Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Stéphanie Empain, l'atout des Verts
Co-tête de liste dans le Nord aux côtés de Claude Turmes suite au retrait de Françoise Folmer, Stéphanie Empain a été élue avec 5.692 voix passant devant le député sortant, Gérard Anzia.

Stéphanie Empain, l'atout des Verts

Photo: Guy Jallay
Co-tête de liste dans le Nord aux côtés de Claude Turmes suite au retrait de Françoise Folmer, Stéphanie Empain a été élue avec 5.692 voix passant devant le député sortant, Gérard Anzia.
Politik 5 Min. 11.01.2019

Stéphanie Empain, l'atout des Verts

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
La défense ou la Sécurité intérieure sont des sujets nouvellement dévolus aux Verts et qui intéressent Stéphanie Empain. La jeune députée a travaillé par l'Etat major de l'Armée luxembourgeoise et elle est convaincue de la plus-value que son parti peut apporter à la coaltion via ces ressorts.

Stéphanie Empain n'a pas peur des défis et depuis l'enfance, elle est habituée à les relever.

Sa discipline? L'athlétisme, le 100 mètres plus précisément, et l'envie furieuse de foncer tout en sachant garder son endurance. Elle vient d'ailleurs d'accepter la présidence de la fédération luxembourgeoise d'athlétisme afin «de rendre ce qu'on lui a donné par le passé», comme un juste retour des choses.

«Ce que je fais, je veux le faire bien», explique la trentenaire, mère de deux enfants et qui fait en ce moment ses premiers pas à la Chambre des députés, suite aux élections législatives d'octobre dernier.

Co-tête de liste dans le Nord aux côtés de Claude Turmes suite au retrait de Françoise Folmer, Stéphanie Empain a été élue avec 5.692 voix passant devant le député sortant, Gérard Anzia. Elle participait aux Législatives pour la première fois et a fait son entrée en politique plutôt tardivement bien qu'elle ait milité depuis une dizaine d'années au sein de déi Jonj gréng.

«Mon engagement a pris ses racines et s'est développé lors des élections communales de 2017 où j'ai tenté de lancer une section déi gréng à Wiltz. Cette commune aux mains du LSAP depuis longtemps est un point faible pour les Verts. Malheureusement, je n'ai pas réussi à rassembler suffisamment de personnes pour constituer une liste et lorsque l'on m'a demandé de participer aux Législatives, je n'ai pas hésité».

Un enjeu de taille

Lorsque Stéphanie Empain prend ses quartiers en juin 2018 pour la campagne électorale, l'enjeu est de taille car il s'agit de porter la voix des Verts au nord suite au décès de Camille Gira et de conserver son siège à la Chambre des députés.

«Le choix de Claude Turmes était pertinent», poursuit la jeune femme, « car il a les mêmes valeurs que Camille Gira: les gens lui font confiance, il fait ce qu'il dit, il est intègre et fairplay. Pour ma part, je venais après Christiane Wickler et je me demandais si j'avais la stature pour la remplacer. Le pari est maintenant remporté grâce au choix audacieux des Verts de constituer une équipe jeune. Je ne suis pas une femme politique classique qui s'est fixé un but, je sais saisir les opportunités quand elles se présentent».

Et le parcours professionnel de Stéphanie Empain est pour le moins atypique lui aussi, car après avoir fait des études en sciences politiques à Trèves, en Allemagne, elle entre à l'Etat major de l'Armée luxembourgeoise où elle se charge des relations internationales lors de la présidence luxembourgeoise du corps européen entre 2008 et 2009.

Elle travaille ensuite pour l'office régional de tourisme des Ardennes luxembourgeoises durant plusieurs années avant de monter sa propre société en couches lavables et devenir indépendante, en 2016.

L'écologie, un mode de vie

La jeune députée ne vient pas d'un milieu familial où l'on parlait politique mais elle a reçu une éducation proche des valeurs que le parti déi gréng véhicule.

«J'ai été éduquée dans le respect de la nature et des animaux. Ma mère nous a appris très tôt à ma soeur et moi, l'importance de ne pas gaspiller et de préserver l'environnement», poursuit-elle en se souvenant que sa mère appréciait beaucoup à l'époque les idées de Camille Gira.

«Lorsque j'étais adolescente, Camille Gira était déjà très connu dans le canton de Redange et dans toute la région nord. Mais les gens avaient souvent du mal à le comprendre car le discours sur l'environnement n'était alors pas si fort qu'aujourd'hui et Camille était fort critiqué. Mais dans ma famille, ses idées étaient bien vues car c'était écolo, c'était durable et ça collait à ce que ma mère pensait et nous transmettait».

Stéphanie Empain vit à Erpeldange depuis une petite dizaine d'années. Un choix qu'elle et son mari ont fait pour rester proches de la nature. «Nous passions tous nos week-ends dans le nord pour faire des randonnées entre amis alors le choix de venir vivre à Wiltz est apparu comme une évidence d'autant qu'il coïncidait avec mon arrivée à l'office régional de tourisme».

Stéphanie Empain a été nommée présidente de la commission Défense et Sécurité intérieure au sein de la Chambre et elle est aussi membre des commissions Affaires européennes et étrangères, de celle de la Justice et de la Fonction publique.

Déi gréng a obtenu des ministères inédits pour cette nouvelle législature comme l'État-major de la défense ou celui de la Sécurité intérieure qui seront chapeautés par François Bausch. « C'est un avantage pour la Chambre d'avoir des membres de la coaltion maîtrisant ces sujets», reprend la jeune femme, « Des thèmes qui ne sont pas ceux qu'on réserve habituellement au parti des Verts. Mais moi, ça m'intéresse et je suis convaincue de la plus-value que les Verts peuvent apporter à ces ressorts».

Folgen Sie uns auf Facebook und Twitter und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Carlo Back, l'Européen convaincu
Carlo Back siège depuis quelques semaines en lieu et place de François Bausch à la Chambre des députés. Le conseiller communal de la Ville de Luxembourg voit son engagement politique des 20 dernières années couronné de succès.
Carlo Back, a newly elected member of parliament of Die Greng party, poses for a portrait. Luxembourg, Luxembourg - 09. 01. 2019 photo: Matic Zorman / Luxemburger Wort
Marc Hansen, la force tranquille
Marc Hansen a mis du temps à s'engager en politique: il voulait trouver le parti en accord avec l'homme qu'il est et les idées qu'il soutient. Il siège aujourd'hui à la Chambre des députés sous la bannière des Verts.
Marc Hansen - dei gréng - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Djuna Bernard, l'«éclaireuse» devenue députée
Elle se dit «ambitieuse et travailleuse» et devient députée à 26 ans. Djuna Bernard est la plus jeune à la Chambre mais cela ne lui fait pas peur car en bonne «éclaireuse», elle se sent forte des valeurs du scoutisme.
WO fr, ITV Djuna Bernard , neue Abgeordnete Dei Greng  , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Marc Goergen, le constant
Implacable dans la constance, Marc Goergen n'est nullement ébranlé par sa récente élection à la Chambre des députés.
12.11.2018 Luxembourg, Kopstal, PiratePartei, Piraten, parti les pirates, Marc Goergen avec son Labrador Jambo photo Anouk Antony
Jeff Engelen, semer et récolter
Bras droit de Jean-Pierre Koepp durant des années, le conseiller communal de Wincrange fait son entrée à la Chambre des députés après 30 ans d'engagement politique.
Fotos Jeff Engelen
 Online pour Virginie Orlandi / Foto: Roland ARENDT
Sven Clement, des racines et des ailes
«À l'aide de trois anecdotes, on peut faire le portrait d'un homme». Nietzsche en aurait eu bien plus avec Sven Clement qui vient de faire son entrée à la Chambre des députés à tout juste 29 ans, et qui ne tarit pas d'être passionné.
12.11.2018 Luxembourg, ville, Portraït Sven Clement, parti PiratePartei, Piraten, les pirates photo Anouk Antony
Paul Galles, le chrétien social
Élu député pour la première fois, le conseiller communal de la Ville de Luxembourg entend placer les questions liées au social en bonne place dans les débats de la Chambre des députés.