Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Une vie de sous-marinier russe
L'entretien du «Foxtrot» est trop cher pour le garder.

Une vie de sous-marinier russe

Foto: PR
L'entretien du «Foxtrot» est trop cher pour le garder.
Panorama 3 Min. 06.02.2019

Une vie de sous-marinier russe

Si on aime les sous-marins, il reste quatre mois pour visiter celui, de classe "Foxtrot" du Seafront à Zeebrugge. 1,2 million de personnes sont déjà entrées dans l’impressionnant engin promis à la démolition.

par Max Helleff (Bruxelles)

Deux toilettes, une douche épisodique «à l'eau de condensation», quatre repas quotidiens préparés dans une cuisine de la taille d’une garde-robe: tel était le confort spartiate auquel étaient astreints les 75 hommes des sous-marins russes de classe «Foxtrot». Du reste, l’essentiel de leur temps consistait à se préparer à la guerre tout en s’activant jour et nuit dans ces cigares métalliques géants du diamètre d’un gros égout.

C’est à Zeebrugge, sur la Côte belge, que l’on peut découvrir la vie des sous-mariniers russes à l’occasion de la visite d’un authentique «Foxtrot». Démilitarisé et vendu au parc d’attractions maritimes Seafront au milieu des années 90, l’engin et ses 91 mètres de long ont déjà accueilli 1,2 million de visiteurs. Pourtant, il sera bientôt remorqué jusqu’aux chantiers navals Galloo à Gand, où il sera démantelé. Ainsi finira sous le chalumeau et la pince coupante ce bâtiment de guerre décidément trop cher à entretenir.

Les sous-marins de la classe «Foxtrot» sont dérivés des U-Boot allemands qui ont terrorisé les océans durant les deux guerres mondiales. Comme ils le firent pour les engins balistiques de type V1 et V2, les Soviétiques se sont emparés de la technologie sous-marine développée par le Troisième Reich après sa chute en 1945.

Photo: PR

Sur cette base, les «Foxtrot» ont été construits entre 1954 et 1981. Ils ont plongé tout au long de la Guerre froide. Ils ont tenu un rôle important dans la course aux armements qui a opposé l’Ouest et l’Est, le monde dit «libre» et l’Empire soviétique. Détail important: un commissaire politique était présent à bord parmi les officiers et les marins, prêt à signaler à Moscou toute déviance par rapport à la ligne du parti.

A bord, l’ambiance était celle d’une ruche. Il fallait une forme d’athlète, une agilité de contorsionniste et un mental d’acier pour satisfaire aux exigences de la mission qui emmenait les hommes pour trois mois sous la mer, parfois jusqu’à 280 mètres de profondeur. En surface, le sous-marin pouvait compter sur ses moteurs diesel. En plongée, à défaut d’oxygène, des électromoteurs prenaient le relais. Entre espionnage des flottes ennemies et préparatifs d’une hypothétique attaque, les jours ressemblaient aux nuits et vice versa.

Témoin de cette époque guerrière, une torpille démilitarisée se trouve encore à bord. Dans le compartiment situé à la poupe du bâtiment, quatre tubes devaient permettre le lancement. Un combat sous-marin devait être gagné impérativement, car ces tubes ne pouvaient être rechargés que lorsque le «Foxtrot» rentrait au port ou parvenait à se coller au flanc d’un ravitailleur. Aujourd’hui, les visiteurs peuvent revivre ces combats lors d’une simulation auprès des logements qui accueillaient les torpilles.

Les Soviétiques ont également livré des «Foxtrot» à leurs alliés (Cuba, Inde, Libye) ainsi qu’aux pays placés sous leur domination comme la Pologne. A partir de 1994, ils ont été remplacés par une nouvelle génération de sous-marins. Trois d’entre eux ont été sauvés de la démolition. Les deux autres se trouvent à Sydney et à Londres.

Weitere Informationen unter:

https://www.seafront.be/de/maritiem-themapark-zeebrugge/russisches-u-boot


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Viel Glück im Jahr des Schweins
Am 5. Februar beginnt für Chinesen in und außerhalb ihres Heimatlandes das Jahr des Schweins. Zum ersten Mal fand in Luxemburg eine kleine traditionelle Parade statt, aber auch im Familien- und Freundeskreis wird der Kultur Respekt gezollt.
Place d?Armes: Umzug zum chinesischen Neujahr / Foto: Steve EASTWOOD
Venedig kostet bald Eintritt
Tagestouristen in Venedig sollen nach Plänen des Bürgermeisters von Mai an Eintritt für die beliebte Lagunenstadt bezahlen.
Ein Protestbanner mit dem Wort "Venexodus" hängt an der Rialtobrücke. Bewohner der Lagunenstadt protestieren damit gegen die zunehmende Zahl von Touristen, die Venedig besuchen.
Djuna Bernard, l'«éclaireuse» devenue députée
Elle se dit «ambitieuse et travailleuse» et devient députée à 26 ans. Djuna Bernard est la plus jeune à la Chambre mais cela ne lui fait pas peur car en bonne «éclaireuse», elle se sent forte des valeurs du scoutisme.
WO fr, ITV Djuna Bernard , neue Abgeordnete Dei Greng  , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Paul Galles, le chrétien social
Élu député pour la première fois, le conseiller communal de la Ville de Luxembourg entend placer les questions liées au social en bonne place dans les débats de la Chambre des députés.