Wählen Sie Ihre Nachrichten​

«Doodle Den»: Apprendre à travers des jeux
Panorama 5 Min. 18.06.2015

«Doodle Den»: Apprendre à travers des jeux

6 years Old Conor Neill pictured with his Mother Siobhan in the Doodle Den in St Michaels Infants School in Sexton Street Limerick
Picture  Credit Brian Gavin Press 22

«Doodle Den»: Apprendre à travers des jeux

6 years Old Conor Neill pictured with his Mother Siobhan in the Doodle Den in St Michaels Infants School in Sexton Street Limerick Picture Credit Brian Gavin Press 22
Picture Credit: Brian Gavin/Pres
Panorama 5 Min. 18.06.2015

«Doodle Den»: Apprendre à travers des jeux

Siobhan Neill a emmené il y a quelques semaines son fils de six ans au McDonalds pour lui faire plaisir. Elle était sur le point de lui demander ce qu’il voulait manger lorsqu’elle s’est s’arrêtée, stupéfaite. «Il a commencé à lire le menu», raconte-t-elle. «Je ne pouvais pas en croire mes yeux. C’était 
formidable de le voir avec autant 
de confiance en lui.»

PAR CARL O'BRIEN(THE IRISH TIMES / IRLANDE)

Siobhan Neill a emmené il y a quelques semaines son fils de six ans au McDonalds pour lui faire plaisir. Elle était sur le point de lui demander ce qu’il voulait manger lorsqu’elle s’est s’arrêtée, stupéfaite. «Il a commencé à lire le menu», raconte-t-elle. «Je ne pouvais pas en croire mes yeux. C’était 
formidable de le voir avec autant 
de confiance en lui.»

Il n’y a pas si longtemps, elle s’inquiétait encore du retard accumulé par Conor. Incapable de construire ses phrases correctement, il affichait alors de sérieux troubles du langage. De quoi lui faire craindre pour l’avenir de son fils, contraint de grandir dans l’un des quartiers les plus défavorisés de Limerick.

La plupart de ses doutes se sont dissipés depuis. Le crédit en revient principalement, selon elle, à un projet périscolaire qui affiche des résultats impressionnants auprès de centaines d’élèves dans quelques-unes des communautés les plus démunies d’Irlande.

Baptisé Doodle Den, ce nouveau programme d’alphabétisation encourage les enfants de cinq à six ans à apprendre à travers des jeux et des activités ludiques, en dehors des heures de classe. Chaque jour, après la fin des cours, un groupe de 15 élèves se retrouve pour 90 minutes très intenses. Au programme: lecture, écriture et jeux, sous la houlette d’un instituteur et d’un animateur.

Les éclats de rire et l’ambiance électrique cachent un enseignement très structuré, au sein duquel les résultats de chaque enfant sont suivis de près. Les parents sont d’ailleurs fortement encouragés à y participer en poursuivant les exercices à la maison.

Après une période d’essai de trois ans, des chercheurs de la Queens University de Belfast ont procédé à une étude indépendante. Cette dernière a montré que les centaines d’enfants à avoir participé à Doodle Den avaient effectué des progrès dans la reconnaissance des mots, la structure de leurs phrases et le vocabulaire. Certains résultats étaient moins attendus.

Le niveau de concentration des élèves s’est ainsi amélioré, leurs problèmes de comportement ont diminué à l’école et de plus en plus d’entre eux se sont mis à lire, chez eux, sur leur temps libre.

Le projet a fait l’unanimité 
auprès de la direction des établissements, les parents et – surtout – les enfants eux-mêmes. «Vous pouvez souvent voir dans une salle de classe à quel point les élèves qui suivent Doodle Den sont épanouis», confirme Tracie Tobin, principale de l’école St Michael de Limerick, où l’activité périscolaire est en place. «Je suis impressionnée par la façon dont ils peuvent rédiger leurs propres phrases et la confiance dont ils front preuve en classe.»

Certains de ses élèves ont, à l’entendre, plus d’un an d’avance sur leurs camarades du même âge dans des établissements ordinaires. Les bonnes nouvelles de ce genre sont plutôt rares habituellement pour les nombreux enfants en situation difficile dans les communautés les plus pauvres du pays.

La crise économique et la réduction des dépenses sociales ont lourdement touché ces quartiers déjà confrontés à un chômage élevé et un fort taux de décrochage scolaire. Les chiffres de sa politique d’aide à la petite enfance ne sont pas vraiment flatteurs pour l’Irlande. Le pays n’y consacre que 0,25% de son produit intérieur brut, soit le troisième chiffre le plus bas parmi les 31 pays de l’«Organisation de coopération et de développement économique» (OCDE).

Des études montrent pourtant que les premières années de la vie d’un enfant jouent un rôle primordial dans son développement. Lorsqu’ils sont en âge de rentrer à l’école, les enfants des foyers aux revenus les plus modestes peuvent accuser un an à un an et demi de retard sur ceux de la classe moyenne en termes de développement du langage, de vocabulaire et de capacités de communication.

Certains projets, comme Doodle Den, tendent de réduire cet écart en intervenant le plus tôt possible. Ils ne sont pas forcément nouveaux, mais font l’objet de nos jours d’une évaluation approfondie afin de mesurer leur impact précis sur la vie des enfants.

Une série de projets ayant déjà fait leurs preuves sont désormais déployés dans plusieurs quartiers défavorisés, grâce à un mélange d’argent public et privé.

Les associations s’inquiètent cependant de l’avenir de ces initiatives lorsque les fonds privés viendront à manquer. Le gouvernement irlandais s’est engagé à plusieurs reprises à soutenir les enfants et leurs familles dès le plus jeune âge. Mais le financement des services de petite enfance a sensiblement diminué, ces dernières années, en raison des restrictions budgétaires. Il a pourtant été montré qu’un travail de qualité effectué auprès des jeunes enfants peut contribuer, à terme, à réaliser des économies conséquentes.

Le Conseil National Économique et Social, un groupe de réflexion financé par le gouvernement irlandais, évalue le retour sur investissement à 7 euros pour chaque euro dépensé, grâce notamment à la réduction des frais de santé et de justice dans les 
années qui suivent.

Le Réseau de Prévention et d’Intervention Précoce, qui soutient plusieurs de ces projets, craint de voir les restrictions budgétaires contraindre les pouvoirs publics à leur privilégier des services davantage tournés vers la 
résolution des problèmes.

«Si personne ne s’engage à effectuer des efforts de prévention et à intervenir dès le plus jeune âge, les enfants et leurs familles ne recevront pas le soutien nécessaire au moment adéquat», regrette le réseau dans un communiqué. Les mères de famille, comme Siobhan Neill, n’ont pas besoin d’être 
convaincues des bienfaits de la prévention.

Elle a pu voir d’elle-même tout ce que le projet Doodle Den avait apporté à son fils et estime que d’autres mamans devraient pouvoir en bénéficier à leur tour. «Il adore lire. Il dévore les livres et ne voit plus cela comme des devoirs. L’une de leurs activités consiste à apprendre des mots difficiles. Ce n’est qu’un jour sur deux, mais il veut le faire tous les soirs. Il adore ça. Je crois que c’est quelque chose qui le suivra toute sa vie.»


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Editorial: Vacance de zèle
Vivons-nous dans le pays des bisounours? Loin de vouloir paraphraser l'égérie des extrémistes français, Marine Le Pen, la question mérite d'être posée au regard de la faiblesse apparente de la présence policière et militaire quelques jours seulement après les attentats meurtriers de Bruxelles.
EDITORIAL : Carrousel culturel
Les premiers concerts au Festival d'Echternach et à la Philharmonie ont sonné le week-end passé le lancement de la saison culturelle 2015-2016. Celle-ci ne prendra sa vitesse de croisière que début octobre mais, dans les prochains jours, on verra différentes institutions se bousculer pour présenter leur affiche tandis que d'autres ouvriront leurs portes sur leurs premières manifestations.
Et ce fut «non» trois fois
Lorsqu’on forme un gouvernement avec comme principal point de programme celui de faire barrage à un parti en général et à son chef en particulier, on est bien obligé de se rabattre sur le tape-à-l’œil démocratico-populiste...
Ran an die Schneeschaufel!
L’article 15 du règlement de police règle, selon votre article paru dans l’édition du mercredi 31 décembre dernier, l’obligation de salage.Les dispositions de l’article 15 me semblent quelque peu incomplètes...
Devant la spirale des inégalités générationnelles
De nombreux pays européens mettent en évidence une dynamique sociale insoutenable au long terme: leurs jeunes générations d’adultes entrent dans un marché du travail dégradé, fait de micro-jobs aux salaires insuffisants, sans perspective...
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.