Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Le long de la côte américaine
Lifestyle 8 Min. 13.06.2019

Le long de la côte américaine

Au port de Seattle: les lecteurs du „Luxemburger Wort“ et du „Télécran“ ont passé leur voyage à bord du „Celebrity Eclipse“.

Le long de la côte américaine

Au port de Seattle: les lecteurs du „Luxemburger Wort“ et du „Télécran“ ont passé leur voyage à bord du „Celebrity Eclipse“.
Foto: J.-M. Denninger
Lifestyle 8 Min. 13.06.2019

Le long de la côte américaine

De San Diego à Vancouver – une croisière exceptionnelle de dix jours dans le Pacifique, pour les lecteurs du "Luxemburger Wort" et du "Télécran".

par Jean-Marie Denninger

De San Diego la Mexicaine, à Vancouver la ville de verre canadienne en passant par l’inclassable San Francisco, une croisière d’exception a amené un groupe de touristes luxembourgeois à longer la côte pacifique américaine à bord du «Celebrity Eclipse». Après l’atterrissage entre midi en provenance de Francfort, la découverte de San Diego est une très agréable surprise pour le groupe qui participe à la croisière organisée par le «Luxemburger Wort», le «Télécran» et l'agence de tourisme Cruisopolis à Merl le long de la côte Pacifique à bord du «Celebrity Eclipse». La deuxième ville de Californie est souvent décrite comme «la ville américaine où il fait bon vivre» en raison de la grande qualité de vie sur place. Un soleil rayonnant renforce ce flair mexicain que l’on ressent en déambulant le long du port où trône «Embracing Peace», une statue géante d’un marin en train d’embrasser son amie infirmière juste avant d’embarquer à bord du célèbre porte-avions «USS Midway» tout proche servant actuellement de musée flottant.

La célèbre sculpture "Embracing Peace" à San Diego, rappelant les films des années 1940/1950.
La célèbre sculpture "Embracing Peace" à San Diego, rappelant les films des années 1940/1950.
Foto: J.-M. Denninger

A ne pas rater, Gaslamp, cœur historique de la ville, surtout en soirée. Longtemps fréquenté par les marins qui faisaient escale dans le port, le quartier n'était pas le plus tranquille pour se balader. Cela a bien changé depuis. Aujourd’hui, il regorge de boutiques et restaurants qui ne désemplissent pas. Son architecture, avec ses immeubles typiques pas très hauts nous transportent par moments dans le quartier de Soho à New York et à d’autres à la Nouvelle Orléans. Il doit son nom aux lampadaires à gaz qui servaient autrefois à illuminer la 5th Avenue et dont il en reste quelques-uns.

Points de passage obligés encore, le quartier La Jolla avec ses otaries, mais aussi la paisible île Coronado aux plages de sable blanc et son célèbre hôtel du même nom. Mais aussi les superbes jardins du parc Balboa dont le premier aménagement remonte à 1915 dont quelques immeubles rappellent les cossus palais de nos capitales européennes.

Le temps de rejoindre le paquebot «Celebrity Eclipse» et c’est le départ en soirée pour une journée en mer avec cap sur Monterey que nous atteignons le surlendemain matin. Une journée qui nous donne le temps de découvrir et profiter des multiples équipements et animations. Mais ce que la météo et des eaux agitées laissaient craindre: la houle est beaucoup trop forte pour permettre un transfert en chaloupe sur la terre ferme.

Frisco l’inclassable

Notre capitaine Leonardos Palaiokrassas décide donc de poursuivre notre route vers San Francisco où nous disposerons tout de suite d’un emplacement à quai. Ce qui nous permettra de passer une demi-journée de plus dans cette ville symbole de la Californie. Autre avantage: nous entrerons dans la baie et passerons sous le fameux Golden Gate Bridge aux alentours de 16.30 heures au lieu des premières heures du matin.

Un cable-car, un symbole de la ville de San Francisco.
Un cable-car, un symbole de la ville de San Francisco.
Foto: J.-M. Denninger

Deux journées et demie ne sont pas de trop, loin s’en faut, pour découvrir la ville aux 43 collines. Un premier grand tour à bord d’un bus Hop-on/Hop-off permet de se faire une idée et d’emprunter les deux kilomètres du Golden Gate Bridge. Comme la ville est de taille raisonnable, le reste de la visite se fera à bord de ces fameux cable-cars, seuls transports en commun en mesure de grimper de larges rues à plus de 30 degrés. Ou à pied. Il est presque impossible de se perdre dans cette ville qui fut le berceau de la «flower power generation» et qui cultive l’hospitalité. Il suffit de s’arrêter une minute au coin de deux rues en sortant le plan de la ville que l’on vous aborde déjà en vous proposant de l’aide.

Les sites incontournables sont légion: le centre-ville et le Financial District, China Town mais aussi Alamo Square et ses maisons à l’architecture victorienne. Impossible encore de ne pas passer du temps au Fisherman’s Wharf, le quartier très animé du port et tout particulièrement le Pier 39. Une colonie d’otaries se l’est approprié après le tremblement de terre de Prieta Loma en octobre 1989. Elle est devenue une attraction pour les Californiens et les touristes.

Alors que le «Celebrity Eclipse» reprend la mer en début de soirée du cinquième jour de croisière, ils sont nombreux à se dire qu’ils reviendront. Une journée en mer et le surlendemain matin, le paquebot arrive à Astoria, dans l’Oregon au bord du fleuve Columbia. Elle tient son nom du magnat new-yorkais de l’immobilier  John Jacob Astor, lequel avait débuté sa fortune dans le commerce des fourrures. Par la suite, la pêche au saumon et le commerce du bois contribuèrent à son développement, la ville étant dominée par des collines recouvertes de pins de Douglas et d’épicéas. Une demi-journée suffira pour en faire le tour et humer l’ambiance d’une petite ville typiquement américaine.

Une photo sur le vif
Une photo sur le vif
Foto: J.-M. Denninger

Visite à Seattle

Lorsque le «Celebrity Eclipse» lâche les amarres pour repartir en direction de Seattle, nous assistons à une scène époustouflante. Ce mastodonte qui peut accueillir 2.850 passagers et mesure 317 mètres de long effectue un demi-tour sur lui-même avec la grâce d’une danseuse d’opéra. Moins d’une demi-heure plus tard, nous retrouvons les eaux plus agitées du Pacifique. Direction Seattle où nous arriverons le lendemain en fin de matinée. Le bateau croise de nombreuses îles en entrant dans la baie avant de rejoindre la ville émeraude. Ce surnom, elle le doit à la ceinture de forêts majestueuses qui lui servent d’écrin alors que les immeubles et gratte-ciel s’imbriquent les uns dans les autres depuis le front de mer pour grimper sur le versant d’une colline abrupte. S’il est très agréable de déambuler dans cette ville, rendue célèbre par le constructeur d’avions Boeing, on ne peut pas repartir sans être monté sur la terrasse panoramique de la tour Space Needle qui donne à 158 mètres de hauteur une vue inégalée sur le centre-ville.


Pierre Wiame Kreuzfahrt Kroatien
Les trésors cachés de l’Adriatique
Croisière insolite sur l’Adriatique, des murailles de Dubrovnik à la saveur d’un café serré sous les drapeaux rouges de Tirana. Carnet de bord.

L’escale suivante nous fait passer l’invisible frontière avec le Canada pour atteindre Victoria. La capitale de la Colombie britannique donne une tout autre image, empreinte de sérénité. La vieille ville dégage un charme tout britannique de par ses imposants bâtiments du début du XIXe siècle rivalisant d’élégance. Et l’on découvre partout de coquettes maisons en bois colorées dans de petites propriétés parfaitement entretenues, au point que l’on la surnomme la ville des jardins.

Le «Celebrity Eclipse» quitte le quai à 17 heures pour rejoindre tôt le lendemain la dernière étape de la croisière: Vancouver. La ville est d’ailleurs régulièrement citée comme l’une des cinq meilleures villes au monde pour sa qualité de vie. Et l’on s’aperçoit qu’elle a le vent en poupe. «L’exposition internationale de 1986 inaugurée par Charles et Diana pour marquer le centenaire de la ville puis les Jeux olympiques d’hiver de 2010 ont véritablement servi d’électrochoc», nous explique Gini. D’innombrables buildings en verre côtoient des bâtiments à l’architecture plus classique et la population y est jeune, est plurilingue.

Vancouver, la ville de verre

On y rencontre énormément d’Asiatiques expliquant l’existence comme à San Francisco et Victoria d’importants quartiers chinois. Si dans les deux premiers cas, on le doit surtout à la fameuse ruée vers l’or, pour Vancouver, la colonie chinoise s’est surtout agrandie lors de la construction de la ligne de chemin de fer transcontinentale reliant l’Atlantique au Pacifique en 1886.

Il s’agissait d’une main-d’œuvre bon marché, taillable et corvéable à volonté. Beaucoup d’entre eux sont restés. Mais entretemps ce sont les Chinois de Hong-Kong qui ont pris le relais, en particulier depuis la rétrocession de la ville à la Chine. «Ils investissent beaucoup dans l’immobilier mais ce ne sont pas les seuls. Les prix atteignent des sommets et beaucoup d’appartements restent vides. Au point que les autorités ont décidé de taxer les logements vides. La mesure produit des effets puisqu’on trouve en ce moment dans les journaux des annonces proposant de louer le logement gratuitement à des étudiants», ajoute Gini.

Tout d’abord Canada place où le paquebot s’est amarré. Son architecture unique avec ses cinq voiles blanches évoque un bateau. Depuis le front de mer où brûle toujours la flamme des JO la vue est grandiose sur Stanley Park et sur les montagnes enneigées de l’autre côté de la baie.

Ne pas oublier de faire un stop dans le secteur des totems amérindiens à Brockton Point, histoire de plonger dans les racines amérindiennes du continent. Mais rien ne vaut un petit tour dans le centre-ville et en particulier à Gastown, le quartier historique de Vancouver qui héberge certains des plus beaux édifices victoriens de la ville. Mais aussi la fameuse «Steam Clock», une horloge à vapeur sifflant tous les quarts d’heure. Le quartier est très sympa avec de nombreux cafés et restaurants en terrasse.

70 mètres au-dessus d'un canyon: Le pont suspendu de Capilano.
70 mètres au-dessus d'un canyon: Le pont suspendu de Capilano.
Foto: J.-M. Denninger

Mais dans un tout autre domaine, un des lieux d’intérêts les plus populaires à une quinzaine de minutes du centre-ville reste le pont suspendu de Capilano. Il est situé à environ 15 minutes du centre-ville. Dans un parc vallonné, il s’agit de traverser le fameux pont long de 137 mètres suspendu à 70 mètres au-dessus du canyon. Déconseillé si vous avez le vertige ! Si vous n’êtes pas rassasié, il est encore possible de faire un parcours dans les arbres et marcher sur le cliffwalk, une plateforme en bois s’avançant dans le vide.

Le retour au Grand-Duché se déroule rapidement malgré la durée du vol. Chacun se remémore le film de ces 12 jours combinant le confort et la découverte de villes et sites naturels exceptionnels. 


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Das antike Erbe von Kos
Reise in die Vergangenheit: Auf den Spuren von Hippokrates, der auf der griechischen Insel Kos geboren wurde.
Rom, stark wie ein Espresso
Architektur, Geschichte und jede Menge Genuss - es ist die Intensität der Eindrücke, die einen Besuch in Rom so unvergesslich macht.
A general view shows worshipers attending the Pope's Easter Sunday mass outside St Peter's basilica on St. Peter's square on April 21, 2019 in the Vatican. - Christians around the world are marking the Holy Week, commemorating the crucifixion of Jesus Christ, leading up to his resurrection on Easter. (Photo by Vincenzo PINTO / AFP)