Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Les bienfaits du homeschooling: «Ces parents sont des pionniers»
Katy Zago n'a pas de doutes quant au Homeschooling.

Les bienfaits du homeschooling: «Ces parents sont des pionniers»

Photo: privée
Katy Zago n'a pas de doutes quant au Homeschooling.
Lokales 4 Min. 29.09.2015

Les bienfaits du homeschooling: «Ces parents sont des pionniers»

Mère d'une fille qu'elle enseigne à la maison, Katy Zago plaide pour la liberté d'instruction.

Par Katy Zago

Ces parents, ce sont ceux apparaissant dans le documentaire «Être et Devenir» de Clara Bellar sur l’instruction en famille. Si le Dr Catherine Gueguen, pédiatre et auteure de «Pour une enfance heureuse: repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau» les considère comme des pionniers, c’est parce qu’ils ont compris intuitivement ce que les chercheurs en neurosciences affectives et sociales ont enfin démontré: «un enfant entouré d’adultes véritablement aimants, attentifs à ce qu’il est, l’aidant à s’exprimer sur ce qui l'intéresse et à se construire, à savoir qui il est, se développe extrêmement bien et au maximum de ses possibilités». Tant que le système scolaire reposera sur un modèle coercitif entravant le respect du rythme et des talents individuels en raison de sa structure inhérente, le homeschooling restera le meilleur garant du respect des valeurs éducatives de ces parents et des besoins des enfants.  

Rappelons que, comme le stipulent les droits de l’homme, «l’Etat, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques».

Des approches individuelles et flexibles

Qu’il soit formel ou informel, l’enseignement à domicile permet de mieux respecter des besoins essentiels inscrits d'ailleurs dans la Convention sur les droits de l’enfant : dormir, bouger, jouer, créer ou apprendre à son rythme selon ses capacités. C’est une approche sur mesure s’adaptant aux particularités de l’enfant, efficace et diversifiée.

Par ailleurs, comme le dit Bernadette Nozarian, auteure de « Transition pédagogique : de nécessaires mutations de l'école» et actuellement professeur de lycée en banlieue : « les enfants homeschoolés ont une vraie conscience de leur valeur, ils ne sont pas dépréciés, sans pour autant être vus comme des petits Mozart !!!, par un regard extérieur évaluateur, les notes et la compétition, donc ils vont de l'avant, ils ne se freinent pas avant d'avoir commencé. Ils gardent la curiosité et le plaisir d'apprendre.

Ils apprennent naturellement, sans que cela soit dissocié de la vie quotidienne, et par curiosité personnelle, pas pour les notes. Ce qu'ils apprennent, vu que cela repose sur leur démarche personnelle, est parfaitement ingéré, ce n'est pas du bachotage qui sert pour l'interro ou l'examen et est oublié aussitôt après.

Leur savoir a du sens, il est lié à la vie, il n'est pas saucissonné : une tranche de français, une rondelle de maths....., il y a de la cohérence dans leur savoir, ils en voient les tenants et les aboutissants, l'application concrète ». 

Et la socialisation ?

Elle se fait principalement par des expériences authentiques au contact d'adultes et d'enfants de tous âges et de toutes catégories sociales. En effet, les parents veilleront à ce que l'enfant ne reste pas isolé. Ainsi, l'enfant déscolarisé ne passe pas la majorité de son temps confiné dans une classe avec des enfants du même âge et du même quartier.

Ses modèles sont la plupart du temps des adultes disponibles et à l'écoute, le guidant avec bienveillance dans la résolution des problèmes quotidiens, qu'ils soient émotionnels ou matériels.

Des études indépendantes récentes aux Etats-Unis et au Canada ont d'ailleurs montré que les compétences sociales des enfants non scolarisés sont souvent bien mieux développées que celles des enfants scolarisés*.

Des conditions idéales pour l'instruction?

Incontestablement, l'instruction en famille exige plus de présence et d'engagement de la part des parents et le renoncement à une partie de leurs revenus mais c'est aussi moins de stress, plus de libertés, plus de moments d'échanges de qualité avec les enfants et donc plus de bonheur.

Un enfant dont les besoins ont été respectés sera moins sujet à l'anxiété et à la dépression et moins vulnérable aux addictions. Un enfant épanoui ne deviendra pas violent. A grande échelle moins de violence et une meilleure santé représentent des énormes économies pour la collectivité**.

Il ne s'agit pas de sombrer dans le laxisme mais bien de modifier notre regard sur l'enfant, à tous les niveaux de la société, sur le plan politique, économique et social, à l'école et hors de l'école.

*   http://luxhomeschooler.com/ief.html

voir liens sous "Recent independent studies about homeschooling"

** exemple sur:

http://www.visionofhumanity.org/#page/news/1190

L'impact global de la violence représente 14.7% du PIB mondial, de quoi résoudre bien des problèmes économiques rien qu'en diminuant ce coût de 10 %...  

Plus d'informations:

- Homeschooling immer beliebter


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

2018 - Une année décisive pour l’Union européenne
L’année écoulée a été une année ambiguë pour l’Europe. Elle n’invite ni à un optimisme démesuré ni à un sentiment qu’après le Brexit la marche fatale vers la désintégration est irrémédiablement engagée....
Europa Flagge, EU Demokratie: Shutterstock
«Doodle Den»: Apprendre à travers des jeux
Siobhan Neill a emmené il y a quelques semaines son fils de six ans au McDonalds pour lui faire plaisir. Elle était sur le point de lui demander ce qu’il voulait manger lorsqu’elle s’est s’arrêtée, stupéfaite. «Il a commencé à lire le menu», raconte-t-elle. «Je ne pouvais pas en croire mes yeux. C’était 
formidable de le voir avec autant 
de confiance en lui.»
6 years Old Conor Neill pictured with his Mother Siobhan in the Doodle Den in St Michaels Infants School in Sexton Street Limerick
Picture  Credit Brian Gavin Press 22
Editorial : Les mules
Consternation et indignation quasi unanimes face à l'affaire des exécutions en Indonésie, particulièrement vives en nos latitudes dans la mesure où un Français, un Messin, figure parmi les condamnés à mort pour trafic de drogue.