Wählen Sie Ihre Nachrichten​

«The Secret We Keep»: Seule face à ses démons
Kultur 1 3 Min. 20.02.2021

«The Secret We Keep»: Seule face à ses démons

Maja (Noomi Rapace) veut à tout prix connaître la vérité. Sa vengeance sera sans appel.

«The Secret We Keep»: Seule face à ses démons

Maja (Noomi Rapace) veut à tout prix connaître la vérité. Sa vengeance sera sans appel.
Photo: Bleecker Street
Kultur 1 3 Min. 20.02.2021

«The Secret We Keep»: Seule face à ses démons

Thierry HICK
Thierry HICK
Critique ciné: Lorsque le passé refait brutalement surface

 Maja, réfugiée roumaine, est partie s’installer aux Etats-Unis où elle mène une vie tranquille et heureuse avec son mari Lewis et son fils. Thomas est Suisse et vit avec son épouse et ses enfants dans la même ville que Maja. Les deux couples ne se connaissent pas mais finiront pas se rencontrer...

L’histoire se passe quelque part dans une petite ville américaine, sans charme particulier, son seul attrait est une raffinerie qui attire de la main d’œuvre. L’action se passe sans indication précise d’époque, fin années 50 ou début années 60. Ces deux points donnent plus de relief au drame qui s’annonce.


360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

Un bonheur de façade

Le bonheur de Maja est de façade, en fait elle souffre toujours des traumatismes qu’elle a subis durant la Seconde Guerre mondiale. Le soldat SS qui l’a violée, qui la traitait de «salope tsigane» hante ses nuits...

Un jour, la jeune mère de famille tombe nez à nez avec son bourreau. Sa décision est prise rapidement et sans retour possible. Il va devoir payer de ses crimes. Maja met en scène un plan diabolique pour retrouver sa dignité, son honneur.

Le réalisateur israélien Yuval Adler, qui a également co-écrit le scénario avec Ryan Covington, n’y va pas par quatre chemins. Après quelques brefs moments de bonheur et d’insouciance «The Secret We Keep» dévoile rapidement son jeu. Le rythme de la narration s’accélère, s’assombrit, les événements s’accumulent. Maja livre son secret à son mari, qui ignorait jusque là tout du passé tragique de son épouse.

Huis clos et piège

Maja kidnappe avec violence Thomas et l’enferme dans la cave de son pavillon familial, à l’abri des regards de son fils, des voisins et du shérif, tous très curieux. Le huis clos est total, le piège se referme. Attaché et ligoté, Thomas clame haut et fort son innocence. Maja reconnaît en lui, ce Karl qui lui a fait tant de mal et qui lui a dérobé sa sœur.

Au début encore seule face à ses démons, la jeune femme crache sa haine, vomit sa douleur sur cet ombre du passé. Son mari doute, essaye de la raisonner. En vain. Il se laissera entraîner dans cette sombre aventure. Tous deux attendent des aveux de leur otage.

Yuval Adler filme son histoire au plus près, sans fard et sans prendre de gants. Certaines scènes sont violentes et crues, non seulement physiquement. Et pourtant, grâce à une mise en scène précise et des atmosphères justes, le discours n’est jamais exagéré, la tension est judicieusement entretenue, évitant ainsi tant des points morts que des longueurs inutiles.

Qui détient la vérité?   

Au-delà des secrets ensevelis depuis une quinzaine d'années, ce drame révèle moult questions récurrentes. Qui détient la vérité? Comment vivre, ou survivre, avec le passé? Existe-t-il une justice équitable? «The Secret We Keep» étale certes ces interrogations, mais dépasse certaines convenances d’usage. Ici, il ne peut être question de réduire les débats aux seuls concepts de bien et de mal. Ce serait dans ce cas trop réducteur.

Thomas (ou Klein) ne prend pas les traits du méchant, du fautif face à cette Maja qui serait détentrice de la seule vérité. Yuval Adler peint ses deux personnages principaux avec la nécessaire dichotomie en opposant au grand jour leur peurs, leur doutes. Maja face à Thomas, cette opposition de personnages, est poignante et tient le spectateur en haleine d’un bout à l’autre de ce thriller.

Thomas (Joel Kinnaman) n'a cesse de clamer son innocence.
Thomas (Joel Kinnaman) n'a cesse de clamer son innocence.
Photo: Bleecker Street

Noomi Rapace et Joel Kinnaman dans leurs interprétations laissent exploser leurs personnages respectifs. Les caméras, entre moments de silence, regards accusateurs ou gestes violents, font vivre deux êtres aux abois.

Les décors et les costumes d’un raffinement extrême viennent renforcer l’aspect tragique du scénario. Et viennent corroborer un rythme de narration, qui après quelques développements tragiques du début, finit par ralentir, comme pour laisser du temps au temps, comme pour approfondir les questions soulevées et les états d’âme des personnages.

Finalement, après un ultime rebondissement, Maja et Lewis retrouvent un semblant de sérénité et de bonheur. Sans pour autant gommer d’un trait l’épreuve qu’ils viennent de traverser. Dommage seulement, que la toute dernière scène de «The Secret We Keep» vienne enjoliver la conclusion. 

Folgen Sie uns auf Facebook und Twitter und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema