Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Un transporteur luxembourgeois conteste l'amende de 8.000 euros
Lokales 3 Min. 25.10.2016 Aus unserem online-Archiv
Polémique autour de la taxe kilométrique

Un transporteur luxembourgeois conteste l'amende de 8.000 euros

Selon l'avocat, l'amende de 8.000 euros infligée au transporteur grand-ducal est tout à fait disproportionnée par rapport au montant de la taxe.
Polémique autour de la taxe kilométrique

Un transporteur luxembourgeois conteste l'amende de 8.000 euros

Selon l'avocat, l'amende de 8.000 euros infligée au transporteur grand-ducal est tout à fait disproportionnée par rapport au montant de la taxe.
Photo: Guy Jallay
Lokales 3 Min. 25.10.2016 Aus unserem online-Archiv
Polémique autour de la taxe kilométrique

Un transporteur luxembourgeois conteste l'amende de 8.000 euros

Maurice FICK
Maurice FICK
Après la société de transport de Bascharage, qui réclame le remboursement des 14.000 euros payés pour 14 infractions qu'elle dit ne pas avoir commises, un transporteur du Windhof refuse de payer une amende de 8.000 euros.

Par Nadia Lallemant

La saga de la taxe kilométrique, en vigueur en Belgique depuis le 1er avril dernier, continue. Après la société de transport de Bascharage, qui réclame le remboursement des 14.000 euros payés pour 14 infractions qu’elle dit ne pas avoir commises – le boîtier de l'On Board Unit (OBU) était, dit-elle, bien allumé mais le signal n'a pas été perçu par les portiques – c'est un transporteur du Windhof qui refuse de payer une amende de 8.000 euros.

«Le 8 septembre, le camion que nous avions vendu à la Sarl Batifeu de Windhof a changé de plaque au centre d'immatriculation de Sandweiller au Luxembourg», explique la responsable de la SPRL Batisseurs.be à Saint-Léger en Belgique.

«L'OBU, enregistré le 23 mars pour un véhicule immatriculé en Belgique n'a pas été retiré car il était incorporé au camion. Sur base d'un arrangement avec notre collègue grand-ducal, nous avons payé, dans un premier temps, la taxe. Soit un montant de 124,64 euros pour la période du 30 août au 12 septembre, et de 39,28 euros, du 13 au 26 septembre, avec le bon numéro de châssis mais pas avec le nouveau numéro de plaque.»

Il faut démonter le boîtier et en racheter un neuf

Malgré ces paiements, le 19 octobre, un procès verbal est adressé au transporteur grand-ducal. Il lui est reproché d'avoir commis, en Belgique, huit infractions à la taxe kilométrique entre le 8 septembre et le 19 octobre. Il doit, dès lors, payer une amende administrative de 8.000 euros. Il conteste puisque la taxe a déjà été payée!

La SaRL Batifeu et la SPRL Batisseurs.be ont introduit un recours à la direction générale opérationnelle de la fiscalité à Jambes (Namur). «J’ai pris contact, à plusieurs reprises avec la société gestionnaire pour expliquer le problème mais le dialogue n'est pas possible», se désole Me Marc Kauten d'Arlon, avocat des deux sociétés.

«Satellic continue à envoyer les factures au nom de la SPRL belge alors qu'il s'agit d'un véhicule immatriculé au Grand-Duché de Luxembourg. Les factures devraient être envoyées à Batifeu.»

Contactée par nos soins, Satellic, qui a été désignée en 2014, par les trois régions de Belgique, pour prélever en leur nom, un péage sur les poids lourds de plus de 3,5 tonnes, souligne que les démarches nécessaires n'ont pas été faites pour éviter la confusion.

Une amende disproportionnée

«Lorsque le camion a été vendu, l'On Board Unit devait être démonté et remplacé par un boîtier neuf lié à la nouvelle plaque d'immatriculation», précise-t-on. «Les données devaient, par ailleurs, être modifiées en ligne. Actuellement, seules les coordonnées de la société belge sont mentionnées en regard des deux plaques d'immatriculation.»

La responsable de la SPRL Batisseurs s'insurge contre de tels propos. «Je ne vois pas pourquoi il faudrait démonter le boîtier intégré au camion et acheter un neuf. Satellic oblige les transporteurs à faire des frais supplémentaires alors que le montant de la taxe est déjà élevé. La taxe a bien été payée: ce camion n'était pas en infraction!»

Selon l'avocat, l'amende de 8.000 euros infligée au transporteur grand-ducal est tout à fait disproportionnée par rapport au montant de la taxe. «Elle viole manifestement le principe de proportionnalité. Si le recours est rejeté, je porterai l'affaire devant la chambre fiscale au tribunal de Namur», conclut-il.

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Voilà, c'est fait: Trump est président. Pour le meilleur ou pour le pire, c'est à voir, rien pour l'heure n'est sûr, sauf la virulence dont les médias européens auront fait preuve à l'adresse d'un homme dont tout est à craindre, mais que rien pour l'heure ne permet de juger quant à ses actions.
Rencontre avec Lambert Schlechter
Il y a un avant et un après 18 avril 2015 pour Lambert Schlechter. Ce jour-là, sa maison-bibliothèque de Eschweiler est partie en fumée, avec les milliers de livres et de 
carnets de notes qu'elle contenait. Ce drame 
a paradoxalement donné un nouvel élan à l'écrivain qui fête ses 75 ans.
30.11.2016 Luxembourg, Wellenstein, Buchautor, Schriftsteller, Lambert Schlechter, Bücher, livres photo Anouk Antony
Le téléphone portable a facilité les appels personnels au bureau. Si les entreprises ne songent plus à les interdire, ces appels nécessitent une intimité qu'il est souvent difficile à trouver sur son lieu de travail.
Passer un appel depuis son GSM sur son lieu de travail est devenu très fréquent. Mais cela pose parfois de grosses difficulté de confidentialité.
Nombreux sont les Luxembourgeois qui rêvent d'une résidence secondaire pour y passer leurs vacances. Le budget à consacrer à l'investissement est évidemment important. Mais il faut aussi tenir compte des conséquences fiscales. Entretien avec le juriste-fiscaliste Raphaël Mortier.
Le juriste-fiscaliste Raphaël Mortier
Interrogé sur les éventuelles initiatives du gouvernement pour approcher les 23% d'entrepreneurs helléniques qui songent à délocaliser le siège de leur société, le ministre de l'Économie indique ne pas vouloir participer à l'aggravation de la crise.
De nombreuses entreprises envisagent un départ de leur siège social sans toutefois délaisser le marché grec.