Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Que faire de plus quand «tout» va (plutôt) très bien

Que faire de plus quand «tout» va (plutôt) très bien

Foto: Shutterstock
Politik 6 Min. 06.08.2018

Que faire de plus quand «tout» va (plutôt) très bien

Compte tenu du vieillissement en cours de la population des dirigeants de certaines petites entreprises familiales, de plus en plus d’entreprises devraient chaque année faire l’objet d’une cession au cours de la prochaine décennie, y compris au-delà de la sphère familiale.

Par Michel-Edouard Ruben*

Que peut-on bien pouvoir faire de plus pour l’attractivité et la compétitivité d’un pays comme le Luxembourg qui visiblement peut s’offrir le luxe de «refuser» l’implantation d’une entreprise (Knauf) qui envisageait d’investir 110 millions d’euros dans un nouveau site de production avec plus de 100 emplois directs à la clef? Que peut-on faire de plus pour les entreprises après qu’aient été créées la HoE (House of Entrepreneurship), la HoST (House of Startups), la LHoFT (Luxembourg House of Fintech) ? Que peut-on bien faire de plus après qu’ait été conduite une réforme fiscale qui a abaissé le taux d’impôt sur les sociétés et augmenté la bonification d’impôt pour investissement? Que peut-on faire de plus après que les régimes d’aides aux PME et aux activités de recherche, développement et innovation (RDI) aient été réformés, qu’un Digital Tech Fund ait été lancé, que la Sàrl-S et la SIS existent? Que faire de plus alors que, fort de tout ceci et de bien d’autres instruments d’accompagnement développés au cours des dernières années, le Luxembourg voit se créer plus de 10 ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Viv(r)e l’Europe
Si le 9 mai devenait à terme férié dans tous les Etats membres (à l’instar du 4 juillet aux Etats-Unis), ce serait, de facto, une belle solidarité européenne de fêtes...
Editorial: Greenwashing à New York
Ce matin, un triumvirat ministériel décolle pour New York où se tiendra ce week-end le sommet des Nations unies dédié à l'adoption d'un programme de développement durable pour l’après-2015.
Selon Laurent Probst de PwC: Le Luxembourg a besoin de son école de code
Le Luxembourg devra sans trop tarder lui aussi trouver comment former des jeunes aux langages les plus utiles au développement de l'industrie des technologies de l'information et de la communication. Le directeur de l'Accelerator de PwC, Laurent Probst, dresse le périmètre de cette structure à inventer.
Le secteur des technologies de l'information et de la communication a besoin de développeurs et de codeurs. Et le Luxembourg devrait prendre des initiatives