Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Un cas extrême d’allergie au français

Leserbriefe Politik 2 Min. 05.12.2016
Direkt weiterlesen?

Für nur 1,90€ pro Woche können Sie diesen Artikel „Un cas extrême d’allergie au français“ lesen und erhalten Zugang zu allen Artikeln.

  • Immer und überall bestens informiert
  • Rund um die Uhr Zugriff auf unsere Premium-Artikel
  • Gratis Newsapp für Ihr Smartphone und Tablet
Zu den Abonnements

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Il est devenu commun d'entendre que les PME luxembourgeoises ne sont pas assez compétitives par rapport à la concurrence mondiale. Comment les petites et moyennes entreprises résistent-elles alors à la concurrence?
Si la fiscalité des entreprises est relativement avantageuse par rapport à celle des pays voisins, les écarts ont tendance à se réduire, notamment avec l'Allemagne.
En 2016 donc, les radars feront leur apparition sur nos routes. C'est promis. Des radars fixes, des radars mobiles, des radars aux feux rouges et aux signaux stop. L'imagination n'a pas de limites.
29.8.2015 Luxembourg, Ville,Unfall, Polizei, accident, Polizeibericht, Zwischenfall photo Anouk Antony
Nos amis du «Monde diplomatique», toujours en avance d'une provocation, sont en retard d'une guerre dans leur dernière livraison, bouclée sans doute alors que les attentats de Paris n'avaient pas eu lieu encore.
Dans une récente lettre à la rédaction* un lecteur germanophone vient de suggérer de donner force de loi à la Constitution écrite en langue luxembourgeoise, estimant que le français est une langue étrangère dans notre pays.
15.1. Staatsarchiv / Konstitution 1868 / Originaldokument / Crise Constitutionelle / Verfassung / Verfassungsaenderungen foto: Guy Jallay
Parfois les pour et les contre d'une question politique tiennent en une formule concise. François Hollande en a usé ces derniers jours d'une façon qu'on pourrait qualifier de magistrale.
Je ne comprends pas pourquoi cette organisation si prestigieuse pour sa lutte en faveur des prisonniers politiques et contre la torture se lance désormais dans des programmes propageant les «droits sexuels et reproductifs de la femme», expression qui camoufle à peine l’exigence d’un «droit à l’avortement».
Was bewegt Sie?