Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Un monde en dérive
Leitartikel Politik 3 Min. 25.06.2015 Aus unserem online-Archiv
EDITORIAL

Un monde en dérive

Leitartikel Politik 3 Min. 25.06.2015 Aus unserem online-Archiv
EDITORIAL

Un monde en dérive

Marcel KIEFFER
Marcel KIEFFER
S'il en fallait encore une preuve de l'ignoble cynisme dont sont capables les politiques quand ils se penchent sur les tragédies de ce monde, l'ancien président français, impatient de reconquérir son pouvoir passé, ne pouvait faire mieux.

S'il en fallait encore une preuve de l'ignoble cynisme dont sont capables les politiques quand ils se penchent sur les tragédies de ce monde, l'ancien président français, impatient de reconquérir son pouvoir passé, ne pouvait faire mieux.

Devant le rire narquois d'une assistance conquise d'avance, Nicolas Sarkozy compara le flux des réfugiés fuyant la guerre et la misère en Afrique et en Orient pour échouer sur les rives de l'Europe, à l'explosion d'une canalisation.

Celle-ci se déversant dans la cuisine de notre maison commune, pourrait-on raisonnablement en limiter les dégâts en répartissant l'eau intruse dans le salon, la chambre à coucher etc., demanda-t-il pour ridiculiser l'appel de la Commission européenne à un traitement solidaire et équitable de la question des réfugiés dans l'Union européenne.

Le triste sommet de l'ignominie fut ainsi atteint, et la question s'impose d'autant plus pertinemment de savoir si le salut de ce monde et des hommes qui l'habitent n'est pas une chose beaucoup trop précieuse pour la confier à la responsabilité et au bon vouloir de la gent politique.

Les sondages confirment une méfiance croissante des électeurs dans la capacité des partis et des politiques de gérer au mieux les problèmes de nos sociétés. Or, face aux maux dont souffre l'humanité il n'est pas moins sûr que le citoyen lambda, pris dans les réflexes de son égotisme inné et les pulsions des mouvements collectifs, s'avère nécessairement plus efficace et plus responsable que le politique.

L'issue du référendum du 7 juin nous l'a montré, hélas. Il est désolant de constater dans quelle mesure, dans l'approche des problèmes politiques qui nous occupent, une véritable conception d'équité et de justice humaine et morale, à l'image de ce qu'on pourrait appeler une «hiérarchie des valeurs», n'est aujourd'hui ni respectée ni considérée.

En secouant la conscience du monde (politique certes, mais pas exclusivement) par sa nouvelle encyclique afin de lui rappeler sa responsabilité face à des enjeux qui dépassent de loin les bruits de fond de la société avec ses intérêts prioritairement politiques, économiques, géopolitiques etc., le pape François a mis en exergue cette échelle des valeurs qui devrait guider toutes les démarches et toutes les décisions face aux défis notamment humanitaires qui se posent en cette époque tourmentée.

Si cela est le cas pour la façon de nos sociétés de considérer les périls écologiques et climatiques de notre planète, il ne l'est pas moins face à la tragédie des réfugiés, à laquelle l'Europe n'a rien d'autre à opposer qu'une logique indigne et honteuse, posant ses règles et ses intérêts au-dessus du salut de tant de miséreux. L'indignation, mais aussi l'exemple de notre archevêque Mgr. Hollerich dans cette question est matière à méditer.

Comme d'ailleurs le comportement de l'Europe et des hautes instances de la finance internationale n'est pas moins indigne et déshonorant face à une Grèce dont on préfère livrer une population déjà lourdement éprouvée à une austérité dégradante plutôt que de renoncer à ses mécanismes régulateurs et sa logique de technocrates blasés.

Il est urgent qu'on rappelle à ce monde une loi et un précepte que d'autres civilisations ont définis et mis en oeuvre bien avant la nôtre. L'humanitas dans toute la noblesse du terme, synonyme de générosité du coeur, privilégiant altruisme et solidarité humaine contre toutes formes de matérialisme et de formalisme, fait douloureusement défaut à l'arsenal des solutions politiques d'un monde en dérive.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

La corrélation entre l'homme et son temps a toujours fait partie des grands questionnements philosophiques de toutes les civilisations, à toutes les époques culturelles et historiques.
Roberto Saviano, auteur à succès italien et grand expert du crime organisé dans son pays, avait posé en quelques mots le défi auquel le pape François allait se voir confronter à l’occasion de son voyage à Naples, le samedi dernier.
De nombreux pays européens mettent en évidence une dynamique sociale insoutenable au long terme: leurs jeunes générations d’adultes entrent dans un marché du travail dégradé, fait de micro-jobs aux salaires insuffisants, sans perspective...