Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Referendum zum Ausländerwahlrecht: Erzbischof sagt "Ja" zu mehr politischer Teilhabe
Politik 5 Min. 30.04.2015

Referendum zum Ausländerwahlrecht: Erzbischof sagt "Ja" zu mehr politischer Teilhabe

Jean-Claude Hollerich wird beim Referendum seine Stimme abgeben. Wo er ein Kreuz machen wird, verrät er nicht.

Referendum zum Ausländerwahlrecht: Erzbischof sagt "Ja" zu mehr politischer Teilhabe

Jean-Claude Hollerich wird beim Referendum seine Stimme abgeben. Wo er ein Kreuz machen wird, verrät er nicht.
Foto:Gerry Huberty
Politik 5 Min. 30.04.2015

Referendum zum Ausländerwahlrecht: Erzbischof sagt "Ja" zu mehr politischer Teilhabe

Erzbischof Jean-Claude Hollerich fordert, dass Luxemburg ausländische Bürger besser ins politische Leben integriert. Wie er zum Ausländerwahlrecht steht, will er als Oberhaupt der katholischen Kirche in Luxemburg allerdings nicht verraten.

(ks) - Im Vorfeld des Referendums am 7. Juni hat sich am Donnerstag Erzbischof Jean-Claude Hollerich für mehr politische Teilhabe ausländischer Bürger in Luxemburg ausgesprochen. Diese Gruppe stelle einen Anteil von 46 Prozent an der Gesamtbevölkerung dar. "Ohne unsere Einwanderer könnte Luxemburg weder leben noch überleben."

Ein großer Teil dieser Bürger sei nicht in das politische Leben integriert. Viele Vorschläge, um dies zu ändern, seien in der Diskussion, unter anderem beim Zugang zur Staatsangehörigkeit.

Zwar werde er selbst seine Stimme beim Referendum, bei dem es in einer von drei Fragen um das Ausländerwahlrecht geht, abgeben, Position beziehen als Oberhaupt der katholische Kirche wolle er aber nicht, schreibt er in seiner Mitteilung.

Erzbischof Hollerich bleibt eher allgemein: "Es liegt mir am Herz zu unterstreichen, dass ein Land nicht jene vom politischen Leben ausschließen sollte, die täglich zum wirtschaftlichen, sozialen, kulturellen und religiösen Leben beitragen und die vollständig dazugehören."

Im Folgenden veröffentlichen wir die gesamte Stellungnahme von Erzbischof Jean-Claude Hollerich:

Ensemble responsables de l’avenir de notre pays et de notre société

Parole de l’Archevêque de Luxembourg Jean-Claude Hollerich

"La population de notre pays a très fortement évolué depuis quelques décennies : aujourd’hui 46% des résidents n’ont pas la nationalité luxembourgeoise. Ce chiffre est de fait très élevé et il faut en prendre pleinement conscience. Toutes ces personnes font partie de notre société, de sa vie, de la richesse, la beauté, la diversité de notre pays !

Nombreux sont ceux originaires d’Europe ; d’autres arrivent de continents lointains. Sans nos immigrants, le Luxembourg ne pourrait ni vivre ni survivre : les résidents non-luxembourgeois contribuent activement à faire de notre pays ce qu’il est aujourd’hui et à construire un avenir pour les générations futures !

Or cette grande partie de notre population n’est pas vraiment intégrée dans la vie politique du Grand-Duché. Il n’est que juste de réfléchir aux moyens de remédier à ce qui constitue un déséquilibre entre leur apport à la construction du pays et leur coresponsabilité politique. Lors du référendum du 7 juin prochain, l’idée est proposée de donner aux résidents non-luxembourgeois le droit de s’inscrire de manière facultative sur les listes électorales pour les élections nationales. D’autres moyens ont été proposés pour les impliquer dans la vie politique, notamment en ce qui concerne la façon d’accéder à la nationalité luxembourgeoise. Il y a d’autres pas à faire pour sensibiliser ces habitants aux questions socio-politiques et les intégrer davantage dans nos organes représentatifs, nos partis politiques etc. L’école joue certainement un rôle fondamental pour éduquer les futurs citoyens ; d’autres initiatives devront être développées pour que ces résidents prennent conscience de leur responsabilité socio-politique.

Si je dois me former ma propre opinion en tant que citoyen qui se rendra aux urnes dans deux mois, je ne veux cependant pas me prononcer en tant que chef de culte en faveur de l’une ou l’autre voie à adopter dans un dossier très complexe.

Le Conseil des catholiques – un organe consultatif dans l’archidiocèse qui travaille de façon autonome – a présenté un document qui réfléchit sur la question. Si je dois me former ma propre opinion en tant que citoyen qui se rendra aux urnes dans deux mois, je ne veux cependant pas me prononcer en tant que chef de culte en faveur de l’une ou l’autre voie à adopter dans un dossier très complexe. Il me tient cependant à cœur de souligner qu’un pays ne doit pas exclure de la vie politique ceux qui contribuent quotidiennement à sa vie économique, sociale, culturelle et religieuse et qui en font pleinement partie. J’aimerais aussi en appeler à tous à s’informer et à s’engager dans le débat public. Une démocratie vit de l’engagement des citoyens !

Enfin, je ne saurais parler de la participation des résidents non-luxembourgeois à la vie politique de notre pays sans m’interroger comme évêque sur la place de ceux qui partagent la foi catholique dans la vie de l’Église. Depuis mon arrivée à Luxembourg, je souligne que les non-Luxembourgeois sont pleinement membres de l’Église du Christ à Luxembourg. Et, de fait, il existe de belles et vivantes communautés catholiques constituées de fidèles dont la majorité n’ont pas la nationalité luxembourgeoise ! Tous ensemble, résidents luxembourgeois et non-luxembourgeois, nous constituons l’Église du Christ car en elle il n’y a pas d’abord des autochtones et étrangers, mais des frères et sœurs. C’est pourquoi nous avons du chemin à parcourir pour nous ouvrir davantage à l’apport de la vie de foi des communautés linguistiques respectives. Éviter toutes sortes de communautarisme constitue un défi pastoral et sociétal qui doit nous préoccuper tous !

Pour conclure, j’aimerais rappeler que le Concile Vatican II [1] a souligné que les chrétiens sont appelés à s’engager dans tous les domaines de la société. L’Église ne leur dit pas quelles opinions politiques professer ni quels partis rejoindre, mais elle nourrit leur spiritualité et les motive à s’engager avec discernement. Elle le fait dans le souci de préserver la cohésion sociale, elle qui croit si fortement dans la dignité de toutes les femmes et de tous les hommes et dans leur responsabilité commune pour l’avenir de notre terre !

[1] En ce qui concerne l’engagement des chrétiens dans la vie politique, voir : CONCILE VATICAN II, Constitution pastorale sur l’Église dans le monde de ce temps « Gaudium et spes », no 75."


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

EDITORIAL : Un dogme battu en brèche
Dans l'attente, entre deux annonces publicitaires, la radio rappelle que nos drames pèsent bien peu à côté de ceux que subissent ces âmes errant sur la route de la survie entre un occident et un orient qui n'est – pour elles – pas si proche.
Der Kommentar: Schneiders Patzer ist nur ein Symptom
Der Referendumspatzer von Vize-Premier Etienne Schneider ist nicht nur ein harmloser Fehler eines Politikers, sondern letztlich symptomatisch für die halbherzige Art und Weise, wie Blau-Rot-Grün die Referendumskampagne bisher angeht. Ein Kommentar von Christoph Bumb.
Etienne Schneider hat der Referendumskampagne der Dreierkoalition einen Bärendienst geleistet.
Bodry verteidigt Schneider: "Auch Minister machen Fehler"
Nach dem öffentlichen Patzer von Vize-Premier Etienne Schneider erhält dieser jetzt zweideutige Rückendeckung aus seiner Partei. Laut LSAP-Fraktionschef Alex Bodry sei dem Vize-Premier ein "kleiner Fehler" unterlaufen, der eigentlich nur zeige, dass im Volk noch Aufklärungsarbeit nötig sei.
LSAP-Fraktionschef Alex Bodry: "Ich hoffe, dass der kleine Fehler, der dem Vizepremier hier unterlaufen ist, dazu beiträgt, dass die Fragen noch klarer werden".
«Etude des phénomènes religieux et moraux»
En décidant de fondre les cours d'Instruction religieuse d'une part et de Formation morale et sociale d'autre part en un cours unique qui aura pour intitulé «Vie et société», le Ministère a fait naître une discussion qui n'aurait pas eu lieu d'être si...