Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Suzanne Cotter, un ultime tour de piste
Kultur 4 Min. 13.10.2021
A l'affiche en 2022 au Mudam

Suzanne Cotter, un ultime tour de piste

Les personnages imaginaires de Lynette Yiadom-Boakye.
A l'affiche en 2022 au Mudam

Suzanne Cotter, un ultime tour de piste

Les personnages imaginaires de Lynette Yiadom-Boakye.
Photo: Mudam
Kultur 4 Min. 13.10.2021
A l'affiche en 2022 au Mudam

Suzanne Cotter, un ultime tour de piste

Thierry HICK
Thierry HICK
La directrice du musée, avant son départ annoncé, a présenté sa dernière programmation artistique.

Suzanne Cotter quittera son poste de directrice du Mudam à la fin de l’année. Elle n’assistera donc plus à certaines expositions qu’elle a encore programmées et en partie commissionnées pour 2022. C’est avec une certaine émotion, que la directrice – flanquée de ses commissaires et curateurs maison, Michelle Cotton, Marie-Noëlle Farcy, Clément Minighetti et Christophe Gallois – vient de présenter son dernier catalogue de propositions. 


Kultur, interview Suzanne Cotter, Direktorin Mudam, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La directrice du Mudam est sur le départ
Suzanne Cotter assume ses choix.

 «Avec fierté et regret», a précisé Suzanne Cotter avant de poursuivre: «Le narratif de cette programmation doit pouvoir se prolonger dans le temps, la continuité s’inscrivant dans la durée.» «Pour les expositions à venir figurent comme fil rouge les questions souvent urgentes et pertinentes quant à notre monde d’aujourd’hui. Ceci se traduit par des attitudes différentes autour de la contemporanéité des propositions. A cela viennent s’ajouter des préoccupations purement formelles, qui elles se traduisent par le choix de médiums les plus variés», résume Suzanne Cotter, en rappelant que la mise en lumière de la collection maison reste «l’épine dorsale» de la programmation des mois à venir. 

Dialogue  des lampes Akari de Isamu Noguchi avec les créations végétales et les sculptures de Danh Vo.
Dialogue des lampes Akari de Isamu Noguchi avec les créations végétales et les sculptures de Danh Vo.
Photo: Mudam

Narration du temps présent

La liste des expositions temporaires du Mudam est ainsi à voir comme une narration du temps présent dans toute sa complexité et variété. Dès le mois de décembre, le Pavillon Leir du musée accueillera une mise en dialogue – entre passé et présent – des lampes Akari de Isamu Noguchi avec les créations végétales et les sculptures de Danh Vo. «C’est l’occasion de raconter l’Histoire à l’aide de petits objets du quotidien», reconnaît le commissaire Clément Minighetti. 

Martine Feipel et Jean Bechameil: " Le Voyage à Nantes" 2020.
Martine Feipel et Jean Bechameil: " Le Voyage à Nantes" 2020.
Photo: Mudam

Le duo Martine Feipel et Jean Bechameil, «s’inscrivant dans l’héritage du modernisme et des avant-gardes de la première moitié du 20e siècle», selon Minighetti, présentera dès le début du mois de février sa nouvelle installation sculpturale imaginée pour le Jardin des sculptures du Mudam. 

Nationalité et identité 

Toujours en février l’exposition photo «Al Rio / To The River» de Zoe Leonard. «L’artiste, en photographiant le fleuve Rio Grande séparant le Mexique des Etats-Unis, investit un espace où se croisent politique, économie, culture, migration... Elle éclaire son sujet de part et d’autre d’une frontière naturelle de plus de 2.000 km formée par ce fleuve. L’artiste approfondit son travail sur le paysage (..) dans la compréhension du territoire et dans la construction des notions de nationalité et d’identité», note le commissaire Christophe Gallois. 

 Le fleuve Rio Grande photographié par Zoe Leonard.
Le fleuve Rio Grande photographié par Zoe Leonard.
Photo: Mudam

Le Mudam consacrera à partir d’avril une «rétrospective de mi-carrière» au travail de Lynette Yiadom-Boakye. L’exposition «Fly in League with the Night» donnera à voir un large éventail des peintures de l’artiste britannique d’origine ghanéenne, dont «les personnages sont le fruit de son imagination et sont replacés dans une situation spatiale déterminée», insiste Clément Minighetti.

Le narratif doit pouvoir se prolonger dans le temps, la continuité s’inscrivant dans la durée.

Suzanne Cotter

La disparition du monde analogique et l’obsolescence voulue et programmée seront le thème central de la proposition de Tacita Dean à partir de juillet. Entre films, dessins et photographies, l’artiste prend comme point de départ une trilogie d’œuvres inspirées par la «Divine comédie» de Dante. 

Installations immersives

Egalement au Pavillon Leir et à partir d’octobre, l’artiste vietnamienne Sung Tieu proposera des installations immersives composées d’éléments de sculptures, textes, dessins, sons dans le but «d’interroger les notions d’égalité, de gouvernance et de liberté individuelle», fait valoir Michelle Cotton.

Sung Tieu: «Zugzwang».
Sung Tieu: «Zugzwang».
Photo: Mudam

 

Tarek Atoui avec son travail «Water’s Witness» (dès septembre) mettra en scène une installation à la croisée de l’histoire, anthropologie, ethnologie et musicologie.

Marie-Noëlle Farcy, responsable de la collection du Mudam, choisira des pièces de choix pour un face-à-face inédit avec la collection de la Moderne Galerie-Saarlandmuseum Saarbrücken (en octobre). 

Tina Gillen à la Biennale de Venise

En 2022, ce sera de nouveau au tour du Mudam d’accompagner un artiste du Luxembourg à la Biennale d’art de Venise. Le choix s’est porté sur «Faraway So Close», une installation picturale de Tina Gillen qui sera présentée à partir d’avril à la Sale d’Armi de l’Arsenale. 

Tina Gillen présentera «Faraway So Close» à la Biennale de Venise.
Tina Gillen présentera «Faraway So Close» à la Biennale de Venise.
Photo: Mudam

Toutes ces expositions ne doivent pas faire oublier un large éventail de performances au fil des saisons. Une forme d’expression qui occupe une place importante dans la création contemporaine. D’où sa présence renforcée au Mudam, explique-t-on au Kirchberg.

www.mudam.lu

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Das neue Ausstellungsjahr in Luxemburg kündigt so manches in Sachen Kunst an: Die Museen holen aufregende Werke von William Kentridge, Robert Brandy und auch einiges aus der Pariser Belle Époque hervor.
Kultur,  Nationalmuseum für Geschichte und Kunst, Claude Viallat und Patrick Saytour, Ausstellung, Expo Supports/Surfaces Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Am Freitagmorgen wurde der Name des neuen Direktors des Mudam bekanntgegeben: Suzanne Cotter übernimmt am 1. Januar 2018 die Nachfolge von Enrico Lunghi.
Das Mudam-Programm 2017
Es sollte der letzte Auftritt des scheidenden Mudam-Direktors werden: Enrico Lunghi und sein Team stellten das Programm des Museums für 2017 vor.
Enrico Lunghi (2.v.r.) stellte mit seinem Team das Programm des Mudam 2017 vor.