Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Objectif «zéro déchet»
Politik 1 4 Min. 06.05.2019 Aus unserem online-Archiv

Objectif «zéro déchet»

Pour Carole Dieschbourg (Déi Gréng), ministre de l'Environnement, le plastique à usage unique apparaît comme «le problème numéro un».

Objectif «zéro déchet»

Pour Carole Dieschbourg (Déi Gréng), ministre de l'Environnement, le plastique à usage unique apparaît comme «le problème numéro un».
Photo: Anouk Antony
Politik 1 4 Min. 06.05.2019 Aus unserem online-Archiv

Objectif «zéro déchet»

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Alors que la chasse au plastique prend de l'ampleur dans le monde, le Luxembourg lance ce lundi une nouvelle stratégie. La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, invite ainsi la population à proposer ses idées, concrètes, pour lutter contre ce fléau.

Trois mois jour pour jour après le débat à la Chambre concernant la lutte contre les déchets plastiques, la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng), présente ce lundi matin sa stratégie nationale «zéro déchet».

Hasard du calendrier, c'est également ce lundi que se déroule le G7 de l'environnement à Metz, avec pour thématique la lutte contre le réchauffement climatique et la perte de la biodiversité.

Quatre tours Eiffel de déchets plastiques au Luxembourg

Enjeu de société majeur ces derniers mois, le climat se trouve au cœur des problématiques mondiales et le Luxembourg ne fait pas exception. 

Si le pays peut se féliciter d'être l'un des leaders européens en matière de collectes vertes, ce n'est pas forcément le cas au niveau du «littering» - dépôt de déchets sauvages, ndlr - et du plastique à usage unique.

Une campagne contre le dépôt des déchets sauvages a eu lieu durant le mois d'avril au Luxembourg.
Une campagne contre le dépôt des déchets sauvages a eu lieu durant le mois d'avril au Luxembourg.
Photo: Shutterstock

Toutes les heures, trois tonnes de déchets plastiques sont officiellement recensées pour un pays de 614.000 habitants. Sur une année, cela représente l'équivalent d'un peu plus de quatre tours Eiffel de déchets plastiques, dont seulement un tiers est recyclé convenablement, selon le ministère du l'Environnement.

«Le plastique à usage unique est clairement notre problème numéro un», souligne Carole Dieschbourg. «Nous en voyons de plus en plus autour des aliments en magasins par exemple et je pense qu'il est essentiel de changer de système», appuie-t-elle.

Pour limiter au possible ce trop-plein de plastique, plusieurs pistes sont déjà en cours, notamment avec les grandes chaînes de supermarché. Des enseignes telles que Delhaize ou Cactus utilisent des sacs réutilisables.

Proposer des alternatives

Mais si ces actions sont déjà menées et que le Parlement européen a voté début mars la fin des produits en plastique à usage unique pour 2021, le Luxembourg souhaite aller plus loin. Et plus vite.


Luxembourg: ils se bougent contre le plastique
Ils veulent réduire drastiquement la pollution plastique dans les magasins au Luxembourg. Après une pétition à succès sur le site change.org - et plus de 15.000 signatures -, un groupe de citoyens luxembourgeois poursuit sa mobilisation avec une deuxième pétition, cette fois sur le site de la Chambre des députés, qui a également porté ses fruits: 4.500 signatures plus tard, il y aura bien un débat national sur ce sujet.

«Il ne suffit pas d'imposer un cadre légal. Il faut développer une vraie stratégie et accompagner tout le monde dans une vraie transition», explique la ministre de l'Environnement.

Une approche participative donc, plutôt que contraignante. «Nous voulons mettre en place un planning concret. Pas seulement interdire mais donner des alternatives qui marchent. Travailler avec les communes, les citoyens, les entreprises pour regrouper nos solutions», détaille encore Carole Dieschbourg.

Cinq workshops aux quatre coins du pays

Pour passer d'«une société 'single use' à une société 'we use'», selon les mots de la ministre, le gouvernement met donc les bouchées doubles. «Il faut anticiper, mettre au point des lois plus ambitieuses. C'est de notre responsabilité de développer ce type d'approche, mais cela demande aussi la participation de tout le monde», explique-t-elle.

D'où la mise en place de cinq workshops, qui se tiendront entre le 15 mai et le 20 juin dans tout le pays. Intitulés «Null Offall», ils permettront aux politiques de recueillir des idées afin de réduire au possible les déchets.

«On ne trouvera pas des solutions pour tout, mais il y a bien des domaines dans lesquels nous pouvons nous passer du plastique», assure la ministre Déi Gréng, prenant pour exemple l'épicerie Ouni, située quartier Gare à Luxembourg-Ville, spécialisée dans la vente de produits sans emballage.

121 tonnes de plastique en moins d'ici fin 2020

Un exemple qui commence à en amener d'autres. Le 25 avril dernier, 55 entreprises se sont engagées à supprimer définitivement le plastique à usage unique au sein de leurs locaux, d'ici à fin 2020. Et ce, via le bannissement complet des gobelets, assiettes, couverts, pailles ou encore sachets en plastique de leurs locaux.

«C'est simple, 121 tonnes de plastique vont disparaître grâce à cette action», détaille Nancy Thomas, directrice d'IMS Luxembourg, à l'initiative de l'idée.

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

Parmi les signataires figurent ainsi ArcelorMittal, Sodexo ou encore KPMG. Un «véritable succès» pour Carole Dieschbourg, qui souhaite «travailler à chaque étage de la société, trouver des partenaires pour dire non au plastique».

Un projet de loi, retravaillant la loi climat actuelle et introduisant les détails de la directive européenne pour la réduction des déchets et des plastiques, sera déposé encore cette année à la Chambre.

Folgen Sie uns auf Facebook und Twitter und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Halte au «littering»
Une nouvelle campagne de sensibilisation contre les déchets sauvages a été lancée samedi par le ministère de l’Environnement. Souvent jetés non loin des poubelles, ces déchets peuvent avoir des conséquences graves, parfois mortelles.
Le nettoyage des déchets laissés dans la nature coûterait 2,4 millions d'euros par an, selon le gouvernement.
Le plastique à usage unique disparaît de l'UE dès 2021
Cotons-tiges, pailles, touillettes à café: le Parlement européen a entériné mercredi à une large majorité la fin dans l'Union européenne, à partir de 2021, de ces produits en plastique à usage unique qui polluent les océans.
Gobelets, couverts, assiettes à usage unique seront bannis, ainsi que les coton-tiges. Les bouteilles devront être recyclées.
Luxembourg: ils se bougent contre le plastique
Ils veulent réduire drastiquement la pollution plastique dans les magasins au Luxembourg. Après une pétition à succès sur le site change.org - et plus de 15.000 signatures -, un groupe de citoyens luxembourgeois poursuit sa mobilisation avec une deuxième pétition, cette fois sur le site de la Chambre des députés, qui a également porté ses fruits: 4.500 signatures plus tard, il y aura bien un débat national sur ce sujet.
Kampf dem Plastikmüll
Plastik in den Meeren, Mikropartikel in Lebensmitteln – Plastik ist überall. Allein in Luxemburg kommen jährlich mehr als 23 000 Tonnen Kunststoffabfälle zusammen. Die Dienste der Organisation Valorlux werden immer wichtiger.
Valorlux, Foto Lex Kleren
Müll ohne Grenzen
Längst nicht alle Abfallarten können in Luxemburg entsorgt werden. 2015 wurden insgesamt 1,9 Millionen Tonnen Müll über die Grenze gebracht.