Wählen Sie Ihre Nachrichten​

LCGB: "Gesundheit hat Vorrang"
Politik 4 Min. 30.03.2020 Aus unserem online-Archiv

LCGB: "Gesundheit hat Vorrang"

Der LCGB stört sich daran, dass in einzelnen Bereichen weiter produziert wird.

LCGB: "Gesundheit hat Vorrang"

Der LCGB stört sich daran, dass in einzelnen Bereichen weiter produziert wird.
Foto: Becker & Bredel/dpa
Politik 4 Min. 30.03.2020 Aus unserem online-Archiv

LCGB: "Gesundheit hat Vorrang"

Teddy JAANS
Teddy JAANS
Der christliche Gewerkschaftsbund fragt sich, wieso in verschiedenen Sektoren noch gearbeitet wird.

Der LCGB unterstützt alle Maßnahmen der Regierung im Kampf gegen die Corona-Epidemie, die Gewerkschaft unterstreicht, dass das 8,8-Milliarden-Paket der Regierung Unternehmen und Arbeitnehmer entlaste und somit helfe, einer sozialen Krise im Anschluß an die sanitäre Katastrophe vorzubeugen.

Nichtsdestotrotz fragt man sich, wieso in einzelnen nicht-lebensnotwendigen Bereichen die Produktion immer noch nicht eingestellt wurde. Der LCGB gibt als Beispiele die Stahlindustrie und die Automobilzulieferindustrie an. Auch wenn weitere Schließungen im Rahmen der Corona-Krise die wirtschaftlichen Einbußen weiter verschärfen würden, so müsse man die Gesundheit der Menschen über das Profitdenken stellen. Die Schließung der Baustellen habe gezeigt, dass dadurch Bewegungen und Kontakte und somit auch das Ansteckungsrisiko gesenkt würden.


Liveticker: Päischtcroisière abgesagt
Nun ist es offiziell: Im Jahr 2020 wird keine Päischtcroisière stattfinden. Alle aktuellen Infos zur Krise im Ticker.

Was die Ausweitung der wöchentlichen Arbeitsstundenzahl auf 60 angeht, so könne man mit der Maßnahme leben, aber nur als letzte Möglichkeit. Vielmehr empfiehlt die Arbeitnehmervertretung soweit möglich einen Ausbau der Belegschaften, um die Arbeitnehmer zu entlasten und die Ruhezeiten zu gewährleisten.

Lesen Sie hier die vollständige Mitteilung:

La santé doit primer sur le bénéfice :

Le LCGB revendique du gouvernement l’arrêt immédiat de toutes les activités économiques non-essentielle

Luxembourg, le 30 mars 2020 – Avec un taux d’infection en croissance quotidienne et l’annonce gouvernementale de vendredi passé de se trouver seulement au début de cette crise sanitaire d’une envergure grave, le LCGB souligne les 2 axes prioritaires, qui doivent rester garantis : L’état de santé et la sécurité ainsi que la sauvegarde des existences, des emplois et du pouvoir d’achat de tous les salariés du Grand-Duché.

Le LCGB rappelle dans ce contexte qu’il soutient toute mesure gouvernementale prise et salue l’annonce que pendant la durée de l’état de crise, l’indemnité du chômage partiel ne pourra pas être inférieure au salaire social minimum pour salariés non-qualifiés. Ensemble avec le paquet de mesures financières pour soutenir les entreprises de 8,8 milliards €, cette mesure apporte certes un soulagement aux entreprises et aux salariés. Le LCGB souligne toutefois que plus la garantie salariale du gouvernement pour le chômage partiel dans le cadre du COVID-19 s’élève, plus on pourra éviter une crise sociale subséquente à la crise sanitaire.

Quant à l’axe primordial de la protection de la santé et de la sécurité de tous les salariés, le LCGB revendique du gouvernement l’arrêt immédiat de toutes les activités économiques non-essentielles pour le maintien des intérêts vitaux de la population et du pays, dont notamment la production d’acier ou le secteur d’automobile (pour seulement citer quelques-unes). Tout en sachant qu’une telle mesure pourra accélérer notre trajet vers une crise économique d’une envergure non vue depuis la Seconde Guerre mondiale, le LCGB insiste que la santé doive absolument primer sur le bénéfice ! Il faudra être plus déterminé que jamais pour se donner le plus de chances possible de ralentir la courbe d’infections à travers la population.

Malgré tous les efforts, le matériel de protection fait souvent défaut et l’application de certaines mesures sanitaires s’avère parfois très difficile à respecter. Avec la cessation des activités non-essentielles, les outils et objets protecteurs tellement vitaux à la santé des salariés pourront ont être concentrés sur les secteurs existentiels. Le LCGB demande d’entamer tous les efforts et toutes les mesures requises pour que les salariés, qui s’engagent au quotidien pour notre santé et notre bien-être, puissent travailler avec un niveau maximal de protection et de sécurité.

Comme la fermeture des chantiers l’a prouvé, une telle mesure limitera encore d’avantage la circulation et le contact humain, limitant ainsi le risque d’infection et la propagation du COVID-19.

Dans le contexte de l’annonce gouvernementale de l’extension de la durée du travail journalier à 12 heures (60 heures hebdomadaires) pour les entreprises dont le fonctionnement est essentiel, le LCGB soutient la mesure mais seulement en tant que mesure de dernière instance. Le LCGB revendique d’avant tout renforcer les équipes par du personnel supplémentaire pour soulager les salariés et garantir le repos requis. Des salariés fatigués et épuisés sont d’autant plus fragilisés quant à l’erreur et à la maladie...

Le LCGB souligne qu’il s’avère en outre nécessaire d’harmoniser par voie règlementaire les horaires d’ouverture dans le secteur du commerce pour pouvoir garantir le temps de repos nécessaire aux salariés ainsi que l’approvisionnement du Grand-Duché.

Aujourd’hui, il est plus qu’important de trouver le plus rapidement possible des solutions pragmatiques pour les salariés, n’importe leur secteur d’activité. Ainsi, le LCGB revendique que notre gouvernement prenne les décisions qui s’imposent pour éviter toute contagion inutile et pour protéger les salariés dont l’activité est essentielle au combat de la crise ou au fonctionnement de la vie de notre société.

Folgen Sie uns auf Facebook und Twitter und abonnieren Sie unseren Newsletter.