Wählen Sie Ihre Nachrichten​

«Une immense vitrine»
Lifestyle 6 Min. 15.11.2017 Aus unserem online-Archiv
Les Journées de la passion

«Une immense vitrine»

Dans l'écrin architectural du Cercle Cité, les visiteurs pourront côtoyer les responsables et les artisans des maisons présentes.
Les Journées de la passion

«Une immense vitrine»

Dans l'écrin architectural du Cercle Cité, les visiteurs pourront côtoyer les responsables et les artisans des maisons présentes.
Photo: jdlp
Lifestyle 6 Min. 15.11.2017 Aus unserem online-Archiv
Les Journées de la passion

«Une immense vitrine»

Manon KRAMP
Manon KRAMP
Les amateurs de haute horlogerie et de joaillerie se réjouiront, car le salon grand public qui se tiendra du 17 au 19 novembre au Cercle Cité présentera des pièces d'exception, des ateliers et une exposition.

Interview: Manon Kramp

Cela fait maintenant près de trente ans que les Journées de la passion existent. Au fil du temps, le salon grand public, qui a lieu tous les deux ans, est devenu un événement phare pour les amateurs de haute horlogerie et de joaillerie luxembourgeois. En 2017, cette biennale se tiendra du 17 au 19 novembre au Cercle Cité sur la place d'Armes, au cœur de la capitale. Les maisons exposantes présenteront non seulement leurs plus belles pièces, mais feront aussi voyager leurs artisans afin que les visiteurs puissent découvrir le savoir-faire et la maîtrise nécessaires à la création de tels objets d'exception. Nous avons demandé à Jean Perini, commissaire général du salon, ce que l'édition de cette année réserve au public.

Jean Perini, les Journées de la passion ont une longue tradition. Est-ce que l'intérêt pour ce genre d'événement ne s'estompe pas avec le temps?

A chaque édition nous battons le record d'affluence de la précédente. Pour des raisons de sécurité, nous sommes maintenant obligés de compter les visiteurs. En 2015, lors de la dernière biennale, à peu près 8.000 personnes sont passées durant les trois jours. Lors de la première soirée, 600 personnes sont entrées en seulement 20 minutes. Elles faisaient la queue jusqu'au kiosque.

Donc, la passion des collectionneurs pour les montres perdure?

L'intérêt des collectionneurs luxembourgeois pour les montres est tout simplement étonnant, beaucoup plus qu'en Belgique. Je suis toujours très craintif en ce qui concerne le succès escompté, mais celui-ci va toujours croissant.

Mais quel est le sens d'une telle exposition aujourd'hui au vu des nombreuses bijouteries présentes dans la capitale?

Le fait de rassembler les collections de nombreuses marques de haute horlogerie – mais aussi des maisons joaillières – donne au visiteur un bel aperçu des créations et avancées techniques actuelles du secteur. De plus en plus, les détaillants et les boutiques de marques sont littéralement fermées sur elle-mêmes et le consommateur ressent une certaine gêne. Ceci est en partie dû aux dispositifs de sécurité – malheureusement indispensables. Donc, beaucoup de personnes hésitent à entrer pour aller voir une montre, comme ils le feraient par exemple pour découvrir une nouvelle collection de vêtements. Or, c'est ce qu'elles peuvent faire lors des Journées de la passion. C'est une immense vitrine et tout est accessible.

Qu'y aura-t-il à découvrir cette année et quelles sont les grandes innovations?

Nous montrons en novembre au Luxembourg les nouveautés qui ont été annoncées en début d'année lors de salons réservés aux professionnels – le Salon international de la haute horlogerie – SIHH – à Genève et au Salon mondial de l'horlogerie et de la bijouterie à Bâle – Baselworld. C'est une des premières occasions pour le grand public de les découvrir au Luxembourg.

Qui sont les participants?

Plus de 25 marques horlogères, dont notamment Jaquet Droz avec ses cadrans-automates, et environ trente marques joaillières chez les détaillants présents. Mais nous essayons toujours d'apporter quelque chose qui diffère de ce que l'on trouve dans les boutiques. C'est-à-dire toute la culture des produits, l'artisanat de pointe et les métiers d'art avec des ateliers où des horlogers et des bijoutiers montrant leur talents comme par exemple de la peinture sur émail. C'est aussi un des éléments du succès que nous entretenons et que nous voulons encore développer dans les années qui viennent, tant pour le savoir-faire mécanique que pour le digital.

Une exposition dédiée aux montres et à l'aviation permettra de découvrir la mythique montre de Charles Lindbergh.
Une exposition dédiée aux montres et à l'aviation permettra de découvrir la mythique montre de Charles Lindbergh.
Photo: Longines

Quel type de montre est particulièrement prisé?

Il y a bien sûr la montre connectée. Mais les collectionneurs recherchent surtout des types de montre très spéciaux, des pièces d'exception et des éditions limitées.

L'amateur de haute horlogerie est-il en train de changer?

Le segment qui se développe, c'est le segment féminin – qui a longtemps été ignoré. On assiste à une vraie évolution dans la montre mécanique, parce que jusqu'ici, la plupart des montres dames étaient des modèles à quartz. Maintenant le nombre des clientes sensibles au caractère technique d'une montre ne cesse d'augmenter. Les grandes marques horlogères créent donc pour elles – et beaucoup plus qu'avant – des montres mécaniques de bon niveau pour répondre à cette attente nouvelle.

Cette année, l'aviation est particulièrement mise à l'honneur durant le salon.

En effet, j'ai développé une exposition thématique consacrée à un siècle d'horlogerie et d'aviation. Cela démarre en 1908 avec la Santos Dumont de Cartier pour aboutir à la Solar Impulse d'Omega. 13 vitrines avec des pièces de musée et des panneaux informatifs racontent le développement passionnant de l'aviation et de l'horlogerie. Le public pourra découvrir des pièces de musée emblématiques comme notamment la Longines «Transatlantique» portée par Charles Lindbergh en 1927 lors de sa première traversée de l'océan atlantique en avion, ou la montre Zenith qui fut un instrument de mesure indispensable pour le pilote.

Ateliers, expertises et réceptions

  • Pour savoir si votre montre vaut son pesant d'or, Benoît Colson, expert en horlogerie de la maison de vente aux enchères Sotheby's de Londres, sera sur place pour évaluer des garde-temps anciens. Les estimations se font uniquement sur rendez- vous les 18 et 19 novembre de 13 à 18 heures. Réservations: 0044 78 32 64 54 55
  • Précision et performances – parce que l'horlogerie et le monde automobile sont intimement liés depuis longtemps, la compétition de F1 s'invite au salon. Les amateurs de bolides pourront y mesurer leurs capacités en tant que pilotes sur un circuit de course érigé par Montblanc sur le thème des montres «Timewalker», et gagner un voyage au Salon international de la haute horlogerie 2018 à Genève. L'inscription est obligatoire.
  • Afin d'apprendre les bases de la joaillerie, la biennale propose, en collaboration avec la maison Schroeder, une «Master Class» en bijouterie. Deux artisans seront sur place le samedi 18 novembre et tiendront des ateliers d'initiation à l’art de la joaillerie lors de trois séances à 14, 15 et 16 heures. Les techniques abordées sont le croquis, le moulage et le sertissage. Dû au nombre limité de places, une inscription est nécessaire.
  • Pour les amateurs de beaux livres, une librairie spécialisée propose une sélection d'ouvrages sur le thème de l’horlogerie.
  • Finalement, des réceptions (sur invitation) sont organisées le vendredi et le samedi soir. Le dimanche matin, un cocktail «spécial magazine Tendances» est destiné aux abonnés du «Luxemburger Wort» de 11 à 13 heures. Les réservations se font à l'adresse e-mail: tendances@wort.lu

Inscriptions: www.lesjournees delapassion.lu


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Wer erinnert sich noch an den Besuch der legendären Concorde in Luxemburg? Fotos zu diesen und anderen besonderen Luftfahrt-Ereignissen am Findel sowie Bilder von seltenen Flugzeugtypen hat Serge Braun seit Jahrzehnten gesammelt und jetzt in einem ersten von drei geplanten Bildbänden veröffentlicht.
Zur Wiedereröffnung der Strecke London-Heathrow / Luxemburg 1985 wurde der Erstflug mit einer BA-Concorde geflogen.
Die Modeindustrie hat es innerhalb weniger Jahrzehnte geschafft, uns zu Abhängigen zu machen. Wie konnte es so weit kommen?
A model walks at the Raf Simons Spring/Summer 2018 show on July 11, 2017 in New York City. / AFP PHOTO / ANGELA WEISS
Manteltrends 2017
Im Kampf gegen die Kälte kann ein neuer Mantel natürlich nicht schaden. Bei den angesagten Modellen dürfte einem dann auch ganz schnell warm ums Herz werden.
S.Oliver Mantel
Casino Luxembourg – Forum d'art contemporain
Une page se tourne pour Jo Kox. Après 20 ans à la direction administrative du Casino Forum d'art contemporain, il s'apprête à quitter l'institution. Dans un entretien, il explique ce qui motive son départ et quels sont désormais ses projets.
Visite du Casino Forum d�art contemporain, Joe Kox, le 17 Mars 2016. Photo: Chris Karaba
Critique ciné de la semaine
La Palme d'Or au festival de Cannes 2015 arrive sur nos écrans, avec pour toile de fond une actualité qui colle particulièrement à son 
sujet. "Dheepan" nous entraîne dans le quotidien d'une famille de réfugiés qui tente de s'intégrer.
La Chambre de commerce a lancé mercredi le dernier sprint vers ses deux journées consacrées au business dans la Grande Région, les 17 et 18 juin, à la LuxExpo. Revue de détail.
Après 4.000 rendez-vous d'affaires, 250 exposants et 3.000 visiteurs l'an dernier, le salon en B2B tentera de battre un nouveau record à la mi-juin.