Wählen Sie Ihre Nachrichten​

OGBL wehrt sich und spricht von Täuschung
Politik 4 Min. 02.04.2022 Aus unserem online-Archiv
Tripartite-Abkommen

OGBL wehrt sich und spricht von Täuschung

Das Abkommen wurde ohne den OGBL unterzeichnet.
Tripartite-Abkommen

OGBL wehrt sich und spricht von Täuschung

Das Abkommen wurde ohne den OGBL unterzeichnet.
Foto: Anouk Antony
Politik 4 Min. 02.04.2022 Aus unserem online-Archiv
Tripartite-Abkommen

OGBL wehrt sich und spricht von Täuschung

Die Gewerkschaft hatte das Tripartiteabkommen nicht mitgetragen - und bemüht sich um Richtigstellung.

(TJ) - Am Mittwoch hatte der OGBL das geplante Abkommen der Tripartite abgelehnt. In einer Mitteilung bezieht die Gewerkschaft Stellung zur - in ihren Augen falschen Darstellung von Fakten und Täuschung seitens der Regierung und des Patronats.

Man habe - so die Mitteilung - nicht abgelehnt, weil die Regierung und Patronat nicht bereit waren, Steuerkredite bis zu einem Jahresverdienst von 160.000 Euro zu gewähren, für den Fall, dass die zweite Indextranche ins Jahr 2023 zurückgestellt werde. 


31.03.2022 OGBL : Stellungnahme zum Scheitern der Verhandlungen der Tripartite , Pressekonferenz ,  Foto : Marc Wilwert / Luxemburger Wort
„Setzen unsere Unterschrift nicht unter einen Sozialabbau“
Der OGBL erklärte am Donnerstag, warum er den Deal mit der Regierung und dem Patronat zur Unterstützung der Betriebe und Haushalte hat platzen lassen.

Vielmehr habe man der Regierung keinen Blankoscheck ausstellen wollen, um den Indexmechanismus bis ins Jahr 2024 zu manipulieren. Es könne nicht sein, dass die nicht gezielt zugestandenen Hilfen für Unternehmen und Betriebe über einen Verlust an Kaufkraft bei den Angestellten finanziert würden.

40 Prozent des Salariats bekämen mit dem Abkommen keinerlei Ausgleich für den erlittenen Kaufkraftverlust, für weitere 20 Prozent seien die Hilfen vernachlässigbar im Vergleich zu einer Indextranche. Zudem stört man sich an der Tatsache, dass Grenzgänger von den Hilfen ausgeschlossen wurden, was einer Spaltung des Salariats gleich komme.

Lesen Sie hier die Mitteilung im Original-Wortlaut

L’OGBL souhaite apporter encore quelques précisions concernant sa décision, prise le 30 mars 2022, de ne pas signer la proposition faite par le gouvernement dans le cadre de la tripartite. Ces précisions apparaissent malheureusement nécessaires au regard de la présentation douteuse, pour ne pas dire mensongère, qui en est faite par le gouvernement et le patronat depuis lors.

Tout d’abord, il n’est pas vrai que l’OGBL a refusé de donner son accord à la proposition gouvernementale, au motif qu’il aurait voulu que les salariés qui gagnent jusqu’à 160 000 euros par an soient également «compensés» pour le report de la tranche indiciaire prévue normalement en août 2022 — une vaste blague qui malheureusement semble trouver un certain écho dans la presse.

Plus sérieusement, l’OGBL a refusé de signer, d’une part parce qu’il ne pouvait pas donner un chèque en blanc au gouvernement pour une manipulation de l’index jusqu’en 2024, sachant d’autant plus que les prix sont actuellement extrêmement volatiles, d’autre part, parce qu’il n’accepte pas que des aides massives aux entreprises, dont la plus massive est absolument non ciblée et indifférenciée, à savoir le report de plusieurs tranches indiciaires, soient financées par — et viennent donc amputer — le pouvoir d’achat de quasiment l’ensemble des salariés, des pensionnés et de leurs familles. Il s’agit là, rien de moins, que d’une vaste opération de redistribution inversée, du bas vers le haut.

Ensuite, concernant les fameuses compensations tant vantées par le gouvernement pour le report de la tranche indiciaire normalement due en août 2022, l’OGBL insiste sur le fait que pour la plupart des salariés et des pensionnés, celles-ci seront inférieures à ce qu’aurait représenté le déclenchement de l’index au mois d’août. Ainsi, pour 40% de la population (les «riches» selon le gouvernement), il n’y aura déjà pas de compensation du tout (0); et pour environ 20% de la population, la «compensation» sera anecdotique par rapport à la perte de revenu engendrée par le report de la tranche indiciaire. Même pour une large partie des quintiles 1 et 2 (= 40 % des revenus les plus bas), la compensation prévue ne couvrira pas la perte, en termes de revenu réel, provoquée par le report de la tranche indiciaire pendant 8 mois, sachant que le revenu annuel brut comprend outre le salaire de base, également les primes, suppléments pour travail de nuit, pour travail de dimanche, heures supplémentaires, astreintes, etc, Sans oublier qu’aucun mécanisme de compensation n’est prévue au niveau des allocations familiales, pourtant récemment réindexées !

Ainsi, pour la très grande majorité des ménages, ces «compensations» ne compenseront pas la perte de pouvoir d’achat produite par la manipulation de l’index du mois d’août. Sans parler des éventuelles tranches supplémentaires qui pourraient encore être dues en 2022 et 2023, pour lesquelles le gouvernement a donc d’ores et déjà décidé qu’elles seraient décalées dans le temps. Les signataires de l’accord 2-½-partite se sont bien mis d’accord sur un délai minimal de 12 mois entre deux tranches indiciaires et il y a donc un véritable risque qu’une tranche indiciaire soit perdue de façon définitive, si l’inflation se maintient au niveau actuel, voire augmente encore davantage.

S’il est vrai qu’avec les mesures retenues, le gouvernement compte imposer à la très grande majorité des salariés et des pensionnés du Luxembourg de devoir se montrer solidaires envers les entreprises, l’OGBL estime néanmoins que

baptiser ce paquet de mesures du nom de «paquet de solidarité» est tout de même audacieux. Il y a manifestement tromperie sur la marchandise.

Enfin, l’OGBL dénonce fermement la tentative du gouvernement visant à diviser le salariat au Luxembourg, que ce soit entre résidents et frontaliers lors des négociations (l’une des propositions faites par le gouvernement visait tout simplement à exclure les frontaliers du mécanisme de compensation) ou bien entre petits et moyens salaires dans le cadre du modèle de compensations finalement retenu.

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Leitartikel zur Tripartite
Mit seiner Tripartite-Erzählung nimmt der OGBL die Arbeitgeber ins Visier. Und setzt zwei Beziehungen einer besonderen Belastung aus.
Die ernsten Gesichter der beiden Gewerkschafter Romain Wolff (l.) und Patrick Dury (2.v.l.) haben einen Grund. Rechts UEL-Präsident Michel Reckinger und Premierminister Xavier Bettel (DP, 2.v.r.).