Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Editorial: «Branding» ou «Spaltung»?
Leitartikel Lokales 3 Min. 01.06.2015

Editorial: «Branding» ou «Spaltung»?

Leitartikel Lokales 3 Min. 01.06.2015

Editorial: «Branding» ou «Spaltung»?

Gaston CARRE
Gaston CARRE
Le Luxembourg depuis quelque temps travaille à son «nation branding», action hasardeuse en ce qu'elle présuppose qu'une nation est dotée d'une «image», que son exploration relève du marketing et que cette image dès lors est malléable.

Le Luxembourg depuis quelque temps travaille à son «nation branding», action hasardeuse en ce qu'elle présuppose qu'une nation est dotée d'une «image», que son exploration relève du marketing et que cette image dès lors est malléable.

Or, tandis qu'on attend avec intérêt les fruits de ce travail, voilà que l'image du Grand-Duché apparaît d'elle-même, spontanément, toute armée à la fois pour son export à l'étranger et pour sa fonction intra-muros de perception intrinsèque. Quelle image? L'image de l'harmonie et de la complétude, née de l'action conjuguée de deux hommes, Jean-Claude Juncker et Xavier Bettel.

Jean-Claude Juncker au commencement fut un politique inquiet et cérébral, qui fort de son crédit évolua en gouvernant narquois et bravache, mettant fin, aux sommets internationaux, à la tradition un peu nunuche du représentant luxembourgeois au front bas, humble et soumis.

N'écoutant plus désormais que sa propre insolence, Juncker se livre à la bouffonnerie, baise à Riga un crâne belge et taloche un «dictateur» hongrois, et le Grand-Duché tout entier se réjouit de ce culot qui enfin lui permet de tirer la barbichette aux puissants.

A qui signalerait que Jean-Claude Juncker sévit à Bruxelles et non plus à Luxembourg, nous rétorquerons qu'il est plus luxembourgeois à Riga qu'au Grand-Duché, dont il demeure, à l'étranger, une sorte d'archétype.

Juncker donc nous a donné de l'assurance. Xavier Bettel pour sa part nous donne le panache d'un Premier jeune, moderne et ouvert, capable de briser nos inhibitions et d'accomplir quelques transgressions. Or Bettel et Juncker ne forment pas une antinomie: ils sont complémentaires, leur attelage imaginaire nous offrant la conjonction de l'ancien et du moderne, de l'expérience et de l'audace, de la stratégie et de la sincérité.

Notre «branding» ainsi est parachevé: nous sommes, ailleurs et à nos propres yeux, ce pays d'harmonie où l'on peut d'un pied gay aller en cathédrale. Attention toutefois: c'est d'image qu'il s'agit ici, et l'imaginaire est fragile. Les images se prêtent au leurre, au trompe-l'oeil, à une inversion qui pourrait pervertir tout ce que le branding a tenté d'établir.

Juncker, en image inversée, serait un farceur qui perd en crédibilité ce qu'il gagne en impertinence, et qui peut se permettre de rudoyer tout le monde parce qu'il est copain avec chacun. Bettel, en image inversée, serait un jeune homme pressé, qui aurait précipité des mutations pour lesquelles la collectivité n'est pas mûre.

Le mariage homosexuel, ainsi, ne serait pas béni par la société en son entier, en son âme et conscience – pire: cette «normalisation» serait réfutée par une frange même de la communauté gay, où quelques-uns préfèrent le régime de la subversion au confort de la banalisation, les prestiges de l'exception libidinale aux revenus de l'équité sociale.

Ajoutons qu'un référendum va avoir lieu, expression radicale de la démocratie, qui donnera à voter un droit de vote élargi aux résidents étrangers ainsi que l'accès aux urnes à l'âge du premier pétard, par quoi Xavier Premier entend couronner notre «branding» en majesté.

En image inversée toutefois, en cas de «non» donc, le relifting s'effondre, la société se divise et une part d'elle subit un clivage («Spaltung» chez Freud) entre ce qu'elle acceptait en surface et refusait au fond. Or, si la coexistence des contraires se nomme harmonie, «Spaltung» est l'autre nom de la schizophrénie.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Défense du secret
Après l'écoute de Merkel, après l'écoute de Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ce sont des indiscrétions des services secrets américains à l'endroit de Pierre Moscovici et François Baroin qui viennent d'être révélées par des interceptions de Wikileaks.
Lëtzebuerger Danzpräis 2015: Anne-Mareike Hess: parcours sans faute
La danseuse et chorégraphe Anne-Mareike Hess recevra ce mercredi soir à la Banannefabrik le Lëtzebuerger Danzpräis attribué tous les deux ans par le ministère de la Culture. Elle succède à Sylvia Camarda (2011) et à Giovanni Zazzera (2013). Nous avons pu la rencontrer pour en savoir plus sur son univers.
Anne-Mareike Hess
«Des vrais débats sociétaux de fond»
Un référendum est un instrument capital de la démocratie. Par contre, il se pourrait que parfois il puisse se transformer en ce que l’on pourrait appeler un «referen-domm»!
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.