Wählen Sie Ihre Nachrichten​

«En ce moment le train est archiblindé»
Lokales 1 5 Min. 23.11.2015 Aus unserem online-Archiv
Après les attentats de Paris

«En ce moment le train est archiblindé»

Lokales 1 5 Min. 23.11.2015 Aus unserem online-Archiv
Après les attentats de Paris

«En ce moment le train est archiblindé»

Suite au contrôle permanent sur l'A31, de plus en plus de frontaliers prennent le train pour se rendre au travail. La SNCF a augmenté les capacités de ses trains vers le Luxembourg. Wort.lu a demandé aux frontaliers s'ils perçoivent un changement.

Par Maurice Fick

Le contrôle renforcé permanent instauré à la frontière franco-luxembourgeoise sur l'A31 après les attentats de Paris, a conduit la SNCF et les CFL à augmenter la capacité dans les trains entre Metz et Luxembourg. A la gare de Thionville, wort.lu a tendu le micro aux frontaliers, ce lundi matin, pour savoir s'ils perçoivent un changement. Ecoutez leurs réactions:

Après de nombreuses années à faire la navette vers le Luxembourg, Laurent -qui prend occasionnellement le train- l'a pris la première fois ce lundi matin pour se rendre sur son lieu de travail au Luxembourg «vu les conditions sur l'autoroute. Je le prends parce que je n'ai plus envie de passer du temps dans la voiture. C'est plus efficace de prendre le train que de passer 1 h 30 dans la voiture, le matin», estime-t-il.

Et il précise, juste avant de monter dans l'une des cinq rames du TER qui fonce vers Luxembourg-Gare entre 6 h 30 et 7 h 30 qu'«il «n'était pas là, la semaine dernière...» Voilà qui change tout... Ou rien, si on en croit certains habitués des quais de la gare de Thionville où -malgré un -2°C affiché au mercure ce lundi matin- des esprits étaient déjà bien échauffés en voyant les retards se cumuler sur le tableau d'affichage.

«Ça a compliqué les conditions qui n'étaient déjà pas très bonnes»

Margaux prend le train tous les jours et n'a «pas du tout remarqué de changement». Celui qu'auraient pu occasionner les 2.500 places supplémentaires mises sur les rails par la SNCF, depuis jeudi 19 novembre et jusqu'à ce mercredi 25 novembre inclus, pour l'heure de pointe matinale. Et pour cause, «on était déjà tellement nombreux et entassés dans les trains, qu'au final, les rames ajoutées ont permis que les gens s'assoient mais, il n'y pas vraiment eu de différence. Avec les frontaliers, qui se sont rajoutés et qui prenaient d'habitude la voiture, on ne voit pas vraiment de différence. C'est toujours pareil, toujours aussi plein le matin que le soir, donc ça ne change pas!» Margaux préfère, malgré tout, prendre le train le matin car «au moins, je suis plus tranquille»... que dans les bouchons sur l'A31.

De nombreux témoignages d'usagers confirment que les rames de TER sont régulièrement trop chargées. Et cela, déjà bien avant que ne se fasse ressentir les conséquences du renforcement des contrôles à la frontière.
De nombreux témoignages d'usagers confirment que les rames de TER sont régulièrement trop chargées. Et cela, déjà bien avant que ne se fasse ressentir les conséquences du renforcement des contrôles à la frontière.
Photo: Maurice Fick

«C'est vrai qu'en ce moment le train est archiblindé. Vendredi, je l'ai pris plus tôt, et je n'ai pas vu la différence, on verra bien cette semaine...», explique Camélia. Elle pense qu'il y a un lien de cause à effet, immédiat. Le train était «archiblindé» parce que «les gens qui ne voulaient plus prendre leur voiture pour aller au Luxembourg à cause des contrôles aux frontières, du coup on était vraiment, vraiment beaucoup.»

Etudiante à Luxembourg, Sophia confirme ce sentiment et raconte les conditions de voyage actuellement dans les TER Metz-Thionville: elle «ne sont vraiment pas bonnes. On est tous les uns sur les autres». Selon elle, les contrôles renforcés aux frontières sur l'autoroute ont «compliqué les conditions qui n'étaient déjà pas très bonnes. Là, c'est un peu de pire en pire. Les rames, on nous a dit qu'il y en avait de plus en plus. Mais mois je ne les ai pas vraiment vues.»

«C'est un stress énorme pour aller travailler»

Repérant notre caméra sur le quai, Alicia, demande à pouvoir s'exprimer sur un sujet qu'elle connaît bien pour prendre le train depuis vingt-et-un ans! De façon générale, elle vit le train, «très mal. Tout est en retard, tout est blindé! On n'arrive pas à monter. C'est une catastrophe, c'est terrible», lance-t-elle, sans se fâcher tout rouge pour autant.

Elle explique pourquoi ces conditions de voyage lui pèsent tant: «C'est un stress énorme pour aller travailler. Le matin, le soir». Alicia assure que «ça dure depuis beaucoup plus longtemps» que depuis la seule mise en place des contrôles systématiques sur l'A31, il y a dix jours. «C'est une continuité! Mardi soir je suis arrivée à 20 h 50 chez moi en ayant quitté à 18 heures. On n'arrive plus à être dans le rythme».

Myriam, qui prend le train tous les jours depuis huit ans, témoigne dans le même sens: «Depuis juin, je dirais, c'est continuel. Que ce soit le soir ou le matin».

«Dans le train il y a de plus en plus de monde et puis la voiture, ce n'est pas possible de la prendre. J'ai pris la voiture mardi soir parce que les trains étaient supprimés -enfin on nous annonçait qu'ils avaient une durée indéterminée de retard- et on a mis trois heures pour rentrer! Je suis rentrée chez moi à 21 h 30». Elle note que «les retards le matin sont de plus en plus importants. Et on est mal au travail quand on arrive en retard».

«Une baisse des trains depuis les attentats»

Depuis les attentats de Paris, Paul a noté «une baisse des trains, car beaucoup ont été annulés, voire retardés».
Depuis les attentats de Paris, Paul a noté «une baisse des trains, car beaucoup ont été annulés, voire retardés».
Photo: Screenshot video

Paul travaille depuis peu dans le domaine de l'audit au Luxembourg et a «fait le choix» de prendre le train à «cause des loyers trops chers au Luxembourg».

Lui, «n'a pas du tout remarqué qu'il y avait plus de places dans les trains. Depuis les attentats de Paris, il a remarqué «une baisse des trains, car beaucoup ont été annulés, voire retardés et donc ça a été extrêmement contraignant. Par exemple, un soir j'ai terminé à 18 h 30 et je n'ai pas pu prendre le train avant 20 h 30 parce que des trains ont été annulés et parce que tout le monde s'est rué à l'intérieur pour arriver à Thionville».

Pour l'instant, le jeune homme, «ne le vit pas comme une contrainte». Mais il imagine que voyager plusieurs années dans ces conditions «peut lasser».

Et pour couronner le tout, une grosse panne d'alimentation électrique -qui s'est produite au niveau des catenaires non loin de la gare de Luxembourg en direction de la France- a considérablement perturbé le trafic ferroviaire ce lundi matin dès 6 heures, côté luxembourgeois.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Bruxelles toujours sous la menace
Ecoles fermées, métros à l'arrêt, forces de l'ordre mobilisées: Bruxelles vivait lundi son troisième jour consécutif d'alerte terroriste maximale. Notre correspondant Max Helleff est sur place.
Des soldats devant le bâtiment de la Commission européenne.
Danièle Hayum studiert seit September Medien und Kommunikation in Brüssel. Die junge Luxemburgerin erzählt im Interview, wie sich die Stadt in den vergangenen Tagen verändert hat.
A woman walks past an armoured personnel carrier in Brussels on November 23, 2015 as the Belgian capital remains on the highest possible alert level. Brussels began a third consecutive day in lockdown under a maximum terror alert after Belgian police staged a series of raids but failed to find a key Paris attacks suspect. AFP PHOTO / EMMANUEL DUNAND
Hashtag #BrusselsLockdown
Mit einer einzigartigen Aktion haben belgische Internetnutzer auf das Kommunikationsverbot der Polizei reagiert. Es gab eine Katzenschwemme.
Katzen gegen Terror oder belgischer Humor.
Interrogé sur les éventuelles initiatives du gouvernement pour approcher les 23% d'entrepreneurs helléniques qui songent à délocaliser le siège de leur société, le ministre de l'Économie indique ne pas vouloir participer à l'aggravation de la crise.
De nombreuses entreprises envisagent un départ de leur siège social sans toutefois délaisser le marché grec.