Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Tour de vis attendu en BGL Ligue
Sport 3 Min. 21.03.2020

Tour de vis attendu en BGL Ligue

On ne sait pas quand on retapera officiellement dans le ballon. On ignore aussi les conséquences financières de la crise sanitaire actuelle.

Tour de vis attendu en BGL Ligue

On ne sait pas quand on retapera officiellement dans le ballon. On ignore aussi les conséquences financières de la crise sanitaire actuelle.
Photo: Ben Majerus
Sport 3 Min. 21.03.2020

Tour de vis attendu en BGL Ligue

Christophe NADIN
Christophe NADIN
La fuite des sponsors et les contrats revus à la baisse pour les joueurs seront deux des conséquences qui pendent au nez des clubs de la BGL Ligue lorsque la crise sanitaire sera passée. Etat des lieux.

Les grands clubs européens ne sont pas les seuls à se torturer les méninges sur le plan financier. Il y aura aussi un avant et un après Covid-19 dans le monde du football luxembourgeois. 

La question peut paraître futile au cœur de l'urgence sanitaire. Elle occupe pourtant déjà les esprits de certains dirigeants au pays. 

«Cette crise va provoquer un changement majeur», affirme Luc Hilger. A la tête d'une fiduciaire de 35 personnes, le président strassenois est sur tous les fronts. «Ce n'est pas tant l'absence de rentrées financières provenant des recettes au guichet qui seront préjudiciables, mais le risque de désertion des sponsors.»

Selon le modèle économique défendu par les clubs, les partenaires occupent une certaine place dans leur financement. «Oui, il y aura des résiliations», confirme Pascal Wagner, vice-président de l'Union Titus Pétange. 

Patrick Kugener est aussi bien placé pour en parler. Directeur sportif de l'US Mondorf, il en est aussi l'un des sponsors majeurs. «Je vous avoue que je pense en premier lieu à la situation de mes employés. Mais je me suis engagé envers le club de Mondorf et j'ai l'intention de tenir mes promesses jusqu'au bout, mais il faut voir jusqu'où la crise va nous emmener.» 

Je me suis engagé envers le club de Mondorf et j'ai l'intention de tenir mes promesses jusqu'au bout

Patrick Kugener

Chômage partiel ou…  

La photographie est prise à l'instant et la vérité sera peut-être tout autre dans une semaine. Le rythme de vie confortable dans lequel sont installés beaucoup de joueurs parmi l'élite grand-ducale va changer. «J'ai déjà prévenu les joueurs, les entraîneurs et les agents que les contrats ne seraient plus les mêmes à l'avenir», avertit Luc Hilger. «En attendant, on n'a pas arrêté de payer les joueurs. Ils toucheront leur mois de mars. Si on ne joue pas en avril, c'est une autre histoire.» 

A Pétange, le débat doit encore avoir lieu en interne. On connaît les valeurs humanistes du président Paulo Duarte, mais l'arrêt des chantiers cette semaine ne va pas égayer le monde de la construction ni celui de l'immobilier. «Moi, j'ai déjà dit aux joueurs d'épargner et de ne pas dilapider l'argent dans des produits de luxe», explique Pascal Wagner. 

Et les joueurs dans tout ça? Certains clubs, comme le Fola, panachent des garçons sous contrat de travail et d'autres sous contrat dit «de louage de service». «Les premiers devraient bénéficier du chômage partiel», explique le président du Fola Mauro Mariani. 

Pour les seconds, qui représentent la majorité des joueurs de l'élite grand-ducale, les clubs vont se pencher sur la question. Pascal Wagner avançait une première piste à explorer. «Peut-être que l'on pourrait les considérer comme indépendants. Il reste à voir sous quel régime ils tombent selon qu'ils habitent dans tel ou tel pays», précise le Pétangeois. 

Moi, j'ai déjà dit aux joueurs d'épargner et de ne pas dilapider l'argent dans des produits de luxe

Pascal Wagner

Quelles aides? 

«Je ne trouverais pas normal que les clubs paient seuls l'addition», poursuit Luc Hilger. Mauro Mariani, lui, n'estime pas utopique «que la FLF ou l'UEFA apporte son écot à la situation». 

Des spéculations qui dépendent en grande partie de la forme que va prendre la fin de saison si fin de saison il y a. «La qualification pour une Coupe d'Europe conditionne pas mal de choses», reconnaît Mauro Mariani, rompu à voir son club puiser dans la manne européenne pour rester au-dessus de la ligne de flottaison. 

Loin de ces considérations, l'US Mondorf a vécu sous un autre régime ces dernières années en tissant des liens étroits avec ses joueurs à qui ils ont parfois donné un fameux coup de main pour trouver un travail. Des relations qui pourraient être salutaires à l'heure de passer à l'ère post-coronavirus.

Folgen Sie uns auf Facebook und Twitter und abonnieren Sie unseren Newsletter.

Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.