Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Luc Holtz: «Nous avons des devoirs envers le public»
Sport 3 Min. 15.01.2015 Aus unserem online-Archiv
Football

Luc Holtz: «Nous avons des devoirs envers le public»

Luc Holtz  ne déroge pas à sa philosophie: le spectacle doit être au rendez-vous lorsque son équipe évolue.
Football

Luc Holtz: «Nous avons des devoirs envers le public»

Luc Holtz ne déroge pas à sa philosophie: le spectacle doit être au rendez-vous lorsque son équipe évolue.
Photo: Fabrizio Munisso
Sport 3 Min. 15.01.2015 Aus unserem online-Archiv
Football

Luc Holtz: «Nous avons des devoirs envers le public»

Le jeu, le beau jeu même, reste le maître-mot de Luc Holtz mais le sélectionneur national ne perd pas de vue que son équipe devra engranger quelques points lors de la suite des éliminatoires de l'Euro 2016.

Le jeu, le beau jeu même, reste le maître-mot de Luc Holtz mais le sélectionneur national ne perd pas de vue que son équipe devra engranger quelques points lors de la suite des éliminatoires de l'Euro 2016.

Le constat est là: nous avons réalisé de nombreux pas en avant. L'année 2014 a été celle du déclic, tout en tenant compte que nous avons joué très souvent avec deux attaquants. Nous avons progressé tout en rencontrant des nations qui appartiennent au Top 30 mondial: Italie, Belgique, Cap-Vert, Espagne ou Ukraine. Nous aurions parfois mérité un meilleur sort, notamment en Macédoine (2-3), mais je suis certain qu'un jour ou l'autre le vent tournera en notre faveur.

Indéniablement oui, car nous avons aussi le résultat (1-1) qui accompagne notre excellente prestation. Lors de notre match en Belgique, que nous perdons 1-5, nous n'étions pas loin, en terme de jeu, de ce que nous avons produit à Pérouse. Nous avions juste été un peu plus naïfs au niveau des pertes de balle qui nous ont coûté les buts. En Italie, nous avons conservé notre philosophie de jeu tout en rectifiant nos erreurs en étant plus rigoureux. Les cinq buts encaissés à Genk ont peut-être été un mal pour un bien.

Oui par rapport à nos productions sur le terrain, mais je répondrai par la négative par rapport aux attentes que l'on peut avoir. Il faut rester réaliste quant à la qualité et au réservoir de joueurs pros de nos adversaires. Mais au vu de nos prestations, nous aurions pu prendre davantage de points. Nous allons essayer d'en engranger quelques uns de plus. Il faut souligner que nous n'avons pas, ou très peu, une demi-heure contre l'Ukraine, pu compter sur Aurélien Joachim au cours de la première partie de cette campagne. J'espère qu'il va nous revenir en pleine forme. Nous n'avons pas dit notre dernier mot dans ce groupe.

• En proposant du jeu, l'équipe s'expose davantage. Ne devriez-vous pas être plus prudents pour glaner des points?

Nous sommes en 2015, le football ne se joue plus en évoluant bas durant 90 minutes. En 2015, la question ne se pose pas de rester prudents. La hauteur à laquelle on commence à défendre est primordiale. On peut très bien placer un bloc compact plus haut. Ce que je veux mettre en place, c'est alterner les tactiques de jeu, avec un bloc plus ou moins haut selon les circonstances de match. N'oublions pas non plus que nous avons des devoirs envers le public. Les gens qui se déplacent pour l'équipe nationale veulent voir du spectacle. Nous n'allons pas revenir en arrière par crainte du résultat. Si mes supérieurs viennent me voir un jour pour me dire: «Les prestations sont bonnes, mais les résultats ne correspondent pas aux attentes», je répondrais: «Ce n'est ni ma philosophie de jeu, ni mon approche. Vous pouvez chercher un autre sélectionneur.» Je ne déroge pas à ma philosophie.

Propos recueillis par Didier Hiégel

Retrouvez l'intégralité de notre entretien dans l'édition de ce jeudi 15 janvier du Luxemburger Wort

 

 


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Depuis juin 2015 et le référendum organisé par le gouvernement en vue de moderniser les institutions du pays, les résidents étrangers du Grand-Duché savent que leurs voisins, collègues et amis luxembourgeois D.O.C. semblent réticents à les voir s’impliquer dans la vie politique nationale...
Interview avec le patron de Kinepolis
Le changement de propriétaire 
des cinémas Utopolis et Utopia en novembre dernier est passé relativement inaperçu à ce jour du côté des cinéphiles. Pourtant, les choses pourraient changer au Luxembourg dans les mois 
à venir. Le Pdg Eddy Duquenne s'explique dans une interview.
Rotondes: entretien avec Robert Garcia
Pour Robert Garcia, l'ouverture prochaine des Rotondes de Bonnevoie va permettre de boucler la boucle de son parcours culturel. Il compte y rester encore une année, laps de temps suffisant à ses yeux pour mettre sur les rails une institution qui a pu se roder ces dernières années au CarréRotondes.
Robert Garcia  fera ses adieux dans un peu plus d'un an.