Change Edition

ATD Quart Monde au Festival des Migrations, des Cultures et de la Citoyenneté

Festival des Migrations, des Cultures et de la Citoyenneté et Salon du livre,

organisés par le CLAE


1 er au 3 mars 2019 – Stand de sensibilisation et lecture-échange


Des rencontres intéressantes ont fait plaisir aux personnes bénévoles

présentes au stand de sensibilisation et la lecture-échange au

programme le samedi a attiré un public nombreux et attentif.

Les invités étaient Georges de Kerchove, auteur du livre „Rue des

Droits de l’Homme - La fronde des sans-abri » et Gilbert Pregno,

président de la Commission Consultative des Droits de l'Homme. La

rencontre fût animée par Jean Tonglet, volontaire-permanent du

Mouvement ATD Quart Monde et directeur de la Revue Quart Monde.

Avec beaucoup d’humanité, l’auteur a fait découvrir au public le monde

des personnes, qui vivent à la rue, et cela sur base d’une action de

rassemblement, qu’il a menée durant des années à la Gare Centrale de

Bruxelles. Le « droit à la parole » , pouvoir s’exprimer et se faire

entendre, sont des éléments essentiels pour que des personnes, qui au

jour le jour vivent le fait d'être discriminées, se sentent citoyens à part

entière et puissent vivre en dignité.

Gilbert Pregno de son côté a évoqué les difficultés des personnes qui au

Luxembourg ne bénéficient pas d'une couverture médicale. C’est une

situation inacceptable de non-respect du « droit à la santé », qui est un

des champs de bataille actuel de la Commission consultative des Droits

de l'Homme. Comment cela est-il possible dans un pays aussi riche

qu’est le Luxembourg ?

Les 2 intervenants ont avec beaucoup de sensibilité montré l’importance

du respect des droits humains pour la dignité de chaque personne, et

cela non seulement lors de l’élaboration de textes de lois, mais

également lors de leurs mises en pratique. Trop souvent, des règlements

sont pris et des conditions posées, qui ne correspondent pas à la réalité

de vie des personnes concernées. Ce constat fût un des éléments repris

par différents intervenants lors du débat dynamique, malheureusement

trop court, qui a suivi l’échange des experts.

Une fois encore, cette rencontre a fait apparaître que les personnes les

plus pauvres, et en particulier les personnes à la rue, sont malmenées

partout, quel que soit le pays, mais que partout également, des citoyens,

artisans des droits humains, se lèvent pour que cesse la violence qui

leur est faite.