistant(e)s parentaux(ales). Si la premiêre réunion était encore peu féquentée, l'intérêt a entretemps bien augmenté et des discussions bien vives et intéressantes ont été notées.

Parmi les buts principaux de l'association sont à noter une amélioriation de la communication entre les assistantentes parentales et les autorités compétents, ainsi de bien nouer des liens entre les assistantes parentales agréées. Un point important est aussi la communication entre les assistants parentaux et les parents, pour réduire et éviter les malentendus.

Il était aussi constaté que les assistants parentaux manquent souvent de respect pour leur travail et leur profession, la garde individuelle des enfants: typiquement pris pour une femme au foyer ou une „nounou“. Les assistants parentaux se voient confrontés avec des opinions négatifs, résultant d'un manque d'information du côté des parents et des responsables (politiques).

Jusqu'à présent les assistants parentaux ont été oubliés ou ignorés par le gouvernement lors des décisions importantes, et ceci malgré le fait qu'avec presque 700 assistants parentaux agréés et actifs au pays, il représentent le secteur le plus flexible quand il s'agit de garder des enfants.
Il faut noter que certaines assistantes parentales sont à disposition dès 5 heures le matin et jusque tard le soir voir la nuit (ce qui n'est pas possible pour les maison relais ou crèches) pour les parents nécessitants ces services (les monoparentaux ou travaillant en équipes de nuit ou n'ayant pas de support dans leur propre famille ....), voir même les fins de semaines, on peut vraiment se poser la question pourquoi ils sont tellement mal considérés dans ce pays.

Pourquoi doivent-ils se battre tellement pour une rémunération correcte pour leur service professionel et très individuel? Comment se peut-il que des parents s'offrent une femme au foyer à 12 – 15€/l'heure, mais estiment que la garde d'enfants ne doit rien leur coûter voir très peu? Même un baby-sitter touche au Luxembourg entre 4 et 10€/l'heure, gardant les enfant à la maison des parents, alors que la plupart des assistantes parentales doivent offrir leur service souvent pour 3,50€ l'heure.

Citation: „Tarification and the babysitting calculator
The hourly rate for babysitting depends on the number of children as well as the respective babysitter's rate. The babysitter's rate depends on her/his age and her experience
A babysitter's hourly rate ranges in between 4 and 10 EUR...
...The rate of an overnight stay is up for discussion between the parents and the babysitter“
source: http://www.babysitting.lu menu: Book a babysitter

En plus, les „baby-sitter“ n'ont pas de frais ou dépenses (en dehors des frais de déplacement éventuels), alors que les assistants parentaux ont des obligation légaux comme les côtisations sociales, mais aussi tous les frais supplémentaires liés à leur service (loyer/prêt, électricité, eau, poubelle, gaz/mazout, assurances de voiture/accident/responsabilité professionelle, aliments et boissons, produits de nettoyage etc.) qu'ils doivent payer de leur propre poches.
Et les „baby-sitter“ recoivent du support de leurs communes en forme d'entrée dans une liste officielle des babysitters et de recommendations aux parents. Pour les assistants parentaux, ceci n'est pas possible, étant des indépantants et les communes n'ont pas le droit de faire de la publicité.

Donc il en résulte les questions comme: quelle est la valeur pour les parents d'une garde individuelle de leurs enfants? Pourquoi les assistantes parentales sont „utilisées“ les unes contre les autres pour arriver à un tarif minimal de 3,50€ par heure? Pourquoi les parents sont-ils poussés à trouver des tarifs si bas? La garde de leurs propres enfants ne leur vaut pas plus?

Une explication pourrait-être que la situation sociale, surtout au sud du pays, est tellement tendue, force les parents à trouver une solution de garde „gratuite“ pour arriver à leur fin de mois avec leurs salaires. Une autre explication serait que les parents ne sont pas d'accord de payer plus pour ce service individuel et dans une cadre familial, comme la subvention étatique est dans ce cas bien inférieure à celle si les parents choisissent une structure (maison relais ou crèche) pour faire garder leurs enfants! Et pourquoi en-est il ainsi?

On peu se poser la question si les politicients n'ont pas encore compris que suite à leurs décisions dans le cadre le loi pour le cheque service, instauré en 2007, les tensions sociales se sont bien agravées et continuent à s'agraver par cette évolution négative.
Et tant que cette inégalité n'est pas rayée (la subvention égalisée pour tout choix de garde), les assistantes parentales ne seront jamais à l'abri de la pression des parents concernant leurs tarifs.
Toutes les assistantes parentales à cette réunion et celles d'avant ont été d'accord que leur travail doit être plus respecté, en non pas seulement financièrement.
Nous, les assistantes parentales, essayent de respecter tous les voeux des parents dont nous gardons des enfants. Nous les prenons en charge avec tout notre coeur et notre âme les enfants nous confiés. Nous permettons une flexibilité maximale concernant les horaires et les besoins. Mais nous demandons aussi le respect qui nous est dû, ce qui inclus nos contrats et modalités.
Il n'est plus question que nous sommes considérés „à propos“; être assistant parental demande autant de responsabilités que pour le personnel des structures. Nous sommes aussi obligés de suivre des formations continues, de maintenir nos maisons et appartements, de respecter les standards de sécurité. Tout un tas de responsabilité et de professionalisme, sans pourtant que tous nos efforts soient honorés avec une égalisation de la subvention dans le cadre du chèque service acceuil.

Nous représentons l'opinon que chaqun peut délivrer un service de qualité dans le secteur de garde d'enfants, indépendant de la formation de base d'origine. Il faut que nous apprenons chaqun chaque jour, que nous sommes des diplomés ou pas.
En outre, la qualité de garde dépend en premier lieu de l'engagement et si on a une facilité de travailler avec des enfants. On peut avoir n'importe quel diplôme et avoir n'importe quel niveau de professionalisme: en fin de compte si le travail avec les enfants ne convient pas à quelqu'un, il ne pourra pas faire un bon service de garde d'enfants.
Les enfants ont des détecteurs fins, et remarquent chez qui il sont bien. Il leur importe pas du tout si on est un éducateur/trice diplomé(e) ou un(e) assistant(e) parental(e), s'ils se sentent bien, on a fait un bon travail.

L'association DAGESELTEREN NETWORK ASBL s'engage à éclairer le public pour le travail des assistantes parentales dans le but d'éliminer les inégalités sociales.

D'autres réunions informations sont prévus le dimanche, 5 juin 2016 de 15:00 à 17:00 à Ettelbrück (salle de l'ASSOCIACAO DE PAIS DOS ALUNES DA ESCOLA PORTUGESA - 1, Rue Michel Weber, L-9089 Ettelbruck) et le dimanche, 03 juin 2016 de 15:00 à 17:00 à Wasserbillig (salle du clubs d'échecs - Annexe du Centre Culturel, parking entre 12 et 18 route de Luxembourg, L-6633 Wasserbillig).