Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Elephant Parade® Trier-Luxemburg 2013 : Un exemplaire original avec la peau en verre

Sé van Weert a créé pour l’Elephant Parade Trier-Luxemburg, une œuvre d’art composée de 20.000 morceaux de verre.
C’est la seule artiste qui participe pour la troisième fois à l’Elephant Parade. Son « Fragile Family » est sans doute une des pièces d’exposition les plus sophistiquées de l’Elephant Parade Trier-Luxemburg 2013 avec plus de 20.000 morceaux de verre taillés à la main puis poncés par l’artiste du verre Sé van Weert. Sur la Place des Martyrs à Luxembourg les passants peuvent faire connaissance avec ce pachyderme extrêmement beau et sympathique. Ils apprennent à cette occasion qu’il existe beaucoup de créatures dans la flore et la faune dont le nom comporte le terme de
« éléphant ».
Son intérêt pour les éléphants et sa vive préoccupation pour leur survie, et celle d’autres espèces d’animaux et de plantes, jouent un rôle primordial dans la vie et dans l’art de Sé van Weerts. L’événement déclencheur remonte à 35 ans et a occupé l’esprit de Sé van Weert pendant longtemps. Il la fait encore frissonner aujourd’hui. « Quand j’avais 16 ans, je suis partie de la maison et j’ai passé plusieurs années en Asie. », raconte la Néerlandaise âgée de 52 ans. C’est aini qu’en 1978 en Inde, elle a vécu la mise à mort d’un troupeau d’éléphants. Les éléphants s’étaient frayés un chemin à travers un village à la recherche de nourriture et les êtres humains les ont abattus par peur. « Il faut savoir que les éléphants ont besoin de terres très vastes et qu’ils les broutent pendant de nombreuses années. Quand il ne reste plus rien, ils continuent leur chemin. C’est dans ce lieu que le conflit typique entre les animaux et êtres humains pour le même espace vital est survenu.»
Les tirs sur les animaux ont accompagné Sé van Weert pendant des années.
« Cette expérience était vraiment terrible et m’a marquée. Depuis je suis préoccupée par le fait que les hommes gagnent de plus en plus de terrain sur la nature, la détruisant au passage et qu’ils laissent de moins en moins de place aux autres êtres vivants.» C’est dans le cadre de cette réflexion, qu’est née l’œuvre d‘art « Fragile », que Sé van Weert a créée pour l’Elephant Parade 2010 à Emmen (Pays-Bas). Les peaux de nombreux animaux – représentées par d’innombrables morceaux de verre collés ensemble – décoraient le corps de l’éléphant. « Fragile » non seulement a séduit les visiteurs, mais il a su se distinguer lors de la vente aux enchères qui clôturait l’Elephant Parade. Il a été vendu pour la somme considérable de 25.000 Euros. Ce montant représentait la deuxième enchère la plus élevée.
Un an après, lors de l’Elephant Parade 2011 à Copenhague, c’est au tour de
« Fragile Beauty », de participer et ce en continuité artistique avec son prédécesseur. Cette fois, ce sont la flore et la faune du Danemark qui étaient à l’honneur, représentées par des milliers fragments de mosaïque qui décoraient son corps : des cygnes, des abeilles, papillons, oiseaux et rosiers.
Lors de la création du « Fragile Family » à l’occasion de l’Elephant Parade Trier-Luxemburg 2013, Sé van Weerts s’est demandée quels plantes et animaux à part les éléphants, ont un nom qui comporte le terme de « éléphant ». Le résultat de la recherche a étonné l’artiste : Elle a trouvé la fleur d’éléphant, l’arbre d‘éléphant le scarabée-, l’oiseau-, le poisson-, le phoque-, le moustique-, la souris- et le serpent éléphant. Tous et un koala (« Sans ami, la famille ne serait pas complète ») sont représentés sur le dos, le ventre, la trompe ou les pattes de « Fragile Family ».
L’artiste a consacré 3 mois à cette œuvre d’art. « A l’exception d’un jour de congé, j’étais occupée sept jours par semaine et ce douze heures par jour. Mon mari a fait à manger et le ménage pendant tout ce temps. », dit Sé van Weert en souriant. Les débuts étaient durs. « Comme l’éléphant ne rentrait pas dans mon atelier, nous l’avons placé sous notre carport. Quand j’ai commencé à décorer Fragile Family, il faisait encore très froid à l’extérieur. Après quelques heures de travail, je devais rentrer pour me réchauffer les mains. »
Ce n’est qu’un jour avant le délai de remise des éléphants pour l‘Elephant Expo Trier-Luxemburg GmbH, que l’artiste a apporté la touche finale à « Fragile
Family ». Cette dernière est très fière de son œuvre d’art et enthousiaste au sujet de l’Elephant Parade. « Je le fais pour les éléphants. A travers la collecte de l’argent générée par la vente des objets d’exposition pour la fondation (The Asian Elephant Foundation), je peux faire quelque chose de concret pour la protection de ces animaux magnifiques. Exposer de l’art dans l’espace public est une idée très sympathique. » Comme déjà à Emmen et à Copenhague, Sé van Weert collectera à la source le feedback sur son travail. « J’ai prévu de me mettre assise quelques jours à côté de mon éléphant pour recueillir les commentaires. Ceci est fantastique. Je me réjouis des réactions des enfants, qui découvrent toujours beaucoup plus que les adultes. »