Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Le «problème gare»

Leserbriefe Politik 4 Min. 20.01.2016

Je demande formellement aux politiques luxembourgeois ce qu’ils comptent faire de ce qu’ils se targuent de nommer le quartier le plus multikulti de la ville de Luxembourg: le quartier gare!

Je demande formellement aux pouvoirs publics de prendre des mesures afin que la santé physique et mentale des habitants du quartier soit protégée!

Je demande formellement aux politiques pour quelle raison rien n’a été entrepris malgré leur connaissance du «problème gare»!

Des seringues dans l’enceinte même des cours d’écoles, dans la rue, dans les parcs de jeu ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Leitartikel: Le camp des vainqueurs
La banque d'investissement n'est pas morte: elle séduit encore les jeunes. La plus célèbre d'entre elles, Goldman Sachs, a reçu cette année plus de 250.000 candidatures pour des stages aux Etats-Unis.
Plaidoyer pour la liberté de formation
S’il est on ne peut plus légitime d’attendre des professeurs de l’enseignement secondaire – et de tout enseignant d’ailleurs – de ne pas cesser de se former et de s’informer après leurs études et leur stage, on est néanmoins en droit de se demander s’il faut attendre d’eux de se soumettre, sans sourciller, aux modalités de formation définies par l’accord conclu entre le ministère et les syndicats enseignants.
Editorial: Le souffle de l'Histoire
La corrélation entre l'homme et son temps a toujours fait partie des grands questionnements philosophiques de toutes les civilisations, à toutes les époques culturelles et historiques.
Il faut du temps...
Les enfants ont parfois des peurs, des angoisses, enfouies au plus profond d'eux-mêmes. Et si les parents n'ont pas le temps ou ne prennent pas suffisamment de temps pour creuser ce qui ne va pas, ces enfants traîneront leur hantise partout avec eux.
Briefe an die Redaktion: Un pas est franchi
La perte de leur emploi des 80 salariés des restaurants de la galerie d'«Utopolis» à Kirchberg a de quoi frapper les esprits. Nous avons connu des pertes d’emploi par faillite frauduleuse ou non et de mises au chômage pour accident, incendie ou intempérie, mais le licenciement pour fin de bail est un cas de figure rare, surtout que les commerces concernés ont l’air de ne pas manquer de clients.
Was bewegt Sie?