Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Une nouvelle vision du masculin
Lifestyle 7 Min. 19.06.2021
Christine Nagel, parfumeuse

Une nouvelle vision du masculin

«Le parfum est une source intarissable d’émotions et d’histoires, car chaque parfum est une histoire qui ouvre sur l’imaginaire», Christine Nagel sur le potentiel de senteurs à générer des émotions.
Christine Nagel, parfumeuse

Une nouvelle vision du masculin

«Le parfum est une source intarissable d’émotions et d’histoires, car chaque parfum est une histoire qui ouvre sur l’imaginaire», Christine Nagel sur le potentiel de senteurs à générer des émotions.
Photo: Sylvie Becquet
Lifestyle 7 Min. 19.06.2021
Christine Nagel, parfumeuse

Une nouvelle vision du masculin

Manon KRAMP
Manon KRAMP
Après une dizaine de fragrances féminines, Christine Nagel, nez attitré d’Hermès, vient de créer avec «H24» le premier nouveau parfum masculin depuis 15 ans.

Christine Nagel, qu’est-ce qu’un bon parfum? 

Celui qui nous touche, celui qui déclenche une émotion. Le parfum, c’est le lien le plus fort avec l’émotion. Si nous sommes tous faits de la même manière, chacun ressent une émotion différente en présence d’une même senteur. Mystérieuse chimie, qui dépend en grande partie de nos souvenirs olfactifs... Le parfum est une source intarissable d’émotions et d’histoires, car chaque parfum est une histoire qui ouvre sur l’imaginaire.

Quelles sont vos matières premières de prédilection et comment agissent-elles sur nos sens?

Mes amours sont fluctuants et je n’ai aucun a priori sur aucune matière, aucune odeur. Toutes les odeurs, toutes les matières premières m’intéressent. Lorsque je découvre une matière, je veux aller jusqu’au bout, la malaxer, la pétrir, la travailler, expérimenter. Je souhaite l’amener où je veux, l’amadouer, en repousser les limites. J’aime rendre les notes vertes chaudes, les bois liquides, les fleurs méchantes. Mais si vraiment j’avais à en choisir une, ce serait probablement le patchouli.

Le flacon aux lignes aérodynamiques dessiné par Philippe Mouquet est rechargeable.
Le flacon aux lignes aérodynamiques dessiné par Philippe Mouquet est rechargeable.
Photo: Studio des fleurs

«H24», première nouvelle fragrance masculine Hermès depuis 15 ans, est censé être un parfum signature. Quelle est cette signature?

Il me semble que la signature Hermès est faite d’élégance subtile, de raffinement, avec une vraie présence, mais sans aspect intrusif ou envahissant. En matière de parfums, nous nous appuyons sur un savoir-faire interne et privilégions une demande de création authentique et des partis pris loin des codes du marché, des clichés des tendances.

D’où vient le nom énigmatique? 

Cette création ne pouvait s’appeler qu’ainsi. Ce nom exprime à la fois l’attitude de l’homme contemporain, son mouvement, son rapport au temps, mais il revêt aussi les valeurs et les symboles de la maison Hermès. Une lettre, le H: le H d’Hermès, le H de Homme, le H d’Humain, le H de Heure. Un chiffre, 24: le 24 du 24 faubourg Saint-Honoré, adresse mythique de la Maison, le 24 d’un cycle journalier. Cette association si sobre, une lettre, un chiffre, parle de la Maison, du masculin, du temps et du mouvement, de l’innovation et de la tradition.

Comment abordez-vous la création d’un parfum et qu’est-ce qui vous influence? 

La création d’un parfum résulte d’un travail de mémoire, «d’archivage ». Curieuse et sensible, chaque jour m’apporte son lot d’images, d’impressions, de rencontres, de moments qui me marquent. Je les garde en mémoire et ils s’expriment ou s’exprimeront en parfum au moment opportun. En tout état de cause, ils alimentent mon imaginaire et ma création en continu. Depuis 2014 je travaille pour Hermès, une Maison à la création et à l’histoire formidablement riche. Les univers sont foisonnants, les sources d’inspiration sont sous mes yeux, quotidiennement. Elles sont le fruit de rencontres, de découvertes des métiers et des savoir-faire, des traditions. «H24» est tout à fait emblématique de cette démarche puisqu’il est inspiré par la vision créative de Véronique Nichanian, la directrice de l’univers masculin d’Hermès, de nos rencontres et de nos échanges. Je m’inspire et me nourris de la maison, ce puits sans fond d’histoires inspirantes pour tous et chacun.


„Chanel N°5“ – eine Legende wird 100
Dieser Duft ist ein wahrer Klassiker und nicht nur der Damenwelt ein Begriff: Das Parfüm „Chanel N°5“ wurde vor 100 Jahren lanciert.

La formule comprend des notes végétales mais aussi métalliques. Quel est le concept olfactif de «H24»? 

«H24» s’inscrit dans une volonté d’innovation et dans la tradition de cette grande parfumerie à la française portée haut par la Maison. L’homme et la nature coexistent dans le parfum de la même façon que l’homme coexiste aujourd’hui avec les technologies innovantes. Ruptures, révolutions et transformations font partie du quotidien. Ce parfum exprime aujourd’hui son potentiel avec des matières naturelles associées à des notes de synthèse recréées par biotechnologie dans un respect absolu de la nature. J’ai trouvé dans le végétal la manifestation naturelle du mouvement, de la pulsation d’une bouffée de sève et dans l’hybridation de la nature et des nouvelles technologies les ressorts de la création. Quant à la note sclarene, cette molécule de synthèse innovante apporte une odeur métallique chaude et sensuelle, évocation de celle qui règne dans les ateliers de couture d’Hermès, quand les fers de métal brûlants se posent sur les lainages humides. C’est une odeur que j’associe clairement au masculin depuis mon enfance, une odeur profondément imprimée dans ma mémoire. Ma grand-mère était culottière, elle faisait des pantalons d’hommes. Lorsque j’étais petite, je lui rendais visite dans son atelier de Genève. C’était au dernier étage d’un immeuble très sombre, et j’étais assaillie par cette odeur si singulière propre – comme j’allais le découvrir plus tard – à tous les ateliers de couture du monde.

Pour cette nouvelle signature de la parfumerie Hermès, Christine Nagel a voulu ouvrir des voies moins prévisibles incluant une nature urbaine et s’éloignant d’un boisé conventionnel.
Pour cette nouvelle signature de la parfumerie Hermès, Christine Nagel a voulu ouvrir des voies moins prévisibles incluant une nature urbaine et s’éloignant d’un boisé conventionnel.
Photo: Christopher Anderson/Magnum photos

Bien des femmes voudront s’approprier cette nouvelle fragrance. Est-ce que le fait de brouiller les frontières entre le masculin et le féminin ouvre de nouvelles voies créatives?

En ce qui me concerne, je n’ai jamais considéré qu’il existait des frontières dans la parfumerie. Je suis intimement persuadée que les parfums n’ont pas de genre, pas plus que les couleurs, les sons, les goûts. Ils sont pour moi des oeuvres d’art et en tant que telles, ne s’adressent pas aux femmes ou aux hommes, mais à l’humanité. La société a créé des codes dont nous avons beaucoup de mal à nous soustraire. Ces codes sont des cadres de référence qui nous aident à vivre dans un monde qui devient de plus en plus complexe. A l’instar des cultures orientales ou indiennes, une rose ou le patchouli sont portés par les hommes à profusion. Et c’est magnifique. Ce n’est donc pas le parfum qui fait le genre, car un parfum devient masculin sur la peau d’un homme et féminin sur la peau d’une femme. Il existe par lui-même, non par rapport à sa destination. Il faut seulement savoir oser, être audacieux, se faire confiance et essayer. Je serais heureuse – vous l’aurez compris – qu’«H24» soit porté par une femme.

Y a-t-il encore de la place pour des visions et quelles molécules vont gagner en terrain pour les créations futures? 

Bien sûr, et plus que jamais! Mais personne aujourd’hui ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la dimension sociale et écoresponsable de sa consommation, de sa production, de son mode de vie. Je ne sais pas quelles seront les molécules du futur, ce que je sais, c’est que la recherche d’excellence pour Hermès – comme pour moi – s’accompagne d’une conscience aigüe des enjeux environnementaux. Les formules sont réfléchies avec un souci constant de leur impact pour la planète et les choix opérés tiennent compte de leur empreinte carbone. Je suis attentive aux avancées de la biotechnologie, cette technique vertueuse qui préserve la nature et évite d’épuiser ses ressources.


Panorama, Atelier-Besuch Designerin Lucie Majerus, nachhaltiger Schmuck und Stoffe Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Wie Lucie Majerus Lebensmittel in Schmuckstücke verwandelt
Erst nahrhaft, dann nachhaltig: Designerin Lucie Majerus stellt in ihrem Atelier in Howald Preziosen aus ungewöhnlichen Materialien her.

Que révélons-nous sur nous-mêmes par le choix d’un parfum? 

Le parfum dit beaucoup sur celui qui le porte, tout comme la manière de se parfumer. Il peut être protecteur, agir comme une armure, une bulle de protection pour éviter l’autre, ou, à l’opposé, être projecteur et dans ce cas chercher à séduire, à paraître, se montrer. Mais il n’est rien sans la personne qui le porte. Il n’existe et parle aux sens que dans la façon dont il est utilisé, de façon abondante ou discrète. Dans tous les cas, il permet d’être.

Quelle importance a pour vous le geste de se parfumer? 

Il est essentiel. Un parfum nous touche ou nous parle par ce qu’il fait résonner en nous: des émotions, des souvenirs, des désirs. Chacun y trouve la réponse à un besoin à un moment de l’année, de la journée ou dans un contexte personnel ou professionnel. De mon côté, le facteur le plus important reste incontestablement de déclencher l’émotion, de vibrer et faire vibrer, de provoquer l’enthousiasme. De rendre heureux tout simplement.

Cet article est paru dans le numéro de mai du magazine „Tendances“.

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Depuis dix jours, un homme rentrant de Chine a été mis en quarantaine au Centre hospitalier de Luxembourg. Il s'agit du seul établissement du pays offrant les conditions d'isolement face à l'épidémie de covid-19 et autres maladies infectieuses.
Ansteckende Krankheiten - Service des Maladies infectieuses du CHL - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort