Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Une proposition luxembourgeoise à Avignon
Kultur 3 Min. 10.07.2019

Une proposition luxembourgeoise à Avignon

«Révolte», mise en scène par Sophie Langevin, est un kaléidoscope révélateur.

Une proposition luxembourgeoise à Avignon

«Révolte», mise en scène par Sophie Langevin, est un kaléidoscope révélateur.
Photo: Bohumil Kostohryz
Kultur 3 Min. 10.07.2019

Une proposition luxembourgeoise à Avignon

Une pièce inattendue, radicale et pertinente: le Théâtre du Centaure se présente au Festival Off d'Avignon avec «Révolte» d’Alice Birch, mise en scène par Sophie Langevin.

Par Stéphane Gilbart - Au Festival Off d’Avignon, la proposition luxembourgeoise «Révolte» d’Alice Birch, une production du Théâtre du Centaure mise en scène par Sophie Langevin, se trouve dans d’excellentes conditions pour faire la démonstration de ses qualités et de celles de notre théâtre.


Luxemburger Theaterproduktion in Avignon
Myriam Mullers Inszenierung von ''La leçon'' wird dieses Jahr das Großherzogtum beim Theaterfestival von Avignon vertreten.

1592! C’est le nombre de spectacles différents qui chaque jour, de l’aube au crépuscule, sont joués durant le Festival Off d’Avignon. Vous avez bien lu: 1592! Comment, pour les créateurs, se faire voir et entendre dans pareille jungle inextricable? Comment, pour les spectateurs, faire les bons choix? Un critère de plus en plus pertinent est le lieu des représentations. En effet, depuis quelques années, certains théâtres, comme Les Doms ou La Manufacture, sont «reconnus». Nombreux sont alors les candidats, plus d’une centaine chaque fois, à concourir pour la dizaine de créneaux disponibles. La qualité est alors au rendez-vous.

Des institutions ont compris l’intérêt de cette façon de procéder: des régions françaises offrent ainsi un lieu à quelques-unes de leurs compagnies dûment sélectionnées. Ainsi nos voisins de la région Grand Est, qui ont réquisitionné «La Caserne», une ancienne caserne des pompiers d’Avignon. Voilà qui n’a échappé ni à la Fédération des Théâtres Professionnels Luxembourgeois ni au ministère de la Culture.

Une pièce inattendue et radicale

Une belle occasion à saisir également pour que la Grande Région ne soit pas simplement une incantation rituelle de discours, mais une réalité bien concrétisée. Cette année, et celles qui vont suivre, semble-t-il, un créneau horaire a été offert à la production luxembourgeoise traditionnellement sélectionnée par la Fédération. Occuper ainsi un lieu de belle légitimité et visibilité, c’est une merveilleuse chance d’être «bien à sa place» dans le Off d’Avignon.


Nora Koenig spielt Mahtab, eine der Arbeiterinnen der Fabrik.
Im Kapuzinertheater: Starkes Stück, starkes Frauenteam
Elf Frauen, eine Stunde Zeit, eine Entscheidung über sieben Minuten mehr Arbeit – was erst nach einer Leichtigkeit in einer Betriebsratsrunde aussieht, wird zur spannenden Debatte um die Ethik der Arbeit.

Le lauréat de cette édition, «Révolte» d’Alice Birch, mise en scène par Sophie Langevin, une production du Théâtre du Centaure, justifie l’accord conclu. C’est une pièce inattendue, radicale, pertinente! Moins dans le propos que dans la forme qui ressuscite le propos. 

En effet, les dénonciations féministes et sociales sont monnaie courante, mais souvent de l’ordre du discours, et finissent en ronron médiatique, à l’arrière-plan de nos existences distraites. C’est une pièce de théâtre qui n’est ni littérature, ni démonstration, ni sermon moralisant, ni manifeste sinistrement militant. 

Le jeu de ces quatre personnages est aussi éruptif que les mots qui les mobilisent.
Le jeu de ces quatre personnages est aussi éruptif que les mots qui les mobilisent.
Photo: Bohumil Kostohryz

Non, elle est à la mesure des discriminations qui l’inspirent. Phrases, bouts de phrases, mots s’entrechoquent, explosent, emportent dans le souffle de leurs explosions. Rien de prêt à consommer. C’est le spectateur qui leur donne un sens.

Un jeu éruptif

Cette éruption verbale, Sophie Langevin a réussi à la transformer en personnages et en images scéniques. Dans une boîte blanche – un lieu d’anonymat généralisateur –, surgissent quatre personnages vêtus de vêtements blancs au style étrange, les déréalisant pour mieux les imposer dans ce qu’ils représentent. Leur jeu est aussi éruptif que les mots qui les mobilisent.

Ça part dans tous les sens, mais ça ne prend son sens que parce que c’est strictement maîtrisé, dans le déploiement de la mise en scène, dans le jeu d’Agnès Guignard, Denis Jousselin, Francesco Mormino et Leila Schaus. Un étonnant kaléidoscope révélateur.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Arts Council: Comité de Pilotage steht
Rund 20 Vertreter aus der Kulturszene und dem Kulturministerium sind dazu eingeladen, das Comité de pilotage zu bilden, das den neuen "Arts Council" näher definieren soll.
Jo Kox, hier bei den Assises Culturelles 2018, steht dem neuen Komitee vor.
Un conte noir
Qui trahit le premier? L'homme ou la femme? Marivaux s'est posé cette question, mais a-t-il trouvé la réponse? Il faut voir sa pièce «La Dispute» qui se jouera au Théâtre National de Luxembourg dans une mise en scène de Sophie Langevin.
27.4. Kultur / Itv Sophie Langevin , Piece La dispute/ Theatre National du Luxembourg Foto:Guy Jallay
Myriam Muller: «Je suis tout sauf une provocatrice»
Myriam Muller explique pourquoi elle s'est lancée dans la mise en scène de la pièce «Anéantis» de la dramaturge britannique Sarah Kane. Au moment de la création d'«Anéantis» en 1995 la presse britannique se déchaîne: cette pièce est sale, violente, dangereuse.
Myriam Muller: "Il ne faut pas non plus trop brouiller les pistes. C’est une pièce beaucoup moins tragique que la tragédie de cette jeune femme."