Change Edition

Millegalerie - Exposition Dévoiler l'instant du 20 novembre au 12 décembre 2021

Fabienne Damoiseaux, Jip Josée Feltes, Carole Wilmet


Les trois artistes abordent le portrait, mais pas que… Elles cherchent à capter un instant, par n’importe lequel, celui là-même de maintenant, ni celui d’avant, ni celui d’après. Dérober un centième de seconde à l’éternité et révéler les dessous du visible. Dans cette ère où tout se passe si vite, l’exposition se propose comme un arrêt sur image, prendre le temps de s’imprégner, mettre de côté toute logique, toute explication, toute mesure. Au-delà d’une volonté de rendre les absents présents, le portrait témoigne d’un intérêt pour l’individuel. Il est capable de magnifier ou de masquer et même de représenter quelqu’un qui n’existe pas. Et ni même la concurrence de la photographie, ni l’invasion des portraits sur les réseaux sociaux n’empêchera les artistes de réinventer et d’interroger ce genre ancestral.

Que ce soit à partir de photos, de notre époque ou d’une époque précédente, ou de parties de portraits à reconstituer, les artistes ont teinté leur interprétation d’intentions qui leur sont propres. Elles lèvent le voile qui restreint la vision de la réalité et nous font découvrir ou nous révèlent des aspects insoupçonnés.

Carole Wilmet a fait du corps et de l’humain en général, ses sujets de prédilection. Son intérêt se porte sur ce qu’il y a à l’intérieur ; des tourments aux passions, en passant par les doutes et les émois inconscients inhérents à la condition humaine. Elle revisite le portrait et l’humain, en les appréhendant d’une façon nouvelle, avec spontanéité et intuition personnelle.

Pour Josée Feltes, ses modèles sont souvent des personnes qui ont vécu à une autre époque. Elle les transpose à l’époque actuelle en leur donnant une nouvelle identité, sans oublier ce qui les a façonnés en jouant avec des détails et des contradictions pour révéler un monde particulier où tout n’est pas logique et concret.

Fabienne Damoiseaux est influencée par un nouveau travail qu’elle a entamé depuis peu. Elle rénove d’anciennes marmorites, qui sont des produits vitrifiés opaques, d’une très grande dureté, inattaquables par les acides et inaltérables à l’air et qui ont l’apparence du marbre. Elle récupère ces morceaux de verre noirs et commencent un voyage dans le temps, en imaginant des histoires et en cherchant des visages. Avec respect et délicatesse, elle rend hommage à des inconnus en grattant ces sillons comme des veines, ode à la vie et à la mort aussi.

Exposition accessible deu jeudi au dimanche de 14h à 18h, ou sur rv.

621 25 29 79

Françoise Bande – novembre 2021