Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Un cas extrême d’allergie au français

Leserbriefe Politik 2 Min. 05.12.2016

Dans votre édition du 26 octobre figure au courrier des lecteurs un texte au titre peu explicite «Unsere Lehrer sind besser als ihren Ruf (und was sich in Luxemburg ändern muss)»*. Il s’agit en fait d’une violente diatribe contre la place donnée au français dans notre système éducatif.

1) Air connu: La langue française est très «compliquée». Pour nos enfants son apprentissage est une expérience uniquement négative…

2) Plus radicale encore l’affirmation suivante: La France ne joue plus aucun rôle économique, politique ou culturel dans le monde ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

L'insécurité routière
En 2016 donc, les radars feront leur apparition sur nos routes. C'est promis. Des radars fixes, des radars mobiles, des radars aux feux rouges et aux signaux stop. L'imagination n'a pas de limites.
29.8.2015 Luxembourg, Ville,Unfall, Polizei, accident, Polizeibericht, Zwischenfall photo Anouk Antony
Editorial : Le jeu de la France
Nos amis du «Monde diplomatique», toujours en avance d'une provocation, sont en retard d'une guerre dans leur dernière livraison, bouclée sans doute alors que les attentats de Paris n'avaient pas eu lieu encore.
Le français – pas une langue étrangère à ce pays
Dans une récente lettre à la rédaction* un lecteur germanophone vient de suggérer de donner force de loi à la Constitution écrite en langue luxembourgeoise, estimant que le français est une langue étrangère dans notre pays.
15.1. Staatsarchiv / Konstitution 1868 / Originaldokument / Crise Constitutionelle / Verfassung / Verfassungsaenderungen foto: Guy Jallay
Quelle terre promise?
Parfois les pour et les contre d'une question politique tiennent en une formule concise. François Hollande en a usé ces derniers jours d'une façon qu'on pourrait qualifier de magistrale.
Amnesty International Luxembourg se trompe
Je ne comprends pas pourquoi cette organisation si prestigieuse pour sa lutte en faveur des prisonniers politiques et contre la torture se lance désormais dans des programmes propageant les «droits sexuels et reproductifs de la femme», expression qui camoufle à peine l’exigence d’un «droit à l’avortement».
Was bewegt Sie?