Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Montée des eaux: Une «urgence d’agir» au Québec
Panorama 6 Min. 23.08.2020

Montée des eaux: Une «urgence d’agir» au Québec

La maison de Monique s'est fait emporter sa clôture trois fois, depuis sa propriétaire n'en a pas reconstruit.

Montée des eaux: Une «urgence d’agir» au Québec

La maison de Monique s'est fait emporter sa clôture trois fois, depuis sa propriétaire n'en a pas reconstruit.
Photo: Hélène Bienvenu
Panorama 6 Min. 23.08.2020

Montée des eaux: Une «urgence d’agir» au Québec

La Belle Province est confrontée à l’érosion des berges, aggravée par l’élévation du niveau de mer résultant en partie des changements climatiques.

  Par Patrice Senécal (Québec)  

«Chaque saison, on voit les dégâts, ça monte d’année en année …» Du haut de son petit talus de pelouse défiguré par les eaux, Monique Cyr rit jaune. Ce n’est pas un, mais trois murets que cette retraitée de 79 ans s’est fait emporter par les flots devant sa demeure proprette – et depuis peu sur pilotis – , installée à dix mètres à peine de la rive. En cause, des vagues sans cesse rampantes qui, ces dernières années, n’ont cessé de faire des ravages à Maria, une municipalité côtière d’à peine 1.500 âmes située sur la péninsule gaspésienne.

C’est que Monique fait partie des quelque 400.000 Québécois vivant à moins de cinq kilomètres de la côte, dans l’est du Québec, une proportion non négligeable pour une province de huit millions d’habitants. Et dans la Baie-des-Chaleurs, là où elle réside, une région qui jouxte le golfe du fleuve Saint-Laurent, et l’Atlantique, la fréquence accélérée des caprices de la mer complique le quotidien.

En réalité, l’approche de Monique détonne: ses voisins ont toujours leur barricade de fortune, parfois en bois ou en béton, qui s’élève sur près de deux mètres. Elle, pourtant, a décidé de s’en passer. «Ça coûte cher, une balustrade, d’autant que c’est au citoyen de se la payer», regrette la femme aux cheveux blancs et courts.

L’érosion est à l’œuvre

Sa solution? Miser sur la protection naturelle. «Ne piétinez pas mes foins de mer!», implore-t-elle ainsi, en pointant les zostères marines, ces petites plantes à tige verte mises en terre çà et là en bordure de son terrain qui, espère-t-elle, permettront de mieux contrer la prochaine tempête. N’empêche: la platebande de Monique, visiblement mal en point, montre bien que l’érosion des berges est à l’œuvre. À moitié déracinés, ses rosiers chevauchent un tronc d’arbre échoué sur la berge.

Christian Leblanc, maire de Maria, un village gaspésien de 1.500 habitants en proie à l'érosion.
Christian Leblanc, maire de Maria, un village gaspésien de 1.500 habitants en proie à l'érosion.
Photo: Hélène Bienvenu

En ce chaud après-midi de juillet, les vagues semblent inoffensives, certes. Mais c’est durant l’hiver, surtout, que les dégâts surviennent. Monique n’est pas prête d’oublier ces fameuses «grandes marées» du 6 décembre 2010. Et la partie de chaussée de la route 132, longeant le majestueux fleuve Saint-Laurent, en Gaspésie, qui avait été arrachée par de violentes vagues à l’hiver 2016.

«Ceux qui ont été témoins des vingt dernières années, qui habitent ce milieu prennent la mesure de la situation», estime Ursule Boyer-Villemaire, chercheuse en changements climatiques à l’Université du Québec à Montréal. Il faut dire que l’est du Québec, plus qu’ailleurs, s’avère particulièrement affecté. Sans compter qu’au cours des prochaines décennies, la région connaîtra l’une des plus fortes hausses du niveau des océans de la planète.

Et le réchauffement hivernal y serait pour quelque chose. Plus récurrents, les redoux durant la saison froide ont pour effet «de démembrer la banquise qui se situe sur l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent», poursuit la spécialiste. «Il y a donc plus d’effet de vagues pendant l’hiver, et combiné à des tempêtes hivernales, cela peut être dommageable pour les côtes.»

Cette singularité québécoise, ajoute Mme Boyer-Villemaire, s’explique aussi par la géomorphologie de la province, ses «côtes meubles et jeunes» étant composées surtout de «sable et de sédiments fins, donc très sensibles aux attaques des vagues».

À cette «sensibilité naturelle» s’ajoutent les endroits au Québec en proie au phénomène de subsidence, soit lorsque la croûte terrestre s’enfonce sous le poids des sédiments. Un cocktail particulièrement propice à l’érosion côtière. D’autant que, contrairement à l’Europe, le Québec «a adopté le format de village linéaire, plutôt que des cœurs de village un peu à l'intérieur des terres avec des rayonnements jusqu'à la berge», amplifiant ainsi le risque de sinistres.

Un sentiment d'abandon

Au bout du fil, celle qui a sillonné à maintes reprises les côtes maritimes de la Belle Province témoigne d’un certain «sentiment d’abandon vécu par ces villages, qui voient l’ampleur des problèmes et le coût des mesures à mettre en place». Selon une étude datant de 2015 du consortium de recherche Ouranos, ce sont des pertes d’environ un milliard d’euros que l’érosion côtière entraînera d’ici 2065 au Québec.

Le maire de Maria, Christian Leblanc, en convient, «il y a urgence d’agir» en la matière. Mais dans une fédération où les pouvoirs publics sont multiples, le financement implique souvent des démarches fastidieuses. «Si on intervient, c’est une fortune, et le municipal ne peut pas avoir tout sur ses bras, on a besoin du provincial et du fédéral. Mais eux aussi ont d’autres dossiers à gérer …»

En poste depuis 2013, ce musicien de formation se refuse à baisser les bras, misant avant tout sur l’éducation citoyenne. Chapeau d’aventurier sur la tête, ce quarantenaire ne cache cependant pas sa préoccupation lorsqu’il pointe, en bord de mer, une maison de retraite à terme menacée par les eaux. «Elle a été construite avant le cadre normatif sur l’érosion côtière (visant à restreindre les propriétés riveraines)», explique le maire.


(FILES) In this file photo taken on August 14, 2019, a piece of ice floats near Kulusuk (also spelled Qulusuk), a settlement in the Sermersooq municipality located on the island of the same name on the southeastern shore of Greenland. - The melting of Greenland's ice cap has gone so far that it is now irreversible, with snowfall no longer able to compensate for the loss of ice even if global warming were to end today, according to researchers. "Greenland's glaciers have passed a tipping point of sorts, where the snowfall that replenishes the ice sheet each year cannot keep up with the ice that is flowing into the ocean from glaciers," said a statement from Ohio State University, where several authors of a study published  August 13, 2020 in Communications Earth and Environment are based. (Photo by Jonathan NACKSTRAND / AFP)
Forscher verzeichnen Rekordeisverlust in Grönland
Das grönländische Inlandeis hat 2019 einen neuen Negativrekord erreicht.

Car avec la montée des eaux viennent, bien sûr, les contraintes pour les citoyens. À quinze kilomètres de Maria, dans la salle de l’hôtel de ville de New Richmond décorée de portraits d’anciens maires, Jean-Sébastien Bourque pointe du doigt des zones riveraines répertoriées en rouge sur son écran, toutes à risque. «Nous avons beaucoup d’éducation à faire, du jour au lendemain, il y a de la nouvelle réglementation: les gens ne peuvent plus faire ce qu’ils veulent sur leur terrain», rapporte le directeur de l’urbanisme de la ville.

De concert avec sa ville et trois autres municipalités de la Baie-des-Chaleurs, dont Maria, Jean-Sébastien Bourque espère mettre au jour d’ici deux ans un plan d'adaptation aux changements climatiques axé sur l'érosion des berges. «Nous voulons déterminer dans les quatre municipalités quels sont les endroits les plus en danger et établir une liste de priorités et de recommandations» afin de faciliter toute éventuelle demande de subvention, fait savoir le responsable.

De retour à Maria, Louis Bernard contemple l’horizon bleu. Ce natif de l’endroit désigne la grande maison dans laquelle il habite avec sa compagne Hélène. «Avant, on voyait bien les phoques durant l’hiver», explique le bon vivant de 82 ans. «Mais avec la glace qui se fait plus rare dans la baie, ils disparaissent eux aussi.»

Folgen Sie uns auf Facebook und Twitter und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Wenn Quallen zur Qual werden
Die sprunghafte Zunahme von Medusen in den Weltmeeren bereitet Probleme. Und auch die Zahl ihrer natürlichen Feinde geht immer weiter zurück.
Quallen
Neuseeland: Experten dürfen rein
Ein Schweizer Seilbahnspezialist erhielt eine der seltenen Einreisegenehmigungen für Neuseeland - musste aber erst einmal zwei Wochen in Quarantäne.