Change Edition

Festival international de la bande dessinée

Alors que le basket rythme la vie de la commune tout au long de l'année, en été c'est au tour de la bande dessinée de faire l'actualité. Les 16 et 17 juillet, la 18e édition du Festival international de la bande dessinée de Contern attirera à nouveau son lot d' aficionados des bulles ou de simples curieux.

«Il y a 18 ans, un conseiller communal de Contern a eu la folle idée de lancer un festival de bande dessinée», explique Georges Hansen, secrétaire depuis quelques années du Festival international de la bande dessinée de Contern. «Depuis, le festival n'a cessé de se développer et de gagner en notoriété, tant au Luxembourg que dans la Grande Région, voire encore plus loin».

Un développement qui oblige les organisateurs à «éviter de voir trop grand, puisque nous avons atteint la limite de notre capacité», note le secrétaire.

Poumon névralgique du festival, le hall omnisports du village sera proche de la saturation cette année. Trois maisons d'édition et leurs auteurs, un libraire, le Centre belge de la bande dessinée et pas moins de 48 dessinateurs attendront le public. Une tente adjacente sera réservée aux maisons d'édition venant sans plumes à présenter.

«Le dessinateur Raoul Cauvin, qui a participé au scénario de l'affiche, nous a proposé une quinzaine d'auteurs à faire venir à Contern qui pour la majeure partie ont accepté notre invitation», se félicite le secrétaire.

Sont attendus à Contern, Bédu, Raoul Cauvin, Eric Stoffel, Nicolas Fructus, Jean-Luc Garréra, Christophe et Rodolphe Hoyas, Daniel Kox, Peral, François Plisson, Stédo, Etienne Willem et Albert Weinberg et les locaux de l'étape Lucien Czuga, Clod, Andy Genen et Roger Leiner. Et bien d'autres. Des auteurs qui témoigneront de la volonté des organisateurs d'ouvrir le festival aux différents courants et genres de la BD.

Tous les dessinateurs invités se plieront au traditionnelles séances de dédicace, fébrilement attendues par un public de connaisseurs – le samedi matin – ou de simples curieux – majoritaires le samedi après-midi ou le dimanche, selon Georges Hansen. Un public toujours aussi fidèle et nombreux «puisque chaque année nous enregistrons en moyenne quelque 6.000 entrées payantes», précise le secrétaire.

L'autre temps fort du festival de Contern: la présence de revendeurs ou de collectionneurs. L'idéal pour étoffer sa bibliothèque ou trouver la perle rare.

Viennent s'ajouter de nombreux concerts, des animations diverses pour petits et grands.

«Notre festival a réussi à se faire un nom au fil des éditions. Souvent on parle d'un seul trait d'Angoulême et de Contern», se réjouit le secrétaire sans pour autant vouloir comparer les deux rendez-vous annuels du neuvième art.

(texte: Thierry Hick / photo: Marc Wilwert)

Les informations complètes et le programme détaillé sur le festival peuvent être consultés sur le site Internet: www.bdcontern.lu