Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Briefe an die Redaktion: Saint Hypocrite, patron des démagogues luxembourgeois

Leserbriefe Politik 5 Min. 31.10.2014

Les débats autour de l’aménagement de la N7, route entre Friedhof et Wemperhardt, montrent à nouveau que les habitants de l’Oesling sont des citoyens de deuxième classe. La lecture du Plan sectoriel «transports» et l’argumentation du ministre des Infrastructures illustrent bien l’hypocrisie qui prédomine dans ce dossier. En effet, Monsieur Bausch et ses collègues «gambistes» utilisent deux différentes mesures dans la mise en œuvre de leur politique et, en l’occurrence, dans le dossier de la N7:

1) Les villages de Hosingen et de Heinerscheid profiteront de contournements (cf. document technique explicatif). Alors que le contournement de Hosingen est considéré comme prioritaire, le contournement de Heinerscheid n’est pas prioritaire et ne sera réalisé que dans une troisième phase. Faut-il en déduire que la qualité de vie des habitants de Hosingen est plus importante que celle des habitants de Heinerscheid? Quid de la qualité de vie des habitants de Hoscheid-Dickt, Marnach, Fischbach et Weiswampach? Ne faudrait-il pas prendre en considération la qualité de vie de tous les 
citoyens qui habitent au long de la N7?

2) Même si les aménagements prévus seront réalisés, ceci ne limitera fort probablement pas le temps qui est nécessaire pour parcourir la distance entre le nord du Luxembourg et la capitale.

3) Le ministre Bausch considère qu’il n’est pas justifié d’élargir la N7 à quatre voies. Son argumentation est simple: pour pouvoir élargir la N7 à quatre voies, il faut qu’au moins 18.000 véhicules passent par jour sur cette route. Actuellement il n’y en que 11.000, mais en dix ou 15 ans la masse critique de 18.000 véhicules par jour pourrait être atteinte.

Cet argument est un symptôme d’une myopie politique incomparable. En effet, les contournements prévus ne seront réalisés que dans cinq ou dix ans, au plus tôt, ce qui signifie que les travaux finaux auront lieu à un instant où la masse critique des 18.000 véhicules peut être atteinte. Dans cette hypothèse, il serait tout à fait probable qu’on décide d’élargir la N7 à quatre voies à un moment où seront achevés les travaux d’infrastructures adaptées à une route de trois voies. Il faudrait alors refaire toutes ces infrastructures, dont les contournements, pour les adapter à quatre voies. Ceci veut non seulement dire que les travaux actuellement envisagés seront en vain, mais, de plus, ceci constitue une charge supplémentaire pour le contribuable, une charge qui pourrait être évitée en aménageant adéquatement la N7 dès le début. Pourquoi investir dans des infrastructures qui ne seront plus adaptées dans une dizaine d’années? Pourquoi ne pas épargner de l’argent en réalisant des infrastructures adaptées à une N7 élargie à quatre voies? De plus, la N7 sera élargie de 10,5 à 12,5 mètres. Pourquoi ne pas y rajouter encore deux ou trois mètres afin de pouvoir passer de trois à quatre voies? Cet élargissement supplémentaire peut être réalisé ab initio, ce qui permet d’épargner des deniers publics. Dans un temps où les caisses de l’Etat sont vides, il faudrait travailler avec plus de prévoyance. N’était-ce pas un but du gouvernement tripartite?

4) Selon le ministre Bausch, l’élargissement de la N7 à quatre voies aurait pour effet une perte de terres agricoles. Certainement, quelques hectares seraient nécessaires pour réaliser un tel élargissement. Mais soyons honnêtes: depuis quand le ministre Bausch s’intéresse-t-il aux intérêts des paysans? Cet argument est le summum de l’hypocrisie qui domine ce dossier. En effet, les mesures de compensation pour réaliser le tram à Luxembourg-ville, par exemple, et la réalisation d’autres infrastructures au centre et sud du Luxembourg détruiront aussi des terres agricoles. Cependant, tous ces projets sont réalisés sans se soucier des intérêts de l’agriculture. Quoi qu’il en soit, en ce qui concerne l’élargissement prévu de deux mètres, le gouvernement ne parle pas de la perte de surfaces agricoles. Quelle hypocrisie! Dans ce contexte, il faut encore ajouter que l’accès à certaines parties de la N7 a été interdit aux agriculteurs. Ces derniers devront passer par des petites localités pour transporter des grains et autres produits agricoles, ce qui n’est pas sans impact sur la durée et la sécurité du trajet et, évidemment, la qualité de vie des habitants des villages par lesquels devront passer tous ces transports agricoles. Est-ce que les intérêts des agriculteurs sont respectés par cette mesure?

Finalement, il faut préciser qu’une amélioration des infrastructures routières serait un avantage pour le développement économique de l’Oesling et l’implantation d’entreprises dans cette région. Ceci permettrait de créer de nouveaux emplois dans le Nord du Luxembourg, ce qui n’intéresse apparemment personne.

Que Bausch et alliés soient honnêtes avec les habitants de l’Oesling! Qu’ils nous disent qu’ils n’ont aucun intérêt à développer les infrastructures routières dans l’Oesling! Qu’ils nous disent qu’ils considèrent que les Oeslingois ne sont que des citoyens de troisième classe!

Que saint Hypocrite protège les âmes de ces politiciens dépourvus de toute prévoyance!

Laurent Heisten

(politiquement indépendant)*

* L’auteur tient à préciser qu’il n’est certainement pas un admirateur de «N7-Ali» (Aly Kaes) qui, tout comme son parti, fait aussi preuve d’hypocrisie. Il ne faut pas oublier que l’ancien ministre des Infrastructures est le président actuel du groupe parlementaire du CSV.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

2018 - Une année décisive pour l’Union européenne
L’année écoulée a été une année ambiguë pour l’Europe. Elle n’invite ni à un optimisme démesuré ni à un sentiment qu’après le Brexit la marche fatale vers la désintégration est irrémédiablement engagée....
Europa Flagge, EU Demokratie: Shutterstock
Le tram est arrivé!
Qui ne l’aurait déjà vu? Il traverse la ville de Luxembourg depuis un certain temps entre l’aéroport et Howald. Il s’agit d’une demi-douzaine de rames peintes en vert, ce qui souligne indubitablement leur caractère écologique...
Ran an die Schneeschaufel!
L’article 15 du règlement de police règle, selon votre article paru dans l’édition du mercredi 31 décembre dernier, l’obligation de salage.Les dispositions de l’article 15 me semblent quelque peu incomplètes...
Was bewegt Sie?