Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Editorial: Daech à nos portes
Leitartikel Politik 3 Min. 17.11.2014

Editorial: Daech à nos portes

Gaston CARRE
Gaston CARRE
Les tueurs de l'Etat islamique pourraient-ils un jour se trouver à nos portes? Telle est la question qu'il y a peu encore on n'osait poser. Ceci n'est pas signalé pour alarmer mais pour avertir.

Les tueurs de Daech (Etat islamique) pourraient-ils un jour se trouver à nos portes? Telle est la question qu'il y a peu encore on n'osait poser, tant nous semblait extravagante l'hypothèse de ces énergumènes se présentant un matin au seuil de l'Europe pour y étendre leur califat. Observons toutefois une carte du pourtour méditerranéen, qui entre Egypte et Tunisie, pays familiers, laisse apparaître la Libye, un pays très proche aussi, à quelques heures de bateau de la Sicile ou de la Crète. Or la Libye sombre dans le chaos et Daech est sur le point d'y établir des succursales.

Ceci n'est pas signalé pour alarmer mais pour avertir: une crise grave est à l'oeuvre dans ce pays, ses conséquences peuvent être dramatiques et il convient dès lors que la communauté internationale la rappelle à son souvenir, cette Libye que l'on croyait promise, depuis la chute de Kadhafi, à une paisible normalité.

Le dernier épisode en date de cette crise est advenu jeudi dernier, quand la Cour suprême libyenne invalida le Parlement reconnu par la communauté internationale ainsi que toutes les décisions qu'il a prises depuis le moins de juin. Une décision radicale, incompréhensible, qui atteste l'extrême désordre dans un pays dont la capitale, Tripoli, est livrée aux clans et aux milices. Or, s'il y a quelques mois encore elles relevaient plus du banditisme que de l'islamisme, ces milices se sont très vite polarisées en mouvance idéologique: plusieurs groupes paramilitaires ont proclamé leur allégeance à l’Etat islamique, alors que l'islam radical est présent déjà en Algérie.

Le risque qui naît de cette islamisation au Maghreb est considérable: les égorgeurs trouvent peu d'obstacles dans des pays qui peinent à contrôler leurs frontières, il n'en trouvent aucun dans une Libye privée d'Etat, où il leur suffit de se baisser pour mettre main basse sur ses richesses naturelles. La boucle alors serait bouclée, par Daech qui de Mossoul à Tripoli se serait établi sur les cendres d'Etats déliquescents après confiscation de leurs ressources financières et naturelles.

La radicalisation islamisante de la Libye a commencé avec les Frères musulmans, qui tentent de conquérir dans ce pays le pouvoir qui leur a échappé en Egypte. Elle s'est poursuivie avec des mouvements plus radicaux, à visées djihadistes, en particulier à l'Est et dans le Sud libyen. Alliés aux milices de la ville de Misrata, les islamistes contrôlent désormais Tripoli, la capitale.

Enfin et surtout, de nombreux miliciens libyens se battent aux côtés de Daech en Irak et en Syrie, qui à leur retour tentent d'établir des représentations de l'EI chez eux en Libye, entreprise aisée dans la mesure où elle se déploie dans un pays divisé voire atomisé par les clans et milices qui depuis la chute de Kadhafi peuvent donner libre cours à leurs aspirations.

Il faut prendre appui, en Libye, sur ce qui reste, un camp libéral et séculier dans l'attente d'un soutien occidental en général et européen en particulier. Ce camp est lui-même divisé, il n'est pas irréprochable, nul ne l'est dans un pays qui des décennies durant fut régi par une dictature, mais

il faut le soutenir pour faire barrage aux enragés qui pourraient mettre à profit les désordres d'un islamisme plus ou moins délinquant pour établir un islam «pur» et «dur». L'Otan s'est dite prête à apporter un «soutien consultatif, quand les conditions le permettront». Une façon élégante de dire qu'on ne fera rien, alors qu'il y a urgence.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Editorial : Frémissement
A en croire la ministre de l'Egalité des chances, Lydia Mutsch, et son collègue de l'Economie, Etienne Schneider, les femmes ont le vent en poupe. Lors d'une récente conférence de presse, tous deux ont souligné que le sexe féminin est de mieux en mieux représenté dans les postes à responsabilité au Luxembourg.
Editorial: 20 ans après...
La grisaille de la météo tout autant que les perspectives politiques, économiques et sociales du pays n'incitent guère à l'euphorie en ce début d'année. Mais puisque nous sommes à l'époque des bonnes résolutions, tentons de partir d'un bon pied en positivant.
Privilégier une solution nationale
Dès qu'on aborde un sujet aussi délicat que les relations entre l'Etat et les cultes, les crispations surgissent de part et d'autre de la « ligne de front ».
21.9. Syfel / Trennung Kirche u. Staat / Kathedrale / Kirchenfabriken Foto:Guy Jallay
Devant la spirale des inégalités générationnelles
De nombreux pays européens mettent en évidence une dynamique sociale insoutenable au long terme: leurs jeunes générations d’adultes entrent dans un marché du travail dégradé, fait de micro-jobs aux salaires insuffisants, sans perspective...